LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

De la discipline à la violence : les formes du Jihad (4/4) - Le Jihad dans le champ politique

50 min
À retrouver dans l'émission

Farhad  Khosrokhavar
Farhad Khosrokhavar Crédits : Radio France

Depuis plusieurs décennies, de nombreux mouvements politiques, dans tout le monde musulman, situent leur combat dans une perspective de guerre sainte. La paternité du genre revient à l’Iran révolutionnaire, première mouture d’un gouvernement utilisant de façon explicite le référent jihadiste dans sa politique, notamment durant la guerre contre l’Irak. Dans le sillage de cette expérience, le Hezbollah (ou « Parti de Dieu ») adapte la lutte religieuse au contexte politique libanais. Du côté de la Palestine cette fois, c’est le Hamas dont la Charte (article 33) affirme que le groupe, consacré par Allah, doit bénéficier au nom du Jihad, du soutien de l’ensemble de la communauté arabe.

Ces mouvements marquent une époque où la guerre sainte s’inscrit dans des luttes nationalistes, locales, circonscrites géographiquement. Mais depuis plusieurs années, les mouvements qui incarnent l’essentiel de la lutte jihadiste s’inscrivent, au contraire, dans une perspective radicalement différente, plus transnationale, même si le gouvernement, les affaires de la cité, sont assumés par des combattants jihadistes (ce fut le cas par exemple de l’Afghanistan taliban entre 1996 et 2001). Plus récemment encore, les révolutions arabes ont recomposé en profondeur le registre du jihadisme politique dans le monde musulman. Quel est le dénominateur commun de tous ces mouvements? De l’Iran à la Palestine en passant par le Liban : quels bilans est-il possible de tirer des expériences politiques de mouvements se réclamant du jihadisme? Pourquoi ces mouvements semblent-ils tantôt se renforcer, tantôt « s’assagir », laissant parfois d’autres groupes combattants, ultra-radicaux, leur contester le « label » jihadiste? Le jihadisme politique n’est-il pas condamné par son ambiguïté? Peut-on gérer les affaires de la cité tout en prônant la guerre sainte?

Intervenants
  • sociologue, directeur d'études à l'EHESS
  • doctorant en science politique à l'Université Paris 8, ancien enseignant à l'Université d'Auvergne et à Paris 8, spécialiste de la Palestine.
  • islamologue spécialiste du chiisme, chargée de recherche CNRS, affectée au CéSor (centre d’études en sciences sociales du religieux) à Paris
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
Chronique
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......