LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Des citoyens révoltés (3/4) - Face à la mondialisation, des identités exacerbées

51 min
À retrouver dans l'émission

Troisième temps de notre série d'émissions autour des protéiformes printemps des peuples qui ont fleuri de part et d'autre du globe. Ce matin, les manifestations citoyennes mues par des revendications dites "identitaires".

Alors que l’Allemagne commémore les 70 ans de la libération des camps nazis le pays vit une fièvre islamophobe avec la montée en puissance, ces dernières semaines, du mouvement PEGIDA (Patriotes européens contre l'islamisation de l'occident), un mvt lancé en octobre 2014 par une douzaine de personne dont Lutz Bachmann, son principal leader contraint à la démission cette semaine pour un cliché sur lequel on le voit grimé en Adolph Hitler…

Pegida : Un mouvement qui étonne autant qu’il inquiète…

Hier, Angela Merkel a rendu hommage aux victimes des déportations, mais elle a également tenu un discours dans lequel elle mettait en garde contre l’émergence de mouvements xénophobes : "Auschwitz nous concerne tous, aujourd'hui et demain. Et pas seulement les jours de commémoration " a-t-elle dit…

Elle avait déjà accusé, il y a quelques jours, les organisateurs de Pegida d'avoir de la "haine"… la chancelière a de nouveau fait allusion à ce mouvement : "Nous ne voulons aucune parole de haine contre les Juifs. Nous ne voulons aucune parole de haine contre des hommes qui ont trouvé en Allemagne un nouveau foyer ou qui, chez nous, cherchent un refuge contre la guerre et les persécutions. Nous protéger contre toute forme d'antisémitisme ou d'ostracisme est un devoir qui concerne les citoyens, la société et l' Etat "…

Comment comprendre ce mouvement? Jusqu’où pourrait-il aller? On sait que Renaud Camus, essayiste engagé à l’extrême-droite, a annoncé la semaine dernière le lancement d’une section française de Pegida.

Si la première manifestation a été interdite par la préfecture, l’annonce de la naissance de la déclinaison française a été faite dans un hôtel du quartier de l’Opéra, à Paris… dont la sécurité était assurée par le bloc identitaire .

La question identitaire, justement, va nous intéresser… Nous allons nous demander, quelle place elle tient dans les mouvements citoyens… Pourquoi, en Europe, et plus généralement en Occident, elle est devenu aussi prégnante…

La peur du déclin, celle de l’Occident – en tout cas de l’idée que l’Occident se fait de lui-même - , n’est probablement pas totalement étrangère…

Au fond, ce qui fait peur dans l’Islam, c’est peut être le refus de voir cet occident fantasmé - comme l’était l’Orient sous le pinceau du peintre orientaliste français Jean-Joseph Benjamin-Constant représentant ce monde où les femmes se tiennent seins nus dans d’immense harems d’hommes polygames - s’évanouir dans le grand maelstrom de la mondialisation... C'est ce que nous allons tenter de comprendre aujourd'hui.

Pegida, à Dresdes, le 5 janvier 2015
Pegida, à Dresdes, le 5 janvier 2015 Crédits : blu-news.org

Une émission préparée par Xavier Martinet et Camille Humbert

Intervenants
  • Chercheur en science politique, membre de l'Observatoire des radicalités politiques de la Fondation jean Jaurès
  • Journaliste-reporter et ancien correspondant à Berlin.
  • maîtresse de conférences à l’université de Bourgogne, rattachée au Centre de recherche et d’étude en droit et science politique (Credespo), spécialiste de la Biélorussie
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......