LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un homme prend une photo dans la ville de Shenzhen, dans la province du Guangdong (sud de la Chine), le 7 novembre 2018.
Épisode 2 :

Inde : la grande pharmacie

58 min
À retrouver dans l'émission

La pandémie a fait de l'Inde l’épicentre de l’industrie pharmaceutique. Le pays dispose de la main-d'œuvre qualifiée nécessaire, mais les infrastructures ont du mal à répondre à la demande mondiale. Comment la crise du Covid met-elle en avant les forces et faiblesses de l'industrie indienne ?

Flacons de Covishield, le vaccin contre le coronavirus Covid-19 d'AstraZeneca-Oxford, dans le laboratoire de fabrication au Serum Institute d'Inde à Pune, le 22 janvier 2021.
Flacons de Covishield, le vaccin contre le coronavirus Covid-19 d'AstraZeneca-Oxford, dans le laboratoire de fabrication au Serum Institute d'Inde à Pune, le 22 janvier 2021. Crédits : Punit PARANJPE - AFP

Forte d’une main d’œuvre qualifiée et de coûts de production peu élevés, l’Inde s’est progressivement imposée comme l’épicentre de l’industrie pharmaceutique mondiale. Ce succès doit beaucoup à une législation longtemps permissive sur les brevets, et au développement de l’ingénierie inverse, c’est-à-dire la capacité à décomposer une molécule pour la reproduire.

L’Inde s’est retrouvée en première ligne pour la production de vaccins contre le Covid-19 et face à l’augmentation accrue des cas sur son propre territoire, le pays a choisi de réserver les doses pour sa population. C’est pourquoi le pays a demandé, pour l’instant sans succès, la levée des brevets sur les autres vaccins. Mais au-delà des questions de propriété intellectuelle, la pandémie questionne les capacités de production de l’Inde. Si elle dispose de la main-d'œuvre qualifiée nécessaire, il n’est pas certain que ses infrastructures suffisent à répondre à cette demande mondiale inédite.

Comment la pandémie met en évidence les forces et les faiblesses de l’industrie pharmaceutique indienne, mais également la dépendance du reste du monde à ce secteur-clé ? Quel impact son développement a-t-il eu sur l’économie et la société ? Quelles sont les perspectives d’évolution de cette industrie massive, pour l’heure restreinte à la reproduction de molécules élaborées ailleurs et à la sous-traitance ?

Entretien avec Jean-Joseph Boillot, économiste, chercheur associé à l’Iris, spécialiste de l’Inde et Samira Guennif, économiste, maître de conférences à l’Université Paris 13, spécialiste de l’économie du médicament et de l’économie du brevet.

La modification du système de brevet dans les années 70 a permis à l’industrie indienne de se développer sur une base nationale. Puis, dans les années 90, l’Inde connaît une ouverture sur le reste du monde et vise le marché américain, qui commence à promouvoir le générique. Le gouvernement indien va permettre aux entreprises de pouvoir s’orienter progressivement sur le marché d’extérieur. C’est pourquoi aujourd’hui il s’agit d’une industrie d’exportation. Samira Guennif

Cette catastrophe sanitaire met à nu la mondialisation conçue par les grands laboratoires. Elle révèle la façon dont un certain nombre de pays en développement ont délaissé la santé publique. En l'occurrence, l'Inde a privatisé la totalité de la santé. Jean-Joseph Boillot

Seconde partie - le focus du jour 

L’Etat du Gujarat, pépinière de TPE et PME pharmaceutiques

Le très libéral Etat du Gujarat, d'où est originaire le Premier ministre Narendra Modi, abrite de nombreuses moyennes voire très petites entreprises, en particulier dans sa ville principale : Ahmedabad. Des fabricants de gélules aux spécialistes du marketing du médicament, les TPE-PME pharmaceutiques influencent profondément le développement local, et contribuent à renforcer les connexions entre la région et le reste du monde.

En compagnie de Yves-Marie Rault Chodankar, attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université d’Artois, chercheur associé au Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA). 

A partir des années 90, l’Etat a mis en place des exemptions fiscales pour l’installation d'unités de production dans un certain nombre d’Etats considérés comme arriérés. Des investissements ont été faits dans des villes comme Badi où se trouvent plus de 50 000 travailleurs, souvent migrants, dans ces entreprises. Yves-Marie Rault Chodankar

Une émission préparée par Margaux Leridon. 

Références sonores 

  • Suvashish Chakravarty, directeur des urgences d’une clinique en proche banlieue de New Dehli dresse un tableau alarmant de la situation sanitaire suite à une augmentation exponentielle du nombre de cas de COVID 19 (Extrait du reportage « Inde : Covid, l’explosion » d’Antoine Védeilhé diffusé sur Arte le 30 avril 2021)
  • Anisha Malik, médecin au Madan Mohan Malaviya Hospitazl à Dehli explique qu’elle doit espacer les doses de vaccination suite à une pénurie de vaccins échange entre une patiente vaccinée à l’Astrazenca et un gardien du même hôpital (LCI, 17 mai 2021)
  • Dr Sunela Garg, conseillère de la campagne de vaccination à New-Delhi explique que l’Inde doit limiter ses exportations de vaccins et évoque le « nationalisme du vaccin » (France 2, 30 mars 2021)
  • Hemant G. Koshia, commissaire de la Food and Drug Control Administration du Gujarat, précise le rôle prépondérant de l’Etat du Gujarat dans la production de médicaments (Global Business report, juillet 2020)

Références musicales 

  • « Love on a real train » de Tangerine Dream (Label : Virgin)
  • « Hausla » (= « Courage ») titre composé en avril 2020 par un collectif d’artistes, de chanteurs et de musiciens indiens
Chroniques
11H53
5 min
Le Tour du monde des idées
Et le meilleur système de soins du monde est...
Intervenants
  • Professeur agrégé de sciences sociales et docteur en économie, chercheur à l'IRIS spécialiste des grands pays émergents
  • Economiste, maître de conférences à l’Université Paris 13, spécialiste de l’économie du médicament et de l’économie du brevet
  • Attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université d’Artois, chercheur associé au Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......