LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le ramadan marque le début de la révélation du Coran au prophète Mahomet, et se pratique durant le mois sain, c'est-à-dire au neuvième mois du calendrier lunaire musulman.
Épisode 3 :

La zakat : quand l'aumône sert le pouvoir

58 min
À retrouver dans l'émission

Troisième pilier de l’islam, la zakat est une sorte d’impôt religieux poussant tous les musulmans qui le peuvent à donner à des œuvres caritatives. Mais cet argent alimente autant la générosité intérieure des États que leurs politiques de rayonnement extérieur. Qui profite de la charité islamique ?

La zakat est le troisième pilier de la religion musulmane.
La zakat est le troisième pilier de la religion musulmane. Crédits : Fajrul Islam - Getty

Donnez pour les pauvres et les nécessiteux, donnez pour vous faire aimer de Dieu : telle est l’institution de la zakat, cette aumône prescrite dans les textes coraniques et particulièrement pendant le Ramadan.

Comme une forme d’impôt pour les plus nobles causes, cet argent alimente ONG, associations et fondations mais aussi des Etats, leur politique sociale comme leur diplomatie.

Des bénéficiaires discutables

Et si l’intention ne peut être que louable, à l’autre bout de la chaîne et de ses dérivations, les actes de ses bénéficiaires ne sont pas toujours aussi estimables.  A titre d’exemple, l’année dernière, le procureur de Paris, François Molins, s’était alarmé d’un « micro-financement » du terrorisme alimenté par des sommes « modiques mais en nombre importants » faisant explicitement référence à la Zakat.

Alors, qu’est-ce que la Zakat ? Comment cette institution a-t-elle évolué au cours des siècles jusqu’à devenir un pilier social de nombre de pays musulmans ? Quels sont les dispositifs permettant d’en encadrer son utilisation ? Et plus généralement : à qui profite la charité islamique ? 

Une émission préparée par Marguerite Catton

Extraits sonores : 

- Aucun laissé pour compte pendant le ramadan. C'est en somme la devise de l'association libyenne Jameya pendant ce mois saint pour les musulmans du monde entier. On entend le témoignage d’Abdulrahman Bin Salem, superviseur dans cette association (Alqarra TV, 22 juille 2013).

- Le Sheikh Khaled Al Mosleh, prédicateur saoudien, considère qu’il est parfois permis de faire des dons en argent dans le cadre de la Zakât Al Fitr (Abu Muslim.fr, 20 juin 2017).

- Deux donateurs guinéens expliquent le sens de leur geste lorsqu’ils s’acquittent de l’aumône (TV5 Monde, 1er juin 2018).

- Une soirée de Ramadan en été, dans le quartier d'Eyup à Istanbul sur la rive de la Corne d'Or, montrant la foule devant la mosquée à l'heure de l'Iftar (2012).

Extraits musicaux : 

« Arrakis » de Jon Ayat (label : Inca production).

« Aranis » du groupe libanais Soapkills.

Chroniques
11H53
5 min
Le Tour du monde des idées
Non, le capitalisme n'est pas une invention européenne
Intervenants
  • ancien haut fonctionnaire au ministère de la Défense.
  • docteur en science politique, rattaché au CERI-Sciences Po Paris.
  • géographe, enseignant-chercheur, ancien directeur de l'Institut français d'études anatoliennes
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......