LE DIRECT

Europe: les métamorphoses (3/4) - Les traités commerciaux, chevaux de Troie de la mondialisation

49 min
À retrouver dans l'émission

CulturesMonde se penche ce matin sur l’économie européenne avec un dossier majeur : celui des négociations en cours autour du TTIP ou TAFTA ((voire même PTCI pour Partenariat Transatlantique pour le Commerce et l’Investissement)) selon les appellations, ce que l’on nomme le traité de libre échange transatlantique

[« Allez vite n’est pas un pb, c’est une solution… tout a gagner à aller vite » nous dit François Hollande…

« Il ne faut pas remettre en cause les droits des consommateurs » Monique Goyen (directrice du bureau européen des unions de consommateurs)…]

Ces négociations sont ouvertes officiellement depuis juillet 2013 ((comme on l’entendait dans la bouche de Barack Obama))…

Mais en réalité Européens et Américains négocient déjà, et même signent des traités commerciaux bilatéraux depuis de nombreuses années…

Pour comprendre l’importance de ce nouveau traité, il faudrait peut-être se demander : pourquoi un texte de plus ? Autrement dit : les relations commerciales entre ces deux géants doivent-elles être relancées ? Et surtout : quel est l’intérêt des Européens à négocier un tel traité : y sont-ils condamnés pour ne pas disparaître de la carte de l’économie mondiale ?

Nous tenterons d’apporter un regard technique sur ce débat compliqué… Notamment avec Gaëlle Krikorian, conseillère au Parlement européen, chargée de surveiller ces négociations. Dans un secteur particulier, celui de l’industrie pharmaceutique, on s’aperçoit que les intérêts défendus par le gouvernement américain d’une part, la Commission européenne d’autre part, sont bien des intérêts privés. Quelles conséquences ces négociations auront-elles pour les citoyens européens ?

Nous donnerons aussi la parole à un américain, pour comprendre comment l’opinion envisage ces enjeux de l’autre côté de l’Atlantique. Ce sera tout à l’heure avec George Ross, spécialiste des relations américano-européennes…

Mais pour dresser une analyse technique des négociations et des conséquences du traité de libre échange transatlantique, nous recevons le directeur du CEPII, Sébastien Jean, directeur du CEPII. Le CEPII qui a réalisé une étude sur les incidences de ce traité sur l’économie européenne. Et une première leçon, d’ailleurs fort surprenante, de cette analyse, est que ces incidences seront… plutôt limitées.

Qu'est-ce que la mondialisation des échanges "fait" à l'Europe? Avatar syncrétique de la mondialisation, au coeur des débats: l’accord de libre-échange entre les États-Unis et l’Union européenne, plus connu sous les noms de "TTIP" (Transatlantic Trade and Investment Partnership) ou "TAFTA" (Transatlantic Free Trade Area), négocié par la Commission européenne depuis Juillet 2013.

En substance voici ce que dit le mandat signé entre les deux parties:

Le mandat assigne trois objectifs à l’accord :

  • accroître le commerce (biens et services) et les investissements entre l’UE et les États-Unis, en supprimant les droits de douane et en rapprochant les réglementations (règlements techniques, normes et procédures d’approbation). A ce titre, l’accord devra traiter les questions liées aux droits de propriété intellectuelle. Par ailleurs, la création d’un mécanisme de règlement des différends entre les investisseurs et un État ("structure d’arbitrage") est prévue. - développer l’accès mutuel aux marchés publics "à tous les niveaux administratifs (national, régional et local) et dans le domaine des services publics". - préserver la diversité culturelle et linguistique de l’UE, permettre à l’UE et à ses États membres de conserver les mesures visant à soutenir le secteur culturel. Source: Viepublique.fr

Pour en discuter, nous recevons:

Sébastien JEAN, directeur du CEPII, Centre d’Etudes Prospectives et d’Informations Internationales, directeur de recherche à l'INRA, auteur entre autres de "Les échanges transatlantiques dans la concurrence mondiale" in L'économie mondiale 2014, La Découverte 2013; et "Transatlantic Trade: Whither Partnership, which economic consequences" CEPII, Policy Brief, 2013. et au téléphone : George ROSS, professeur à l’université de Montréal, titulaire d’une chaire Jean Monnet ad personam, auteur en 2011 de The European Union and its Crises: Through the Eyes of the Brussels’ Elite (Palgrave). Gaëlle KRIKORIAN, conseillère en matière de propriété intellectuelle, docteure de l’EHESS, sa thèse porte sur les accords de libre-échange.

Une émission préparée par Anthoine Dhulster

Intervenants
  • professeur à l’université de Montréal, titulaire d’une chaire Jean Monnet ad personam
  • directeur du CEPII, centre d’expertise et de recherche sur l’économie mondiale
  • Sociologue
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......