LE DIRECT
1er septembre 2020, Kenosha, Wisconsin, États-Unis - des manifestants pro- et anti-Trump se confrontent à Kenosha, où des policiers ont tasé et tiré sept fois sur Jacob Blake, un jeune homme noir.
Épisode 2 :

Tensions raciales : le point de non-retour ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Les actes de violences racistes se sont encore aggravés cet été aux États-Unis, alors qu'ils semblaient déjà à leur paroxysme. Alors que le caractère systémique du racisme institutionnel semble admis par l'opinion publique, quelle place prend l'administration Trump dans son déni et sa perpétuation ?

26 juillet 2020, Selma, Alabama, États-Unis - une calèche transportant le cercueil de John Lewis, figure des mouvements pour les droits civiques aux États-Unis, passe le pont Edmund Pettus.
26 juillet 2020, Selma, Alabama, États-Unis - une calèche transportant le cercueil de John Lewis, figure des mouvements pour les droits civiques aux États-Unis, passe le pont Edmund Pettus. Crédits : ÂERIK S. LESSER/EPa - Maxppp

Alors que la mort de George Floyd avait déclenché, au sortir du confinement, une reprise du mouvement Black Lives Matter, les tensions se sont encore aggravées cet été, entraînant une spirale de violence, notamment à Kenosha, dans le Wisconsin : c’est là qu’un policier a tiré sept balles dans le dos de Jacob Blake, un homme noir de 29 ans, qui tentait d’échapper aux forces de l’ordre en entrant dans sa voiture - à l’arrière de laquelle se trouvaient ses trois enfants...

La vidéo de l’agression, qui a laissé l’homme lourdement handicapé, a déclenché une nouvelle flambée de colère et de nombreuses manifestations du mouvement Black Lives Matter, dénoncées en retour par des milices de suprématistes blancs, certaines se rendant directement dans les cortèges, lourdement armées, au prétexte de protéger les commerçants de débordements éventuels.

Parmi ces suprémacistes, il y a Kyle Rittenhouse, un homme de 17 ans, qui a tué fin août deux manifestants, avant de passer les barrages de police, a arme en bandoulière, et sans être immédiatement inquiété. Il a depuis été placé en détention et inculpé de meurtre, mais le président Donald Trump a refusé de condamner son geste.

Quatre ans après le départ de la Maison Blanche du premier président noir des Etats-Unis, les tensions raciales ont-elles atteint un point de non-retour ? Alors que leurs racines historiques sont connues, comment les institutions américaines leur permettent-elles de se perpétuer ?

Au niveau politique, quel a été l’impact de la présidence de Donald Trump sur ce dossier, et quelles sont ses conséquences sur la campagne en cours ?

Depuis la présidence Obama, il est plus difficile pour les Américains de détourner le regard, de prétendre qu'il n'y a pas de racisme institutionnel, à cause de l'avancement de la technologie et notamment celle des téléphones portables : on est envahis d'images et que ces images sont insupportables. Olivier Richomme

Il y a une évolution très rapide dans la population américaine : elle est en train de changer d'avis sur la police, et a la sensation que les politiciens courent après l'opinion publique et qu'ils n'ont pas réalisé à quel point les choses avaient changé. En 2012, sous Obama, le programme Démocrate était encore très « pro-police ». Olivier Richomme

Le mythe de l'Amérique post-raciale a très rapidement été balayé après l'élection de Barack Obama, qui lui-même a admis qu'il ne s'y reconnaissait pas. En revanche, l'émergence de Trump a été facilitée par la négligence, durant les années Obama, de revendications qui ont été perçues comme trop dangereuses, ou allant trop loin. Une partie de l'Amérique s'est sentie menacée de déclin et a réagi avec le sursaut conservateur et raciste qu'a été l'élection de Donald Trump. Charlotte Recoquillon

Le focus du jour : Trump, quatre ans de politique anti-migrants

Avec Matthieu Tardis, chercheur au Centre Migrations et sociétés de l’Institut français des relations internationales (IFRI)

20 mars 2019, Tijuana, Baja California, Mexique - des groupes migrants essaient de traverser la frontière entre Mexique et États-Unis de manière illégale, au niveau des plages de Tijuana.
20 mars 2019, Tijuana, Baja California, Mexique - des groupes migrants essaient de traverser la frontière entre Mexique et États-Unis de manière illégale, au niveau des plages de Tijuana. Crédits : Joebeth Terriquez/EFE/Newscom - Maxppp

Toutes les mesures de Trump sont réversibles. Elles ont toutes été adoptées par les pouvoirs exécutifs présidentiels, et si Joe Biden est élu, il pourra, d'une seule signature, revenir sur ces mesures. Mais cela pose ensuite la question des compensations pour toutes les familles qui ont souffert de la politique migratoire de Trump, pour toutes les personnes qui sont encore aujourd'hui coincées à la frontière américaine. Matthieu Tardis

Extraits sonores

- Témoignage d’une jeune manifestante afro-américaine lors d’une manifestation en juin 2020 sur Hollywood Boulevard à Los Angeles (France 24, 11 juin 2020)

- Témoignage de Jerry, habitant de Portland, pour le 100e jour de manifestations (France Culture, reportage de Grégory Philipps, 06 septembre 2020)

- Témoignage d’un jeune manifestant noir à New York le 02 juin 2020 suite à l’assassinat de George Floyd (Le Monde, 03 juin 2020)

- Joe Biden à la rencontre de la famille de Jacob Blake le 3 septembre 2020 à Kenosha dans le Wisconsin (France 24, 03 septembre 2020)

- Trump durcit la politique migratoire au nom du Covid et suspend la délivrance de cartes vertes (AFP, 22 avril 2020)

Extraits musicaux

« Slow Blues » du Wu Tang Clan (Label : BG / IH2D / Hip Hop Distribution)

« Fight the power / Remix 2020 » de Public Enemy (Label : Island / Def Jam)

Chroniques

11H53
5 min

Le Tour du monde des idées

QAnon ou le complotisme d'un nouveau genre (2/4) : La rhétorique QAnon
Intervenants
  • Maître de conférence en civilisation américaine à l'université de Lyon 2.
  • Chercheuse associée à l’Institut français de géopolitique et journaliste indépendante
  • chercheur au Centre Migrations et sociétés de l’Institut français des relations internationales (Ifri)
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......