LE DIRECT
Un homme prend une photo dans la ville de Shenzhen, dans la province du Guangdong (sud de la Chine), le 7 novembre 2018.
Épisode 1 :

Taïwan : champion du semi-conducteur

58 min
À retrouver dans l'émission

La récente pénurie de semi-conducteurs a mis en lumière la place que détient Taïwan dans l’industrie technologique. Ce quasi-monopole confère à l'île une place stratégique dans la guerre économique qui se joue depuis plusieurs années entre les Etats-Unis et la Chine.

Un visiteur prend des photos d'une puce de Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC) lors de la Conférence mondiale sur les semi-conducteurs 2020 à Nanjing, en Chine, le 26 août 2020.
Un visiteur prend des photos d'une puce de Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC) lors de la Conférence mondiale sur les semi-conducteurs 2020 à Nanjing, en Chine, le 26 août 2020. Crédits : STR - AFP

Automobiles, ordinateurs, consoles de jeu... depuis quelques mois, nombre de secteurs connaissent des retards de livraison. En cause, une pénurie de semi-conducteurs, ces tout petits composants que l’on trouve sur nos circuits intégrés équipant nos objets technologiques.

Bien que les États-Unis dominent la conception des semi-conducteurs, c’est en Asie que se concentre leur fabrication, et plus particulièrement à Taïwan. Depuis la fin des années 1980 et l’envol de l’entreprise TSMC (Taïwan Semiconductor Manufacturing Company), l’archipel garantit environ 70% de la production globale. Si les pénuries actuelles s’expliquent en partie par la pandémie de Covid-19, l’importance de la guerre économique qui se joue entre Washington et Pékin n’est pas à négliger. Ce contexte de guerre économique place Taïwan aux premières loges de cette concurrence technologique entre les deux puissances.

Comment Taïwan tente de tirer profit de cette situation de quasi-monopole ? Cet atout n’est-il pas, aussi, une menace au regard de la Chine qui n’hésite pas à se montrer de plus en plus agressive à l’endroit des territoires situés à ses marges ? Comment Taïwan s’est retrouvé - du fait de son avance technologique – au cœur de la guerre commerciale sino-américaine ? Et quelles réactions de la part des autres puissances qui, depuis la pandémie, ont pris conscience de leur vulnérabilité face à la pénurie de semi-conducteurs ?

Entretien avec Mathieu Duchatel, docteur en Science-Politique, directeur du programme Asie à l'Institut Montaigne et Jean-Yves Heurtebise, maître de conférences à l’université catholique Fu-Jen à Taipei (Taïwan), chercheur associé au Centre d'études français sur la Chine Contemporaine (Hong-Kong) et corédacteur-en-chef de la revue Monde Chinois Nouvelle Asie.

L’innovation est un écosystème et il y a des secteurs où les projets sont difficiles à enclencher pour certains pays. Par exemple, TSMC est lié à deux grandes universités de technologie taïwanaise qui fonctionnent avec cette industrie. C’est pourquoi lorsque la Chine a cherché à attirer les meilleurs ingénieurs de Taïwan, la réponse taïwanaise a été de créer une loi interdisant aux ingénieurs de la haute technologie d’accepter des emplois en Chine. Jean-Yves Heurtebise

L'État taïwanais a choisi des développements stratégiques pensés sur plusieurs décennies. Il y a une montée en gamme progressive à partir des années 60 avec l’industrie textile jusqu’à l’assemblage de produits électroniques. Dans les années 80, Taïwan commence à assembler des écrans, des souris d’ordinateur, des moniteurs, des PCs. C’est à la fin des années 80 que Taïwan fait le choix de pousser les semi-conducteurs dans cet écosystème de l’électronique. D’où le recrutement de Morris Chang chez TSMC, un homme avec un fort ADN américain : formé à Stanford au MIT et avec une carrière de 25 ans chez Texas Instruments. Mathieu Duchâtel

Seconde partie - le focus du jour 

Les ambitions européennes de l’Europe en semi-conducteurs

A la fin du mois d’avril, après plusieurs mois de pénurie de semi-conducteurs qui ont beaucoup affecté la production européenne de voitures, le Commissaire Européen pour le marché intérieur Thierry Breton annonçait « une alliance » pour permettre à l’Europe de réduire sa dépendance aux géants asiatiques, comme TSMC. L’objectif : doubler la production de semi-conducteurs sur le territoire européen d’ici 2030, la faisant passer de 10 à 20%. Comment renforcer l’industrie pour atteindre cette ambition ?

Conversation avec Sarah Guillou, directrice innovation et concurrence à l'Observatoire français des conjonctures économiques. 

L’Europe cherche à mettre ensemble les acteurs pour augmenter sa capacité de production sur son sol de semi-conducteurs. L’objectif de l’Europe, et même des États-Unis, n’est pas de créer des fonderies pour concurrencer Taïwan mais de réduire l’asymétrie de l’interdépendance sur le marché des semi-conducteurs. Il s’agit d’une production très fragmentée, donc tous les acteurs sont interdépendants, et tout ce qui relève de la fonderie située en Asie et principalement à Taïwan. Sarah Guillou

Une émission préparée par Bertille Bourdon. 

Références sonores 

  • Fabien Gloaguen, délégué syndical FO à l’usine Renault de Sandouville explique qu’en raison de la pénurie de semi-conducteurs, la chaîne de production a dû être stoppée, avec des conséquences sur l’emploi (LCI, 12 mars 2021)
  • Bruno Le Maire en février dernier à propos de la pénurie de semi-conducteurs et ses conséquences dans le secteur de l’automobile (Les Echos, 12 mars 2021)
  • Zhang Jinhua, secrétaire général de l’Association chinoise des ingénieurs automobiles est pessimiste quant à la durée de cette pénurie de semi-conducteurs (RTBF, 15 février 2021)
  • Extrait d’une conférence de Morris Chang à l’université de Stanford en avril 2014 durant laquelle il revenait sur les débuts de son entreprise TSMC en 1985 (Stanford on line, 26 avril 2014)
  • Extrait de la prise de parole de Joe Biden à la Maison Blanche lors du sommet qui s’est tenu en avril dernier réunissant les pdg dirigeant des entreprises de semi-conducteurs (Site de la Maison Blanche, 12 avril 2021)
  • Extrait d’un discours de Thierry Breton souhaitant une stratégie pour réindustrialiser le secteur stratégique des semi-conducteurs en Europe (Euronews, 05 mai 2021)

Références musicales 

  • « The Silouhettes » de Sam Prekop (Label : Thrill Jockey)
  • «  Li Bai » de Li Ronghao 

Chroniques

11H53
5 min

Le Tour du monde des idées

Economie : quel rôle joue la religion dans la théorie ?
Intervenants
  • docteur en Science-Politique, directeur du programme Asie à l'Institut Montaigne.
  • Maître de conférences à l’université catholique Fu-Jen à Taipei (Taïwan), chercheur associé au CEFC (Hong-Kong) et corédacteur-en-chef de la revue Monde Chinois Nouvelle Asie
  • économiste à l’OFCE
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......