LE DIRECT

Des terres et des hommes: l’agriculture en questions (1/4) - L’agriculture peut-elle être un moteur de la croissance africaine?

50 min
À retrouver dans l'émission

Lorsqu’on parle d’agriculture en Afrique, on parle le plus souvent de sécurité alimentaire, et notamment lorsque les famines surgissent. En avril 2008, l’Afrique s’embrasait, une fois de plus, touchée par une terrible famine qui traversait l’ensemble du continent:Nigeria, Cameroun, Côte d’Ivoire, Mozambique, Mauritanie, Sénégal, Burkina Faso. Le monde y avait vu alors les conséquences désastreuses de la flambée des prix des matières premières agricoles (les indices FAO des prix des produits alimentaires étaient passés de 139 à 219 entre février 2007 et février 2008). Depuis, d’autres mouvements de hausses des prix ont secoué les marchés, continuant de faire de l’insécurité alimentaire le principal prisme par lequel sont analysées les questions agricoles en Afrique. Comment dépasser cette vision d’une agriculture africaine qui serait seulement une arme pour lutter contre la famine? Ne pourrions-nous pas nous interroger sur ce que pourrait être la place de l’agriculture dans le développement économique du continent de façon plus global?

En 2003, les chefs de gouvernements membres de l’union africaine signaient la déclaration de Maputo s’engageant à allouer au moins 10% de leurs budgets nationaux à l’investissement agricole. Plus de dix ans plus tard, ce sont moins de 10 pays - 7 exactement sur un total de 54 - qui sont parvenus à atteindre cet objectif. Comment comprendre ce manque d’investissement alors même que l’agriculture devrait constituer, à l’avenir, un élément central du développement économique et social du continent noir? En réalité, elle l’est même déjà pour nombre de pays, et notamment pour les pays d’Afrique de l’Ouest pour qui l’agriculture représente souvent près d’un tiers du PIB; un secteur dans lequel, de surcroit, les perspectives en matière d’emploi sont considérables.

Comment faire de l’agriculture le moteur du futur développement économique de l’Afrique? Quelles sont les filières prometteuses?Comment réunir les conditions de leur bon développement? Quels sont les investissements les plus efficaces à l’échelle du continent? Leurs structures sont-elle en train d’évoluer? Comment échapper à la logique subventionnelle? Faut-il imaginer de nouveau mode d’accès au crédit permettant aux agriculteurs de développer leurs activités?

Direction ce matin le Ghana pour nous intéresser à une entreprise, FarmerLine, dont la mission est de mettre en relation les acteurs du monde agricole et qui n’hésite pas pour cela à avoir recours aux nouvelles technologies de l’information et la communication, en utilisant par exemple des services sur téléphones portables permettant d’augmenter la productivité et donc les gains pour les paysans ghanéens.

Puis nous nous intéressons aux actions de l’AGRA (Alliance pour une révolution verte en Afrique) qui soutient des milliers de petits agriculteurs à accroître la productivité de leur exploitation et leurs revenus.

Intervenants
  • dirigeant de l'entreprise FarmerLine, qui met en relation les acteurs du monde agricole au Ghana.
  • ingénieur agronome de formation, ancien directeur du CIRAD (centre de coopération internationale en recherche agronomiques pour le développement), ancien directeur du think tank Farm, Fondation pour l’agriculture et la ruralité dans le monde.
  • coordinateur de la fondation AGRA - Alliance for a Green Revolution. in Africa.
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......