LE DIRECT
Pakistan: la foule acclame le cadavre de Mumtaz Qadri, condamné à mort pour avoir assassiné un gouverneur progressiste du Pendjab
Épisode 3 :

Peine capitale pour les terroristes : la tentation populiste

58 min
À retrouver dans l'émission

Ce matin nous prospecterons au Pakistan, en Tunisie, mais aussi en Turquie, dans ces pays où la peine de mort jouit d'une certaine popularité sur laquelle surfent de nombreux dirigeants politiques.

Pakistan: la foule acclame le cadavre de Mumtaz Qadri, condamné à mort pour avoir assassiné un gouverneur progressiste du Pendjab
Pakistan: la foule acclame le cadavre de Mumtaz Qadri, condamné à mort pour avoir assassiné un gouverneur progressiste du Pendjab Crédits : Faisal Mahmood - Reuters

Depuis le 17 décembre 2014 et la levée du moratoire sur les exécutions, pas moins de 425 Pakistanais ont été exécutés, une frénésie meurtrière qui place le Pakistan au troisième rang du classement mondial pour l’année 2015 avec un total de 326. Mais si, au départ le retour de la peine capitale devait permettre d’exécuter des personnes reconnues coupables d’infractions relevant de terrorisme, dès février 2015, les autorités ont commencé à exécuter des détenus condamnés pour d’autres crimes.

Au Pakistan, le droit pénal vient d’opérer un virage important. Désormais, par une loi votée le 6 octobre dernier au Parlement, les crimes d’honneur sont désormais passibles de peine de mort. Défendu par un sénateur issu des rangs du Parti du peuple pakistanais, l’opposition de centre gauche, le texte rend la peine de mort implacable pour les personnes reconnues coupables de tels délits. De la même manière, un autre texte prévoit une peine-plancher pour les viols, un texte attendu dans ce pays où les condamnations pour viols demeurent honteusement rares.

Mais finalement, la peine capitale permettra-t-elle de lutter efficacement contre les viols, les crimes d’honneurs ou encore le terrorisme ? Quelle instrumentalisation peut être fait de la peine capitale ! Par qui ? Comment ? Et dans quel but ?

Nous nous intéresserons également à la Turquie qui, elle aussi, est tentée par un retour à la peine de mort puisque son président, Recep Tayip Erdogan, s’est dit prêt à l’envisager pour les auteurs de terrorisme au grand dam des états abolitionnistes et des militants des droits de l’homme. Nous irons également voir du côté de la Tunisie où, là aussi, toujours sous les coups de boutoirs du terrorisme islamistes, la peine capitale s’est maintenue malgré la démocratisation du pays qui, malgré certaines difficultés, s’est inexorablement enclenchée depuis le départ de Ben Ali.

Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny.

Chroniques

11H53
5 min

Le Tour du monde des idées

Démocraties illibérales 3) : La réécriture de l'histoire nationale
Intervenants
  • conseiller de l’observatoire Pharos pour le Pakistan
  • avocate tunisienne spécialisée dans les droits de l’Homme, membre du sous-comité de lutte contre la torture à l’ONU et présidente de l’Association de lutte contre la torture en Tunisie.
  • géographe, enseignant-chercheur, ancien directeur de l'Institut français d'études anatoliennes

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......