LE DIRECT

Dans les armureries du monde (2/4) - Après la guerre : guns en stock

50 min
À retrouver dans l'émission

Patrick Haimzadeh
Patrick Haimzadeh Crédits : Florian Delorme - Radio France

Deuxième volet de notre série consacrée aux armes dans le monde: « Après la guerre, Guns en stock ». Nous allons parler aujourd’hui de prolifération: que faire des armes (et de leurs propriétaires) après un épisode de violence dans un pays? Comment tenter de les contrôler, faire en sorte qu’elles ne terminent pas entre les mains de groupes mafieux / terroristes / criminels?

Dès février 2011 l’arsenal du colonel Kadhafi est littéralement pillé par les milices rebelles avant d’être dispersé dans la nature. Aujourd’hui de très nombreuses milices djihadistes – dont certaines contrôlent des zones entières – sont lourdement armées. Certaines font commerce de ces armes à destination des pays voisins. Comment éviter cette prolifération? Comment tenter de les contrôler, faire en sorte qu’elles ne terminent pas entre les mains de groupes mafieux / terroristes / criminels? N’est-ce pas trop tard?

Et d’ailleurs comment, sur le plan de la réglementation internationale et européenne, le commerce des armes est-il encadré? Comment pourrait-on limiter le commerce des armes vers les régimes autoritaires ou les zones à risques ?

Pour comprendre ces enjeux - prolifération, démobilisation des troupes combattantes, sécurisation post-conflit - il est utile d’aller voir ce qui a eu lieu à partir de 1999 au Kosovo: dans cette région, contrairement à la Libye, une véritable politique dite de DDR a été menée, à savoir: Démobilisation, désarmement, réintégration. Comment ne pas voir en effet qu’un Etat qui sort d’une situation de guerre doit, au minimum, encadrer, voire intégrer dans ses propres forces de sécurité les troupes combattantes, sous peine de voir ces forces défier son autorité? Cette politique menée par la Kfor en collaboration avec l’UCK kosovar pourrait inspirer les actuels dirigeants libyens qui peinent à imposer leur autorité sur leur territoire.

Intervenants
  • maître de conférences à Tours et chercheuse à l'Institut des Sciences sociales du Politique de Nanterre.
  • ancien diplomate français en Libye.
  • chercheuse au Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité (Grip).
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
Chronique
À venir dans ... secondes ...par......