LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Épisode 4 :

Climat, théorie du genre, darwinisme : la bataille des programmes scolaires

50 min
À retrouver dans l'émission

Comment la pensée conservatrice se traduit-elle dans l'éducation et l'enseignement ? Quelles batailles idéologiques se jouent dans la conception des programmes scolaires, notamment en sciences naturelles et en histoire ?

Castle Books

Après avoir vu comment le conservatisme prenait forme dans le monde politique, le milieu intellectuel, et l’économie, nous abordons, aujourd'hui, le domaine de l’éducation.

En 1925, aux Etats-Unis, se tenait le procès dit « du singe ». Il opposa les fondamentalistes chrétiens aux libéraux à propos de l’enseignement de la théorie de l’évolution de Darwin faite par un professeur à ses élèves en dépit d’une loi l’interdisant. Si, à l’époque, le procès était un stratagème des libéraux qui voulaient obtenir son abrogation, il aboutit à la condamnation dudit professeur obligé de verser une amende de 100 dollars.

Plus de 90 ans plus tard, les forces conservatrices n’ont pas perdu de leur vigueur - à en croire ce sondage de 2014 selon lequel 42% des Américains pensent que Dieu a créé les humains dans leur forme actuelle il y 10 000 ans - et leur désir de sanctuariser l’école pour la rendre hermétique à la théorie de l’évolution reste intact. Dans les années 1990, ces ultraconservateurs de la pensée biblique avaient développé le concept d’intelligent design (le "dessein intelligent") selon lequel l’évolution et la sélection des espèces étaient trop complexes pour être « naturelle » et qu’elles étaient donc nécessairement une œuvre divine. Mais, il y a une dizaine d’années, des parents d’élèves ont attaqué en justice une école publique de Pennsylvanie, qui avait décidé d’enseigner l’intelligent design comme « théorie alternative à la théorie de Darwin », et ont gagné leur procès. Qu’à cela ne tienne, les opposants au darwinisme ont adopté une nouvelle stratégie visant à interdire d’interdire. En clair, c’est sur la liberté d’enseigner qu’ils se situent désormais : depuis une dizaine d’années, plusieurs lois ont été rédigées à travers le pays offrant une possibilité d’enseigner des « alternatives » à la théorie de l’évolution afin d’aider les élèves à « développer une pensée critique ».

L’école semble donc être le lieu privilégié d’affrontements des lignes idéologiques et aux Etats-Unis, les conservateurs ont depuis bien longtemps investi l’éducation pour tenter de contrebalancer « l’hégémonie laïciste » rendue responsable de tous les maux de la société américaine.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Dans quelle mesure les programmes scolaires actuels sont-ils influencés par l’idéologie conservatrice, aux Etats-Unis et en Europe ? Quelle est la stratégie du créationnisme ? Comment a-t-elle évoluée au cours du temps ? Quelle vision du monde et quelle société ces valeurs conservatrices, fondées sur le rejet du « relativisme moral » et sur la place centrale de la Bible, cherchent-elles à construire ? Et comment expliquer leur succès ?

Nous irons également du côté d’Israël où, récemment, un roman d’amour entre une israélienne et un palestinien a été banni des programmes scolaires. Qu’est-ce que cette affaire nous révèle du poids des conservatismes sur le monde de l’école dans l’état hébreu ?

Le livre "Gader Haya" ou "Borderline" en anglais de l’israélienne Dorit Rabinyan
Le livre "Gader Haya" ou "Borderline" en anglais de l’israélienne Dorit Rabinyan Crédits : Dorit Rabinyan

Enfin, nous nous intéresserons au Japon où, l’année dernière, le gouvernement du conservateur Shinzo Abe a incité les universités à fermer les départements de sciences sociales et où, depuis longtemps, la bataille fait rage pour imposer une certaine vision de l’histoire dans les manuels scolaires.

Un élève japonais lit un manuel d'histoire dans une école de Tokyo.
Un élève japonais lit un manuel d'histoire dans une école de Tokyo. Crédits : Yuriko Nakao - Reuters
Intervenants
  • au laboratoire de sociologie, Faculté des sciences sociales et politiques, Université de Lausanne.
  • professeur à l’université de Toulouse Jean-Jaurès, spécialiste des questions d’éducation au Japon. 
  • historien israëlien spécialisé dans l'histoire contemporaine
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......