LE DIRECT

Des migrations à l'exode (2/4) - Europe: la solidarité prise en défaut

50 min
À retrouver dans l'émission

Pour entamer cette nouvelle année, nous avons décidé de nous pencher sur un thème qui n’a cessé, cet été, d’agiter l’actualité : « l’immigration ». Ce matin: Une Europe tiraillée de l'intérieur entre approche solidaire et réflexe sécuritaire.

Clôture de fils barbelés à la frontière entre la Macédoine et la Grèce, 1er septembre 2015
Clôture de fils barbelés à la frontière entre la Macédoine et la Grèce, 1er septembre 2015 Crédits : Ognen Teofilovski - Reuters

Nous disions hier que l’intensification des flux migratoires devait nous pousser à penser différemment nos politiques migratoires.

Nous allons nous intéresser ce matin aux divergences entre les états-membres de l’UE… Comment les comprendre ?

Comment l’Europe pourrait-elle harmoniser les politiques migratoires des différents états-membres?

Comment éviter les écueils du populisme et de l’instrumentalisation politique de cette crise migratoire qui réveille d’anciens fantasmes d’invasion et de perte identitaire ?

On le voit depuis des mois, l’Europe est plus divisée que jamais sur la gestion des migrants.

Malgré les appels de la chancelière allemande à faire preuve de solidarité, et en dépit des voix favorables une Europe solidaire, force est de constater que de nombreux états-membres cèdent au tout-répressif et aux sirènes populistes...

Il suffit de regarder la Grande Bretagne par exemple… Récemment, son secrétaire d’état chargé de l’immigration, James Brokenshire, lançait un message assez peu accueillant à l'égard des migrants : « Si vous êtes ici illégalement, nous prendrons des mesures pour vous empêcher de travailler, de louer un appartement, d’ouvrir un compte en banque ou de conduire une voiture »

La Hongrie n’est pas beaucoup plus hospitalière: Le gourvernement de Viktor Orban répond par la force, par les fils barbelés, et par cette clôture de 4 mètres de haut sur une frontière de 175km de long avec la Serbie.…

Puis, de l’autre côté sur l’échiquier des solidarités, nous nous intéresserons à l’Allemagne, qui se prépare à enregistrer près de 800.000 pour cette année 2015 (4 fois plus que l’an dernier)

Comment comprendre que l’Allemagne soit si encline à accueillir de nouveaux migrants ?

Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny

DES MIGRATIONS A L'EXODE
Lundi: Vers un nouveau paradigme

Mardi: Europe: la solidarité prise en défaut

Mercredi:Nations-Unies : les impasses de la pacification

Jeudi: Réfugiés climatiques: la vague à venir

Cette carte révèle les disparités de taux de refus des demandes d'asile en 2014, représente les principales "barrières de sécurité" aux frontières de l'Europe, et synthétise dans les infobulles (au survol ou au clic sur les pays dans la carte) la politique d'asile dans les principaux pays européens.

Plus d'informations dans le dossier de la rédaction : Migrants, réfugiés, demandeurs d'asile en Europe 2/3 : les réponses politiques de l'UE

Circulez dans la carte interactive au doigt ou à la souris, cliquez ou survolez les pays ou les données pour obtenir des informations supplémentaires :

Intervenants
  • Responsale Europe de l'association Res Publica
  • Politiste, professeure et directrice du département de politique européenne et d'étude de la démocratie à l'Université du Danube à Krems, fondatrice du European Democracy Lab.
  • professeur de sciences politiques à l'université internationale en langue allemande Andrassy à Budapest
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......