LE DIRECT
Bain de soleil avec en arrière-plan les installations d'un port à conteneurs de la mer du Nord, à Wremen, dans le nord-ouest de l'Allemagne, le 24 juillet 2019.
Épisode 4 :

Cyclades : le tourisme à tout prix

1h
À retrouver dans l'émission

Suite à la crise du Covid, l'affluence touristique est en baisse dans les îles des Cyclades. Or pour la Grèce, le tourisme reste une ressource économique majeure, correspondant à environ un quart du PIB national. L'archipel peut-il espérer compenser le manque à gagner du second confinement ?

Des touristes posent pour un selfie sur le pont supérieur d'un ferry entre le port du Pirée à Athènes et l'île de Mykonos, en Grèce, avec un arrêt sur l'île de Siros, le 4 octobre 2020.
Des touristes posent pour un selfie sur le pont supérieur d'un ferry entre le port du Pirée à Athènes et l'île de Mykonos, en Grèce, avec un arrêt sur l'île de Siros, le 4 octobre 2020. Crédits : DAVID GANNON - AFP

Il y a tout juste un an, le 14 juin 2020, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis avait choisi l’île de Santorin, joyau des Cyclades, pour déclarer ouverte la saison touristique et enjoindre les visiteurs à revenir, leur promettant des conditions sanitaires irréprochables. Mais les semaines qui ont suivi n’ont pas donné lieu à la reprise attendue. Les îles ne sont évidemment pas restées désertes, mais leur taux d’occupation est demeuré bien inférieur à celui des étés précédents... Si cette faible affluence réjouit les vacanciers, qui ont salué des conditions de voyage privilégiées, elle a eu un coût terrible pour les professionnels du secteur, qui ont vu leurs revenus diminuer, ou ont perdu leur emploi. Or pour la Grèce, à peine sortie de la crise de la dette, le tourisme reste une ressource économique majeure, correspondant à environ un quart du PIB national, et jusqu’à 90% de celui de certaines îles.

Derrière les très populaires Santorin et Mykonos, des îles plus petites et moins connues des Cyclades n’ont en outre pas attendu le covid-19 pour s’inquiéter de leur avenir, déplorant l’abandon de l’Etat. Pour ces territoires, qui se vident de leurs habitants, la pandémie est une crise supplémentaire, qui vient aggraver une marginalisation amorcée depuis longtemps.

Alors que s’ouvre une nouvelle saison estivale, les Cyclades peuvent-elles espérer, grâce à leur communication rassurante et leur campagne de vaccination massive, compenser le manque à gagner du second confinement ? Face aux risques de la dépendance au tourisme révélés par la pandémie, la Grèce envisage-t-elle une diversification de son économie ? Comment les questions morales - soulevées par le risque de faire circuler le covid-19, mais également par les crises économiques et migratoires auxquelles a été confronté le pays ces dernières années - modifient-elles les pratiques touristiques ?

Entretien en présence de Fabien Perrier, journaliste indépendant basé à Athènes et Hécate Vergopoulos, maître de conférences au CELSA et chercheuse au GRIP. 

Retrouvez la publication "En Grèce, un succès sanitaire avant un nouvel effondrement économique ?" rédigée par Fabien Perrier en 2019 sur le site de l'Institut Jacques Delors. 

Depuis 2008, la Grèce traverse une énorme crise économique. La politique européenne de la troïka a demandé au pays d’appliquer une politique d’austérité. Il a fallu baisser les salaires, diminuer la consommation, augmenter les impôts, bref les revenus des grecs ont diminué en moyenne de 40%. Pendant cette période, il y a eu un essor des investissements étrangers avec une série de privatisations et une augmentation des investissements sur le tourisme, notamment le tourisme de masse. Fabien Perrier

Il est important de connaître les motivations des touristes étrangers. La Grèce connaît un certain nombre de crises : économique, sociale, humanitaire, migratoire, et maintenant sanitaire. C’est pourquoi les motivations des touristes ont changé entre 2010 et l’année actuelle. Au moment de la crise économique, les motivations des touristes étaient principalement marchandes. Puis à partir de 2012-2013, une motivation politique et solidaire a émergé avec la volonté de soutenir le peuple grec par le pouvoir d’achat touristique. Hécate Vergopoulos 

Des passagers portant des masques de protection débarquent d'un ferry à son arrivée sur l'île grecque de Mykonos, le 8 octobre 2020.
Des passagers portant des masques de protection débarquent d'un ferry à son arrivée sur l'île grecque de Mykonos, le 8 octobre 2020. Crédits : David GANNON - AFP

Seconde partie - Le focus du jour

L’Algarve, d'une région touristique à résidentielle ? 

Au Portugal le tourisme représente 8% du PIB. Tout le pays n’est pas dépendant de l’Algarve, région à la pointe Sud du pays, mais cette dernière est complètement tournée vers ce secteur ce qui pose plusieurs problèmes, notamment celui de la dépendance à ses touristes anglais. Début juin, des milliers de Britanniques créent un “chaos” à l’aéroport international de Faro pour éviter la quarantaine que leur gouvernement impose à partir de ce mardi 8 juin aux voyageurs en provenance du Portugal. Un départ qui questionne sur le devenir de la région. Quelles sont les mutations engendrées par la crise du Covid en Algarve ?

Conversation avec Nacima Baron, professeur de géographie à l'université Paris Est Marne La Vallée, chercheuse au laboratoire « Ville, mobilité, transport » de l'École des Ponts ParisTee. 

J’articule l’activité touristique de l'Algarve avec la construction immobilière. L’activité immobilière est un élément systémique dans l’économie, il faut des constructeurs, des promoteurs, il y a donc une pensée sur le long terme. Puis, à de multiples reprises l’Algarve a essayé de passer d’un tourisme de masse à un tourisme plus sélectif avec des constructions de station dans l’arrière-pays dans les parcs naturels ou les golfs par exemple. Nacima Baron

Des passagers arrivent à l'aéroport de Faro en Algarve, dans le sud du Portugal, le 17 mai 2021.
Des passagers arrivent à l'aéroport de Faro en Algarve, dans le sud du Portugal, le 17 mai 2021. Crédits : PATRICIA DE MELO MOREIRA - AFP

Une émission préparée par Margaux Leridon et Albane Barrau. 

Références sonores

  • Allocution Premier Ministre grec Mitsotakis à Santorin sur la reprise du tourisme (Euronews, 14/06/2020)
  • Témoignage d'une employée d'hôtel à Santorin au sujet des annulations des clients (LCI, 23/07/2021)
  • Témoignage d'un guide touristique à Santorin souhaitant la reprise de l'activité touristique (Franceinfo, 13/05/2021)
  • Un retraité explique. en quoi la Grèce. est une destination attractive pour lui et les retraités européens en général (LCI, 25/05/2021)
  • Un professeur de kayak parle du paysage de la côte en Algarve. (Echappées belles, 24/07/2015) 

Références musicales

  • "Day in the park" de Sound Nomaden (Nu Boheme Recordings, 2021)
  • "If I can dream" de Elvis Presley  (1968)

Chroniques

11H53
8 min

Le Tour du monde des idées

Au revoir tout le monde !
Intervenants
  • Journaliste indépendant basé à Athènes
  • Maître de conférences au CELSA et chercheuse au GRIP
  • géographe, professeure à l'université Paris Est Marne La Vallée, chercheuse au laboratoire « Ville, mobilité, transport » de l'École des Ponts ParisTech (ENPC)
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......