LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

De l’Himalaya au Caucase: la montagne, objet de convoitise (2/4) - Sociologie du tourisme des neiges

49 min
À retrouver dans l'émission

Pour ce deuxième volet de notre série consacrée aux montagnes, nous allons nous intéresser au(x) tourisme(s) des neiges dans le monde : qui pratique les activités de montagne et comment ? Ces sports sont-ils réservés à une élite, ou se démocratisent-ils ?

Pour mieux comprendre ces enjeux il faut commencer par rappeler que l’alpinisme et les sports de montagne sont apparus sur les cimes des montagnes d’Europe occidentale à la fin du XIXe siècle. Développés à l’initiative de la bourgeoisie, des classes sociales les plus aisées, le ski et l’alpinisme se sont démocratisés tout au long du XXe siècle, jusqu’à l’explosion du « tourisme des neiges » associé au modèle des grandes stations de ski à partir des années 60 dans les pays occidentaux.

Nous parlons de cette pratique du ski et des sports d’hiver dans deux pays d’Asie emblématique d’une certaine diffusion des pratiques occidentales: le Japon avec Jean-François Sabouret; la Chine avec Benjamin Taunay : depuis combien de temps pratique-t-on les sports d’hiver dans ces deux géants de l’Asie? Avec quelles habitudes? Quelles différences avec la pratique que nous connaissons ici en Europe?

Mais c’est surtout l’alpinisme qui nous occupe ce matin, puisque nous parlons de l’ascension du mont Everest, dans l’Himalaya. A 8848 m d’altitude le mont Everest fascine les alpinistes européens depuis le début du XXe siècle. C’est seulement en 1953 que la montagne est « vaincue » pour la première fois. Ces dernières décennies ont marqué une relative démocratisation de cette ascension, qui est tentée par plusieurs centaines d’alpinistes chaque année. Toutes les nationalités sont représentées, du Brésil au Bangladesh. Les « profils » les plus variés également : étudiants, retraités, etc.

Comment comprendre cette tendance, et au-delà du cas de l’Everest, le succès croissant des sports de montagne dits « risqués » dans le monde occidental ? Que vient chercher le public à plusieurs milliers de mètres d’altitude ? Ce goût du risque et des sommets existe-t-il dans d’autres cultures que la nôtre ?

Intervenants
  • géographe, enseignant chercheur à l’Université d’Angers, il travaille sur le tourisme chinois.
  • anthropologue, enseigne les « sciences sociales et le management du sport » à l'UFR Staps de l'Université Lyon 1.
  • sociologue au CNRS, spécialiste du Japon
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......