LE DIRECT
Lancement du satellite indien EMISAT depuis l'État de l'Andhra Pradesh le 1er avril 2019.
Épisode 3 :

Qui fait la loi dans l’univers ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Le 27 mars, l’Inde a annoncé être en mesure d’abattre un satellite en orbite, une capacité dont peu d’États disposent. Pourtant, le Traité de l’espace, entré en vigueur en 1967, consacre le principe d’un usage pacifique de l’espace. Le droit spatial est-il encore adapté à la situation actuelle ?

Lancement du satellite indien EMISAT depuis l'État de l'Andhra Pradesh le 1er avril 2019.
Lancement du satellite indien EMISAT depuis l'État de l'Andhra Pradesh le 1er avril 2019. Crédits : ARUN SANKAR - AFP

Le 27 mars dernier, le gouvernement indien annonçait la destruction de l’un de ses satellites. L’évènement a fait la fierté du gouvernement de Narendra Modi qui s’est vanté d’appartenir désormais au club très restreint des nations capables d’une telle opération, après les États-Unis, la Russie et la Chine.

« Nous vivons tous dans l’espace »

Pour les autres puissances spatiales, l’essai indien est une source d’inquiétudes.

En effet, la destruction du satellite a provoqué des centaines de débris dont certains pourraient même menacer la station spatiale internationale. « Nous vivons tous dans l’espace, n’y mettons pas le bazar ! » a lancé en réaction Patrick M. Shanahan, le secrétaire états-unien à la Défense. Pourtant, un droit de l’espace existe bien depuis les années 1960 et des traités internationaux consacrent les principes de l’usage pacifique et de la non-appropriation. 

L’article 4 du Traité de 1967 interdit aux États d‘installer des armes nucléaires ou des armes de destruction massive en orbite terrestre. Mireille Couston

Alors l’espace serait-il une sorte de zone de non droit ? Le droit spatial est-il encore adapté à l’environnement actuel ? Quels garde-fous face à la militarisation croissante de l’espace ? Comment réguler les activités humaines alors qu’une commercialisation de l’espace se profile ?

Une émission préparée par Mélanie Chalandon. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Extraits sonores :

- Lors d’une allocution télévisée, Narendra Modi a annoncé la destruction d’un satellite indien par un de leur missile (Extrait discours officiel, 27 mars 2019)

- Réaction de la NASA par l’entremise de son directeur, Jom Bridenstine, après le tir du missile anti-satellite indien (Daily Mail, 2 avril 2019)

- « Nous devons être prêts », a déclaré Donald Trump en signant dans le bureau Ovale la quatrième directive spatiale de son mandat, qui décrit en détails l'organisation et les pouvoirs voulus pour cette nouvelle entité. « Mon gouvernement a fait de la création d'une force spatiale une affaire de sécurité nationale » (AP, 19 février 2019)

- La ministre française des Armées, Florence Parly, a accusé en septembre dernier la Russie d'avoir tenté d'intercepter des communications d'un satellite militaire franco-italien (France 24, 7 septembre 2018)

Extraits musicaux: 

-A Rocket Debris Cloud drifts de Tied (label: Morr Music)

-Satellite of Love de Lou Reed, version démo enregistrée par le Velvet Underground (label: Atlantic)

Chroniques

11H53
5 min

Le Tour du monde des idées

Marlene dans le tourbillon du Berlin des années vingt
Intervenants
  • professeure de droit international public à l’Université Lyon III. Directrice du centre du droit des espaces et des frontières.
  • chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique, spécialiste des sujets de sécurité, d'innovation et de hautes technologies spatiales.
  • juriste à l’université d’Adelaïde (Australie). Spécialiste de droit spatial et de droit militaire. Membre du projet « Woomera Manual ».
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......