LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des indigènes quechuas, dont la langue reste un héritage majeur des cultures précolombiennes, lors d'une cérémonie à La Paz le 22 janvier 2018
Épisode 1 :

À la recherche de la langue perdue

59 min
À retrouver dans l'émission

L'UNESCO a déclaré 2019 Année internationale des langues autochtones. Leur protection semble au cœur de cette démarche. En effet, 2680 langues seraient menacées de disparition. Quelles sont les conséquences sociales de la disparition d'une langue ? Peut-on faire renaître une langue disparue ?

Des indigènes quechuas, dont la langue reste un héritage majeur des cultures précolombiennes, lors d'une cérémonie à La Paz le 22 janvier 2018
Des indigènes quechuas, dont la langue reste un héritage majeur des cultures précolombiennes, lors d'une cérémonie à La Paz le 22 janvier 2018 Crédits : JORGE BERNAL - AFP

Le 28 janvier dernier, l’Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a décrété 2019 Année internationale des langues autochtones. L’objectif est de promouvoir la diversité et surtout d’alerter sur le risque d'extinction de certaines langues. En effet, selon l’organisation, 2680 langues – sur les 6000 répertoriées - seraient susceptibles de s’éteindre dans les décennies à venir. 

Les langues autochtones sont les plus menacées car les sociétés autochtones sont les plus menacées. Bénédicte Pivot

Le nakota au Canada, le tektiteko au Guatemala, mais aussi le mpongwè au Gabon, le quechua au Pérou ou encore le breton en France font partie de ces langues menacées de disparaître dans les décennies à venir selon l’Unesco. 

La protection des langues est devenue une véritable préoccupation

Si la protection des langues et des parlers locaux fut longtemps considérée comme un problème mineur pour les populations, mais aussi pour les autorités politiques, elle est devenue une véritable préoccupation depuis les années 1990. Elle fait maintenant l’objet de programmes spéciaux pour revitaliser - voire faire renaître - ces langues dont l'Unesco nous dit qu'elles sont une part de notre patrimoine culturel commun. 

Faut-il s'inquiéter de la perte de diversité des langages de la planète ? Pourquoi les langues disparaissent-elles et quelles en sont les conséquences culturelles, sociales, économiques ? Comment, pourquoi et pour qui maintenir et protéger ces langues ? Enfin, peut-on faire renaître une langue presque éteinte ? 

Une émission préparée par Samuel Bernard.

La radio en langue autochtone est un phénomène très répandu au Québec, je dirais qu’il y en a une dans chaque communauté autochtone. Simon Plouffe

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Extraits sonores :

- Le Sous-Directeur général pour la culture de l’Unesco, Ernesto Ottone-Ramirez, s’exprime à propos de la disparition des langues (AFP, 28 janvier 2018).

- «Quand tu ne connais ni ta langue ni ta culture, tu ne sais pas qui tu es», affirme Armand McArthur, l’une des dernières personnes à parler couramment le nakota dans la bande Pheasant Rump Nakota, sur le territoire du Traité no 4, dans le sud de la Saskatchewan (ONF, 26 septembre 2018)

- Le linguiste Juventino de Jesus Pérez Alonzo nous présente le tektiteko, une des langues mayas les plus menacées au Guatemala. Avec environ 2000 locuteurs, cette langue de la branche mam’ est grandement influencée par l’espagnol (Soro soro, 2015).

Extraits musicaux :

Spectral Split de Pantha du Prince (label : Rough Trade).

Pour aller plus loin :

- Ceux qui viendront, l'entendront (Les Films du 3 Mars, 2017) de Simon Plouffe.

Le film de Simon Plouffe propose une rencontre singulière avec les derniers locuteurs de plusieurs langues autochtones du Québec, aujourd’hui menacées de disparition.

Chroniques
11H53
5 min
Le Tour du monde des idées
"Le pire des régimes à l'exception de tous les autres ?"
Intervenants
  • maîtresse de conférence à l'université Paul-Valéry Montpellier 3.
  • linguiste, professeur à l’université d’Aix-Marseille et membre du LACITO (laboratoire des langues et civilisations à tradition orale) au CNRS.
  • réalisateur de films documentaires, auteur de « Ceux qui viendront, l'entendront » sur les langues autochtones en voie de disparition au Québec.
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......