LE DIRECT
La mairie de Tomelloso en Espagne le 08 avril dernier.
Épisode 1 :

Jérusalem : l’union sacrée face au virus ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Premier temps d’une semaine où l’on s’intéresse aux villes et à ceux et celles qui les gouvernent : arrêtons-nous aujourd'hui à Jérusalem, où la pandémie de coronavirus semble avoir bouleversé les équilibres de la ville…

Un croyant chrétien devant une église fermée pour cause d'épidémie à Jérusalem le 09 avril 2020
Un croyant chrétien devant une église fermée pour cause d'épidémie à Jérusalem le 09 avril 2020 Crédits : GALI TIBBON / AFP - AFP

La pandémie a été l’occasion de voir des gestes de solidarité rares, avec une coopération inédite entre Israéliens et Arabes dans la lutte contre la propagation du coronavirus. C’était le cas notamment avec la visite du maire, Moshe Leon, dans les quartiers arabes de Jérusalem-Est, distribuant des aides aux plus démunis.

Comment interpréter ce geste ? Simple communication politique ou réelle intention de la municipalité d’associer les populations arabes de ces territoires annexés, pour la construction d’un destin urbanistique commun ?

Et d’ailleurs qui est cet homme, membre du Likoud et ancien membre du cabinet de Netanyahou à la fin des années 1990 ?  Qu’est-ce que sa désignation à la mairie nous dit des équilibres politiques et de leurs évolutions ?

Au-delà de cette figure et du contexte sanitaire, la situation à Jérusalem est loin d’être apaisée, au contraire. On a pu le voir depuis quelques jours avec l’explosion de la colère suite à la mort d’un jeune palestinien, Iyad Halak, autiste, tué par l’armée israélienne dans la Vieille Ville.

Quelle est la situation dans les quartiers arabes de Jérusalem Est ? Comment voit-on la perspective des premières annexions prévues par le fameux « plan de Paix » de Donald Trump ? Comment les Palestiniens s’organisent-ils pour ne pas laisser le champ libre aux israéliens sur ces territoires ? Il y a quelques jours l’Autorité palestinienne a proposé une contre-proposition.

Que prévoit-elle ? Peut-elle changer la donne ?

Pour bien comprendre les choses, il faut aussi se pencher sur les équilibres internes à Israel, avec un nouveau gouvernement qui vient d’être mis en place, et un nationalisme israélien qui se transforme sous le poids toujours grandissant des religieux, qui, eux, ne reconnaissent ni l’autorité de l’Etat, ni celle de la municipalité comme on l’a vu lors des récents affrontements avec la police autour de leur refus de respecter les règles de confinement.

Moshe Leon, personne ne le connaissait, et il se révèle à l’occasion de cette crise. Il a cherché à montrer sa solidarité avec les populations de Jérusalem Est. Vincent Lemire

Il est le maître d’œuvre de la remise en cause du statu quo, c'est à dire de l'équilibre entre les sphères religieuses, civiles et politiques à Jérusalem. Sylvaine Bulle

A propos du projet de Silicon Wadi à Jérusalem Est : 

D’après plusieurs ONG on estime que la construction de ces nouveaux immeubles va nécessiter l’expulsion de 150 à 200 commerçants. Si leurs boutiques sont expulsées, ils se demandent où aller. Le projet est un « piège » pour ces communautés arabes de Jérusalem Est.  Frédéric Métézeau

Extraits sonores

- Moshe Leon (The Media Line, 05 juin 2020)

- Le docteur palestinien Ahmed Nahmé (Arte, 13 avril 2020)

- Micky Rosenfeld, l’un des porte-parole de la police à Jérusalem (France 24, 22 avril 2020)

- Extrait d’une vidéo promotionnelle concernant Silicon Wadi (Israel Hayom, 06 février 2020)

- Extrait du documentaire « Palestine Underground » de Jessica Kelly

Extraits musicaux

- « Vanrock » de Kalbata (label : Fortuna records)

- « Don’t be late » de la chanteuse israélienne Karolina (label : Boaz Murad)

Une émission préparée par Bertille Bourdon. 

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......