LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Bangkok, 9 mai 2019 - Maha Vajiralongkorn Bodindradebayavarangkun (Rama X), roi de Thailande, célèbre la cérémonie royale de labour.
Épisode 4 :

Au Royaume du Maroc, un calme de façade

58 min
À retrouver dans l'émission

Comment le Maroc, l'une des plus vieilles monarchies du monde, a-t-il évolué depuis l’arrivée sur le trône de Mohammed VI il y a plus de vingt ans ? Depuis 2011, et l’absence de réel "printemps marocain", le monarque semble avoir déjoué toutes les potentielles crises. Mais est-ce réellement le cas ?

31 juillet 2002, Tétouan, Maroc - le roi Mohammed VI est au centre des célébrations, à la Fête du Trône
31 juillet 2002, Tétouan, Maroc - le roi Mohammed VI est au centre des célébrations, à la Fête du Trône Crédits : Alain BENAINOUS/Gamma-Rapho - Getty

Le discours du trône a eu cet été une teinte particulière, en pleine pandémie de Covid-19. Alors que le pays a subi un long confinement et que la circulation est de nouveau interdite dans certaines villes du royaume, le roi Mohammed VI a voulu se montrer impliqué dans la gestion de la crise. Un engagement indispensable, alors que celle-ci, en pénalisant le tourisme, risque d’être fatale à l’économie marocaine, déjà minée par des inégalités. 

Cette situation représente un nouveau défi pour la monarchie, déjà confrontée ces dernières années à une contestation persistante dans le Rif, à des tensions sociales croissantes, et à l’éternel litige qui oppose le Maroc à l’Algérie sur le statut du Sahara occidental. Cependant, malgré ces lignes de fracture, le royaume chérifien reste exceptionnellement stable par rapport à ses voisins.

Mais est-ce réellement le cas ? D’où le roi du Maroc tire-t-il sa légitimité ? Qu’est-ce que la crise sanitaire a révélée du pouvoir marocain ?

Comment le pays a-t-il évolué depuis l’arrivée sur le trône de Mohammed VI, il y a un peu plus de vingt ans ? Quel avenir pour l’institution monarchique marocaine ?

La crise sanitaire au Maroc est beaucoup moins forte, mais potentiellement ravageuse au vu de l'état du système sanitaire, et l'économie y est à l'arrêt. Il y donc a une sorte de congélation qui touche le Maghreb et le Maroc en particulier, qui, au vu de l'endettement du pays et de son incapacité à produire de la monnaie, peut faire craindre une situation très incertaine sur les plans économique et sanitaire. Pierre Vermeren

Le Maroc est une monarchie constituée depuis le VIIIème siècle, c'est l'un des plus vieux Etats au monde. Et par conséquent, la question de la succession y est absolument centrale - la première dynastie régnante était les Idrissides, Idriss Ier était un descendant direct d'Ali - il y a donc un enjeu de légitimité historique derrière la monarchie. Cela est-il suffisant ? Non, nous savons aujourd'hui qu'une légitimité populaire est également indispensable. La plupart des Marocains adhèrent à la monarchie, mais ils réclament en même temps d'importantes réformes. Kader Abderrahim

Le focus du jour : la monarchie jordanienne, un autre calme trompeur

Avec Camille Abescat, doctorante au CERI (IEP de Paris).

Le monarque actuel a systématiquement essayé de calmer la colère de la rue en nommant un nouveau Premier Ministre mais également en mettant en place des réformes, ce qui lui permet de renforcer une image de monarque moderne, engagé pour que la Jordanie se démocratise petit à petit. Mais ces réformes ont eu lieu en parallèle de renforcements des pouvoir royaux, avec notamment une série d'amendements, votés en 2016, qui lui ont permis de nommer les postes les plus importants du gouvernement sans aucun aval du Premier Ministre ou du Parlement. Camille Abescat

19 décembre 2017 - Abdallah II, roi de Jordanie
19 décembre 2017 - Abdallah II, roi de Jordanie Crédits : POOL/Denis ALLARD - Maxppp

Extraits sonores

- Extrait du discours télévisé de Mohammed VI le 20 août dernier dans lequel il revenait longuement sur la propagation de la COVID-19 (Media 24, 20 août 2020)

- En juin 2017, la contestation dans le Rif reprend de plus belle. Témoignage de deux manifestantes, Nawal Benaïssa et Cilia Ziani, membres du mouvement Hirak (France 24, 2 juin 2017)

- Extrait d’un entretien donné par le roi jordanien Abdallah II à France 24, en janvier dernier, durant lequel il dit se soucier du sort des jeunes de son pays (France 24, 13 janvier 2020)

Extraits musicaux

- « Back to Morocco » d’A Reminiscent Drive (Label : Peacelounge reocrdings)

- « Ila Mata » du groupe franco-marocain Bab L’Bluz (Autoproduit)

Chroniques
11H53
5 min
Le Tour du monde des idées
Le capitalisme, seul sur la scène du monde
Intervenants
  • Directeur de recherches à l’Institut de prospective et de sécurité en Europe (IPSE)
  • Professeur d’histoire contemporaine à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, spécialiste du Maghreb
  • Doctorante au CERI/Sciences Po
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......