LE DIRECT

Des animaux et des hommes (2/4) - Le droit au défi de la souffrance animale

50 min
À retrouver dans l'émission

Jusqu’à présent, au grand dam des défenseurs de la cause animale, le Code Civil considérait les animaux comme des « biens meubles », ils sont désormais des « biens corporels » aux yeux de la loi. En effet, le 15 Avril dernier, l’assemblée nationale française a voté un amendement reconnaissant aux animaux la qualité « d’êtres vivants doués de sensibilité », une évolution attendue…

En effet, selon un sondage Ifop réalisé en Octobre dernier 89% des Français se disaient favorables à une telle modification législative. A la même époque, 24 intellectuels de renom - dont Boris Cyrulnik, Alain Finkielkraut ou encore Frédéric Lenoir - signaient un manifeste réclamant justement que l’on octroie aux animaux cette qualité d’être sensible et vivant.

Pas de cris de victoire pourtant du côté des défenseurs des droits animaliers pour qui cette avancée serait purement symbolique.

Le législateur est-il finalement parvenu à doter les animaux d’un véritable statut? « Non » répondent unanimement juristes, associations et élus écologistes. Pas de statut, pas de catégorie propre, une ambigüité des textes délibérée, la prise en compte des animaux par le Droit semble être un long chemin semé d’embûches.

Comment le comprendre? Tous les pays européens rencontrent-ils les mêmes difficultés? Qu’en est-il au niveau de l’Union Européenne?

Et pourquoi, à vrai dire, doter les animaux d’un statut légal? Pour y voir plus clair, nous recevons ce matin Jean-Marc Neumann, juriste et vice-président de la Fondation Droit animal, éthique et science sur la place des animaux dans la société, et surtout celle que l’homme voudra bien – dans un cadre légal – lui accorder.

Nous retrouvons ensuite Eric Baratay avec qui nous parlerons de corrida, comment le droit peut-il établir une hiérarchie entre la préservation d’une pratique culturelle locale et la souffrance du taureau?

Puis direction ensuite la Belgique, où nous évoquons avec Florence Bergeaud-Blackler, anthropologue et sociologue à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman d’Aix en Provence, la question de l’abattage rituel avec ce dilemme qu’on y retrouve derrière : le droit doit-il donner la priorité à la liberté de culte ou à la souffrance animale?

Intervenants
  • anthropologue, chargée de recherche au CNRS à l'Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman (Aix-Marseille Université)
  • professeur d’histoire contemporaine, université Lyon 3
  • juriste et vice-président de la Fondation Droit animal, éthique et science.
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......