LE DIRECT
Des manifestants affrontent la police anti-émeute lors d'une manifestation contre la visite de la chancelière allemande Angela Merkel à Athènes le 10 janvier 2019.
Épisode 1 :

Gestion des foules : la fabrique de la violence

58 min
À retrouver dans l'émission

Si l'utilisation des armes de "force intermédiaire" fait encore débat en France, leur usage est totalement prohibé par les forces de police Allemandes, Britanniques et Belges. Comment nos voisins européens gèrent-ils les mouvements de contestation et pour quelle efficacité ?

Des manifestants affrontent la police anti-émeute lors d'une manifestation contre la visite de la chancelière allemande Angela Merkel à Athènes le 10 janvier 2019.
Des manifestants affrontent la police anti-émeute lors d'une manifestation contre la visite de la chancelière allemande Angela Merkel à Athènes le 10 janvier 2019. Crédits : Aris MESSINIS - AFP

Samedi 26 janvier marquait la onzième journée de mobilisation des gilets jaunes. Un rendez-vous hebdomadaire entre les forces de l’ordre et les manifestants qui charrie chaque semaine son lot de blessés, de mutilés, et de questions sur le bien-fondé des outils et des stratégies employés par les forces de l’ordre françaises.

"En Allemagne, la constitution de 1885 impose aux forces de polices le principe de désescalade - un principe cardinal - qui impose un dialogue permanent pour tenter de discipliner les modes de protestations." Fabien Jobard.

En cause, l’usage disproportionné d’armes dites « de force intermédiaires » telles que le LBD-40 (successeur du flash Ball) ou les grenades de désencerclement. Si les effets parfois mortels de ces armes fait encore débat en France, leur usage est lui totalement prohibé par les forces de polices Allemandes, Britanniques, Belges ou suédoises, reléguant ainsi les français au fond de la classe avec les polices Italiennes et Espagnoles accusées de nourrir la colère et la violences de leur manifestants. 

Qui est responsable des montées de violence ?

Comment nos voisins européens gèrent-ils les mouvements de contestation et pour quels efficacité ? Que révèlent-ils des mécanismes de violence en contexte de maintien de l’ordre ? Policiers ou manifestants, qui est responsable des montées de violence ? Les méthodes employées par les forces de police dépendent-elles aussi des évolutions stratégiques des manifestants ? 

Une émission préparée par Samuel Bernard. 

Chroniques

11H53
5 min

Le Tour du monde des idées

La rhétorique du populisme
Intervenants
  • Sociologue, directeur de recherche au CNRS, travaille au CESDIP, Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales
  • Professeur de science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).
  • professeur de psychologie sociale à l'Université de St Andrews.
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......