LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
New York, États-Unis, 11 février 2020, conseil de sécurité de l'ONU -  António Guterres, secrétaire général de l'ONU, écoute Mahmoud Abbas, président de l'État de Palestine, au sujet du Moyen-Orient
Épisode 4 :

Internet : de la Pangée à la balkanisation

58 min
À retrouver dans l'émission

Pourquoi la régulation internationale d’Internet est-elle si diluée ? Qu’est-ce qui distingue les conceptions américaine et chinoise du réseau ? Sont-elles si diamétralement opposées ? Comment l’Europe peut-elle trouver sa place dans cette fragmentation ?

Forest City, Caroline du Nord, États-Unis, 19 avril 2012 - Un employé de Facebook traverse une salle de serveurs de l'entreprise, dans les bâtiments d'un des Facebook Data Centers
Forest City, Caroline du Nord, États-Unis, 19 avril 2012 - Un employé de Facebook traverse une salle de serveurs de l'entreprise, dans les bâtiments d'un des Facebook Data Centers Crédits : RAINIER EHRHARDT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP - Getty

La "souveraineté numérique". Cette expression, employée par Bruno Le Maire en février dernier à l’issue d’une rencontre avec le Commissaire européen Thierry Breton, est sur toutes les lèvres, de Bruxelles à Pékin en passant par Washington et Moscou. Pourtant, Internet a longtemps été perçu comme l’espace d’ouverture par excellence, susceptible de réunir les individus du monde entier sans l’intermédiation des Etats. 

Mais aujourd’hui, ce sont les Etats qui, justement, semblent vouloir retrouver un contrôle sur le réseau. En Europe ou aux Etats-Unis, on parle d’encadrer – voire de démanteler – les surpuissants GAFAM, au nom de la défense de la démocratie, tandis qu’en Chine ou en Russie, c’est au nom de la défense nationale que l’on s’applique à couper l’Internet local du reste de la toile. 

Derrière cette course à la souveraineté numérique, qui prend des formes très différentes d’un pays à l’autre, la concurrence entre deux modèles, américains et chinois, se dessine. Et cette fragmentation révèle l’échec des parties prenantes à instaurer une réelle gouvernance mondiale d’Internet, en dépit de la multiplication des instances techniques.

Pourquoi la régulation internationale d’Internet est-elle si diluée ? Qu’est-ce qui distingue les conceptions américaine et chinoise du réseau ? Sont-elles si diamétralement opposées ? Comment l’Europe peut-elle trouver sa place dans cette fragmentation ? Et d’ailleurs, quel est l’état réel de cette balkanisation d’Internet ?

Une discussion en compagnie de Bernard Benhamou, secrétaire général de l’Institut de la Souveraineté numérique, et de Lucien Castex, représentant pour les affaires publiques à l’Afnic (Association française pour le nommage Internet en coopération), membre du comité scientifique de l’Internet Society France, chercheur à l’Université Sorbonne-Nouvelle.

Nous vivons un après-Cambridge Analytica comme on avait vécu un après-Snowden. Le second était sur la surveillance, le premier sur la manipulation de masse. Comme on s'en est rendus compte pour Facebook et Instagram, on se rend compte aujourd'hui que les réseaux comme TikTok sont d'extraordinaires outils de conviction politique. Bernard Benhamou

La question même de gouvernance d'Internet est intéressante. Peut-on dire qu'il y a une "gouvernance'" d'Internet ? Il y a plutôt des modalités de gouvernance qui s'appliquent à des enjeux qui touchent à Internet et aux technologies numériques. Lucien Castex

Le focus du jour 

La production scientifique : une industrie numérique comme les autres ?

Avec Chérifa Boukacem-Zeghmouri, Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Lyon 1, membre du laboratoire ELICO (Équipe de recherche de Lyon en SIC)

Aujourd'hui, le "publish or perish" (publier ou périr), le fait de devoir publier des articles dans des revues indexées en ligne, à haut impact, qui comptent pour la carrière des chercheurs, est pratiquement l'unique activité prise en compte pour l'évolution de leurs carrières, leurs recrutements. Chérifa Boukacem-Zeghmouri

La page d'accueil de Sci-Hub, site fournissant un accès libre à des millions d'articles scientifiques via le contournement de "paywalls" (verrous d'accès payants) des éditeurs scientifiques
La page d'accueil de Sci-Hub, site fournissant un accès libre à des millions d'articles scientifiques via le contournement de "paywalls" (verrous d'accès payants) des éditeurs scientifiques Crédits : Sci-hub. Licence CC BY

Extraits sonores

- Donald Trump à propos de Tiktok et de son implantation aux États-Unis (MSNBC, 19 septembre 2020)

- Bruno Le Maire explique, lors d’une conférence de presse, combien la souveraineté numérique européenne est un enjeu crucial pour les années à venir (Twitter, 07 février 2020)

- Alexandra Elbakyan, fondatrice de Sci-Hub, explique l’utilité d’un accès gratuit à la littérature scientifique via son site (Ruptly, 20 février 2020)

Extraits musicaux

- « Los » de Plaid (Label : Warp)

- « Get off the internet » du groupe américain Le Tigre (label : Mr. Lady Records)

Chroniques
11H53
5 min
Le Tour du monde des idées
L'hommage de Martin Amis à Christopher Hitchens, l'ami disparu
Intervenants
  • Secrétaire général de l’Institut de la Souveraineté numérique.
  • Représentant pour les affaires publiques à l’Afnic, membre du comité scientifique de l’Internet Society (ISOC) France, chercheur à l’Université Sorbonne-Nouvelle
  • Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Lyon 1, membre du laboratoire ELICO
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......