LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le site le plus visité du Pérou: la citadelle inca du Machu Picchu
Épisode 1 :

La prévention: l'autre regard sur le passé

49 min
À retrouver dans l'émission

Grâce à elle, un chantier de parking peut révéler des merveilles de notre passé. Comment l’archéologie préventive a-t-elle émergé ? Quels sont les différents modèles qui existent en la matière ? Quelle place pour le public et le privé? Quels abus, aussi?

Le site le plus visité du Pérou: la citadelle inca du Machu Picchu
Le site le plus visité du Pérou: la citadelle inca du Machu Picchu Crédits : Enrique Castro-Mendivil - Reuters

Cette semaine, nous nous intéresserons à l’impératif que constitue la protection des sites en danger en Syrie, en Libye ou encore en Irak, nous parlerons de fouilles « idéologiques », soit l’instrumentalisation dont elles peuvent faire l’objet et enfin, jeudi, c’est sous la mer que nous irons chercher les vestiges du passé.Depuis 2010, une grande campagne de fouilles préventives a été lancée autour de l’aéroport de Siem Reap, situé en plein milieu de la plaine d’Angkor, dans le bassin des souverains khmers.En effet, alors que des travaux d’agrandissement étaient engagés par la société Vinci Airports et sa filiale Cambodia Airports, on a découvert là les restes d’un ancien temple. L’Institut national de recherches archéologiques préventives - dont nous recevons le premier président ce matin -  a d’ailleurs participé à l’analyse de ses vestiges.  

« Fouilles de sauvetage », « fouilles préventives »… On peut définir l'archéologie « préventive » comme étant la préservation et l’étude des vestiges d’un site menacé par des travaux d’aménagements (pour construire des parkings, immeubles et autres centres commerciaux). Comment l’archéologie préventive a-t-elle émergé ? Quels sont les différents modèles qui existent en la matière ? Quels cadres législatifs ? Quelle place pour l’acteur public ? Et surtout, faut-il s’inquiéter de la montée en puissance des acteurs privés qui sont de plus en plus nombreux ?

En France, l’expression « archéologie préventive » aurait été employée pour la première fois en 1979 par Jacques Lasfargues, directeur des antiquités historiques de la région Rhône-Alpes. Mais en réalité, la France s’est mise assez tard à cette vision de l’archéologie… D’autres pays ont compris, bien plus tôt, son importance…Par exemple en Allemagne, les reconstructions des centres urbains détruits pendant la guerre furent l’objet de nombreuses fouilles de sauvetages (Leipzig, Dresde, Cologne, Hambourg…) même si, au fur et à mesure, l’urgence de la reconstruction a pris le pas sur la préservation des sous-sols. L’archéologie connaitra un nouvel essor, plus tard, dans les années 1980.

Comment concilier recherche scientifique, conservation du patrimoine, et développement économique et social ? C’est toute la mission de l’archéologie préventive, avec, comme souvent de grandes différences selon les pays et les cultures, ce qui nous informe sur cette question essentielle du rapport que les sociétés entretiennent à leur passé, à leur histoire, et donc, à leur identité.

Nous recevons Jean-Paul Demoule, éminent archéologue,  président de l’INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives), dès sa création en 20052 et jusqu'en 2008,  professeur de protohistoire indo-européenne à Paris I – Sorbonne. Il a mené des fouilles en France, en Grèce et en Bulgarie. Ses travaux portent sur la néolithisation de l’Europe ainsi que sur les sociétés de l’âge du Fer, sur l’histoire de l’archéologie et son rôle social, ou encore sur ses constructions idéologiques et, à ce titre, sur le "problème indo-européen". Puis nous entendrons  Nicolas Goepfert, archéologue également, chercheur au CNRS et directeur des fouilles du programme archéologique du désert de Sechura au Pérou.

Khaled El-Enany, directeur du musée égyptien du Caire, situé place Tahrir, et du futur musée de la civilisation égyptienne, projet unique au Moyen-Orient.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Une émission préparée par Clémence Allezard et Audrey Ramea

Bibliographie

Intervenants
  • Archéologue et préhistorien français. Professeur émérite de protohistoire européenne à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, membre honoraire de l'Institut universitaire de France et ancien président de l'Inrap
  • Archéologue, chercheur au CNRS - directeur des fouilles du programme archéologique du désert de Sechura au Pérou
  • Directeur du futur musée national de la civilisation égyptienne au Caire et du musée égyptien du Caire, professeur d’égyptologie à l’université d’Hélouân
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......