LE DIRECT
Hamza Ben Laden, un des fils d'Oussama, appelle les djihadistes à venger son père "au nom de tous ceux qui défendent l'islam" , mai 2016
Épisode 4 :

Al Qaïda: le retour

58 min
À retrouver dans l'émission

Assiste-t-on au retour du groupe qui fut longtemps l'ennemi public numéro un? A-t-on surestimé son déclin? Du déclin de daech au retour d’Al Qaïda: la résilience du djihadisme transnational, c'est notre sujet ce matin avec nos invités François Burgat, Adam Baczko & Laurent Bonnefoy.

Hamza Ben Laden, un des fils d'Oussama, appelle les djihadistes à venger son père "au nom de tous ceux qui défendent l'islam" , mai 2016
Hamza Ben Laden, un des fils d'Oussama, appelle les djihadistes à venger son père "au nom de tous ceux qui défendent l'islam" , mai 2016

Grâce à la « stratégie de décapitation » des Etats-Unis, Al Qaïda a vu un certain nombre de ses responsables disparaître. Après la mort de son chef charismatique et cofondateur, Oussama Ben Laden, tué en 2011 au Pakistan par un commando de la CIA à Abbottabad, d’autres sont tombés sous les bombes de drones américains. L’année suivante par exemple, toujours au Pakistan, le numéro deux, Abou Yahia Al-Libi, était tué en juin 2012 dans le Nord-Waziristan, la zone tribale frontalière de l'Afghanistan. Plus récemment, en début d’année, c’est Jalal Belaïdi, le responsable d’Al Qaïda au Yémen qui perdait la vie dans une frappe américaine, son prédécesseur, Nasser Al-Wahishi , avait péri dans un bombardement l’année précédente.

Au-delà de ces pertes du côté d’Al Qaïda, c’est surtout l’émergence d’une nouvelle entité djihadiste mondiale, ancienne « franchise » qui s’est émancipée, éclipsant la « maison-mère ». En effet, l’avènement de Daech et la création d’un proto-état par l’autoproclamé calife Abou Bakr Al-Baghdadi à cheval sur l’Irak et la Syrie lui a permis d’attirer dans ses rangs de nouveaux combattants.

Al Qaïda « ringardisé » par l’arrivée de Daech ? « La base » imaginée par Ben Laden et son maitre, le cheikh Abdullah Yusuf Azzam - dit « l’imam du djihad », le père du mouvement djihadiste mondial - serait-elle entrain de trembler sous le poids de Daech ? Pas si sûr lorsque l'on regarde les choses de près: en réalité, Al Qaïda n’a jamais vraiment disparu ! Et peut-être même que, finalement, son avenir serait peut-être plus assuré que celui de l’EI. En effet, avec une branche réputée la plus redoutable au Yémen et des ramifications très actives au Maghreb - et même en Syrie où il n’aurait pas complètement disparu - mais aussi avec une certaine influence chez les shebabs de Somalie ou encore les talibans d’Afghanistan.

Le phénix renaît-il de ses cendres ? Avait-t-il jamais disparu ? Que nous disent les projets religieux et politiques respectifs de Daech et d’AQ quant à leur capacité à se maintenir dans le temps ? Si la mort de Ben Laden et l’apparition de Daech avaient acté du déclin d’AQ ; sur le terrain il semble pourtant bien résister, voire même, progresser et s’étendre sans même que l’on s’en rende compte !

Une émission préparée par Clémence Allezard.

Chroniques

11H53
5 min

Le Tour du monde des idées

Les robots seront-ils les agents d'une deuxième révolution industrielle ?
Intervenants
  • Chercheur CNRS au Ceri-Sciences Po.
  • politologue, directeur de recherches au CNRS (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman / IREMAM – Aix en Provence)
  • Politologue spécialiste de la péninsule arabique. Chargé de recherche au CNRS, au CERI et au centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa (CEFAS), auteur notamment de Le Yémen, de l’Arabie heureuse à la guerre (Fayard)

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......