LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des soutiens de la minorité ouïgoure de Chine brandissent des drapeaux du Turkestan oriental alors qu'ils se rassemblent le 1er octobre 2020, à Istanbul, lors d'une manifestation pour protester contre le traitement réservé aux Ouïgours par la Chine.
Épisode 84 :

Répression des Ouïghours : vers une crise diplomatique ?

1h
À retrouver dans l'émission

Retour sur une "génération perdue" en ex-Yougoslavie, celle de Bosniens nés aux alentours de la signature des accords de Dayton - il y a tout juste 25 ans. Puis une discussion autour de la répression des Ouïghours, à l'ouest de la Chine : ce sujet suscite-t-il, enfin, l'attention internationale ?

Des soutiens de la minorité ouïgoure de Chine brandissent des drapeaux du Turkestan oriental alors qu'ils se rassemblent le 1er octobre 2020, à Istanbul, lors d'une manifestation pour protester contre le traitement réservé aux Ouïgours par la Chine.
Des soutiens de la minorité ouïgoure de Chine brandissent des drapeaux du Turkestan oriental alors qu'ils se rassemblent le 1er octobre 2020, à Istanbul, lors d'une manifestation pour protester contre le traitement réservé aux Ouïgours par la Chine. Crédits : Ozan Kose - AFP

Première partie - retour de Bosnie 

Il y a 25 ans, le 14 décembre 1995, étaient signés les accords de Dayton, aboutissant à la création de la Bosnie-Herzégovine, elle-même divisée entre deux entités : la fédération de Bosnie et Herzégovine, avec Sarajevo pour capitale, et la république serbe de Bosnie, avec la ville de Banja Luka pour capitale.

En novembre 2020, les élections municipales montraient l'émergence d'une classe politique née aux alentours de la signature des accords de Dayton, comme à Banja Luka, où un jeune maire de 27 ans vient d'être élu et porte un programme nationaliste serbe. Retour, avec Rémy Ourdan, journaliste au Monde, sur une génération qui vit dans l'ombre de la guerre - dans un pays toujours marqué par les divisions ethniques.

Retrouvez ici le reportage de Rémy Ourdan sur la « génération perdue » de l’accord de Dayton (Le Monde, 11 décembre 2020).

Alija Izetbegovic, président de la Bosnie-Herzégovine, et Franjo Tudjman , président de la Croatie, attendent de parapher un accord de paix, près de Dayton, Ohio, le 21 novembre 1995
Alija Izetbegovic, président de la Bosnie-Herzégovine, et Franjo Tudjman , président de la Croatie, attendent de parapher un accord de paix, près de Dayton, Ohio, le 21 novembre 1995 Crédits : PAUL J. RICHARDS - AFP

Seconde partie - table ronde d'actualité internationale

Répression des Ouïghours : vers une crise diplomatique ? 

Cette semaine, un nouveau rapport du Center for Global Policy était publié sur les atteintes aux droits de l’homme en Chine, et en particulier sur le sujet des exactions menées par le pouvoir central à l’encontre des Ouighours – minorité turcophone et musulmane du Xinjiang. Selon Adrian Zenz, anthropologue allemand à l’origine de ce travail, qui s’est appuyé sur des milliers documents officiels des autorités chinoises, Pékin aurait transféré au moins 570 000 personnes pour travailler dans les champs de coton dans le cadre le cadre d'un programme obligatoire géré par l'Etat Chinois.

Pour Pékin, ces travailleurs seraient en réalité des « étudiants » qui ont fréquentés des « centres de formations »... et Adrian Zenz serait, selon les dires du porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, « l’épine dorsale d’instituts de recherche anti-Chine, créés et pilotés par le renseignement américain ».

Alors, qu’en est-il réellement ? Que sait-on du sort réservé à cette minorité chinoise ? Comment Pékin organise-t-il cette répression à l’encontre de populations qui ne partagent pas sa vision du monde ? Et comment, également, cette question s’immisce-t-elle dans les affaires diplomatiques - du côté des Etats-Unis où l'on n’hésite pas à faire voter des sanctions, ou du côté européen où l'on semble plus mesuré – peut-être par peur de déclencher l’ire d’une puissance montante qu’on ne veut pas se mettre à dos...

Avec Marc Julienne, chercheur au Centre Asie de l’Ifri, responsable des activités Chine, et Vanessa Frangville, professeur d’études chinoises à l’université libre de Bruxelles – ULB.

Références sonores

  • Wang Wenbin, porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, à propos du travail forcé dans le Xinjiang (TV5 Monde, 15 décembre 2020)
  • Adrian Zenz, anthropologue allemand, évoquant son rapport aux Ouïghours au micro d’Arte (Arte, 16 décembre 2020)

Références musicales

  • « Palmica », du rappeur bosniqaue Black Beriz (Label : Kolateral)
  • « Tarim » du groupe Qetiq, mené par le compositeur et interprète ouïghour Perhat Khaliq

Bibliographie

Intervenants
  • Correspondant de guerre au Monde
  • correspondant diplomatique du Monde
  • chercheur au Centre Asie de l’Ifri, responsable des activités Chine
  • professeur d’études chinoises à l’université libre de Bruxelles – ULB
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......