LE DIRECT

De la Corée du Nord à l'Antarctique: les territoires impénétrables (4/4) - "Voyage aux extrêmes de la Terre"

49 min
À retrouver dans l'émission

Nous poursuivons notre série sur les territoires impénétrables … Nous nous intéresserons ce matin à l’Antarctique…

L’histoire nous montre que l’Antarctique a longtemps un terrain de jeu pour les grands explorateurs…

De l’officier de marine et explorateur français Dumont d’Urville qui, grâce à son navire l’Astrolabe, pu rejoindre les glaces antarctiques pour y planter le drapeau français en janvier 1840 (suivi de près par la flotte de l’américain Charles Wilkes) jusqu’à celui qui, le premier, parvint à rejoindre le pôle sud en décembre 1911, le norvégien Roald Amundsen, au nez et à la barbe l’explorateur britannique Robert Falcon l’Antarctique a longtemps été le terrain de jeu des explorateurs incarnant, à leur manière, les acteurs d’une compétition mondiale qui se jouait entre les grandes nations du monde…

Vint ensuite le temps de la paix… en effet, au lendemain de la WW2, le monde décide de faire de l’antarctique une terre de paix et de science à travers la signature d’un traité international signé à Washington en 1959…

Depuis, les scientifiques se partagent le territoire et installent leurs bases…

Mais ces dernières années, les scientifiques voient débarquer sur leurs terres une autre espèce, particulièrement envahissante, dotée d’intentions bien différentes : les touristes…

Faut-il s’inquiéter de l’essor du tourisme dans une région, l’antarctique, qui, de fait, devient de moins en moins inaccessible !?...

Nous retrouverons Paul Tréguer qui est Océanographe, spécialiste des mers australes et antarctiques où il a effectué plusieurs missions dans les secteurs Atlantique, Indien et Pacifique… notamment une mission sur la mer de Ross en tant qu’océanographe en 1990, à bord d’un bateau norvégien affrété par les USA…

Puis nous donnerons la parole à une glaciologue – Albane Barbero -, qui a passé 13 mois dans la base antarctique Concordia… une station de recherche franco-italienne permanente active depuis 1997…

Dans les périodes les plus froides, les températures peuvent descendre jusqu’à -60°C/-70°C…

Mais pour commencer, nous allons nous diriger vers un lieu extrêmement difficile d’accès…

Probablement la terre la plus isolée du globe… cet archipel volcanique ne possède pas d'aéroport et n'est ravitaillé que très rarement par des bateaux… ce qui n’est pas chose facile lorsqu’on sait que le premier continent est à quelque 3000km de là…

Avec notre invitée Clarence BOULAY , doctorante à l'EHESS, scénographe de profession, elle a passé 8 mois à Tristan da Cunha, île anglaise accessible uniquement par la mer; située au milieu de l’Atlantique, à 2 000 kilomètres de la terre habitée la plus proche, où vivent seulement 262 habitants.

Tristan da Cunha : une petite ile anglaise (moins de 100 km2) située en plein atlantique sud (à mi-chemin entre le Cap et Montevidéo)… considérée comme l’ile la plus isolée au monde…

Tristan da Cunha dépend du territoire britannique d'outre-mer de Sainte-Hélène

Tristan da Cunha
Tristan da Cunha Crédits : Michael Clarke

Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny et réalisée par Michel-Ange Vinti

Intervenants
  • scénographe, doctorante à l'EHESS,
  • glaciologue, Ingénieure d'études au Laboratoire de glaciologie et géophysique de l'environnement (LGGE) près de Grenoble, rattachée au CNRS
  • océanographe.
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......