LE DIRECT
Barack Obama et Jimmy Fallon, l'animateur du Tonight Show sur la chaîne NBC, une émission de divertissement qui reçoit régulièrement des personnalités politiques sur un ton humoristique.
Épisode 1 :

Saturday Night Live, Last Week Tonight: quand l’infotainment se politise

58 min
À retrouver dans l'émission

Du très politique John Olivier sur HBO en passant par la célèbre Ellen Degenere’s Show, les émissions de télévision de divertissement se sont largement politisées depuis l’élection de Donald Trump. Ces émissions initialement dédiées au divertissement peuvent-elles devenir un facteur de politisation?

Barack Obama et Jimmy Fallon, l'animateur du Tonight Show sur la chaîne NBC, une émission de divertissement qui reçoit régulièrement des personnalités politiques sur un ton humoristique.
Barack Obama et Jimmy Fallon, l'animateur du Tonight Show sur la chaîne NBC, une émission de divertissement qui reçoit régulièrement des personnalités politiques sur un ton humoristique. Crédits : Jonathan Ernst - Reuters

Noah, au Tonight Show de Jimmy Fallon, en passant par les plus politiques, John Olivier sur HBO ou Stephen Colbert sur CBS. Des talkshows présentés par de véritables performers qui, ces derniers mois, se sont révélés être de farouches opposants à Donald Trump, poussant la satire à des niveaux inégalés jusqu’alors.

De Trevor Noah, à John Oliver, quels sont ces présentateurs, qui transforment le divertissement en information ? Quelle est la recette de leur succès ? Est-elle exportable ? Et que produit-elle sur les publics ?

Ces talkshows ont beaucoup inspiré la télévision d’autres pays, comme le Canada, ou encore la télévision française, de Thierry Ardisson jusqu’à, plus récemment, Yann Barthes avec son journal « Le quotidien » sur la chaîne TMC.

Alors peut-on réellement comparer les deux traditions télévisuelles ? Les présentateurs de ces émissions, souvent critiques, sont-ils issus d’une seule et même tradition ?

On essayera aussi de se demander si ce qu’on appelle « l’infotainment », est toujours considéré comme un biais de dépolitisation du public ; en essayant d’envisager, la possibilité inverse : l’humour, la narration, la mise en scène, ne peuvent-elles pas aussi être aussi au service de thématiques proprement politique ? Et du même coup être vecteur de politisation ?

Une émission préparée par Samuel Bernard.

Pour en savoir plus:

La référence vers l'article de Aurélien le Foulgoc: http://www.cnrseditions.fr/sociologie/7450\-television\-8.html

Chroniques

11H53
5 min

Le Tour du monde des idées

Norbert Elias et le processus de "décivilisation"
Intervenants
  • Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Cergy-Pontoise.
  • Professeur au Département de science politique à l’Université de Montréal spécialisé dans la communication politique.
  • Professeur de Communication et de politique Publiques à l’Université John F. Kennedy d’Harvard
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......