LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La famille aux affaires (3/4) - Assad, Eun, Karimov : la dictature en héritage

51 min
À retrouver dans l'émission

Cela fait près de 45 ans que la Syrie est conduite par la famille Al Assad.

Famille Al Assad: Hafez al-Assad & sa femme Anisa Makhlouf. Derrière de gauche à droite: Maher, Bashar, Basil, Majid & Bushra
Famille Al Assad: Hafez al-Assad & sa femme Anisa Makhlouf. Derrière de gauche à droite: Maher, Bashar, Basil, Majid & Bushra

Cela fait près de 45 ans que la Syrie est conduite par la famille Al Assad. En effet, arrivé par un coup d’état en 1970, Hafez Al Assad a construit un régime dans lequel toute opposition était rendue impossible : rassemblant ainsi les conditions permettant à Bachar, son 2ème fils, d’hériter du pouvoir à la mort de son père, en juillet 2000. Deux présidents seulement, pour presque un demi-siècle d’un exercice du pouvoir extrêmement autoritaire où la violence était la règle, et la société civile inexistante. Deux présidents, un parti unique, le Baas, une famille puissante et historiquement ancrée : les Assad.

Il y a eu Hafez, le père, militaire, héros de l’indépendance et ancien allié des français. Et puis Bachar, si tristement connu aujourd’hui. Bachar, le frêle, un peu gauche, à la tête un peu basse. Qui succédait à son père à la moustache franche, l’œil de l’aigle et « l’humour méchant » des lions comme le disait Henry Kissinger, l’ancien conseiller à la maison blanche. Rien n’était gagné pour la succession, c’était d’ailleurs le frère de Bachar qui devait diriger. Et pourtant l’histoire a voulu que l’on passe du « Lion de Damas » (Assad signifie Lion) au « Boucher de Damas ».

Comment la violence a-t-elle été utilisée par l’un et l’autre pour asseoir le clan Assad ? Et d’ailleurs, avec qui gouverne-t-il réellement ? De qui, de quoi se compose son entourage ? Quelles sont les personnes du « clan » ayant de l’influence sur lui ? Quels sont les pouvoirs – et les responsabilités – du frère cadet, Maher, à la tête de la garde républicaine ou encore du cousin, Rami Makhlouf, celui qui tient l’économie ?

Nous nous intéresserons à un autre pays : la seule dynastie communiste du monde : la Corée du Nord. Depuis la guerre de Corée, le pouvoir de Pyongyang se gagne en héritage. Kim Il sung s’en est emparé en 1948, puis le transmis à son fils Kim jung Il, qui l’offrit ensuite à son fils, Kim Jung Eun. Nous essaierons de voir comment la famille parvient à le conserver et ce qu’il pourrait advenir demain

Comment une dynastie familiale a pu s’imposer dans un tel cadre politique ?

Et puis il arrive parfois que la famille au pouvoir s’impose un peu trop, au point de risquer de se fissurer : les derniers remous au sein de la famille Karimov en Ouzbékistan en sont une illustration. Le Président Islom Karimov au pouvoir depuis 1991 vient juste d’être réélu pour un quatrième mandat. Sa fille, enrichie par une succession de coups de force, était pressentie pour lui succéder, jusqu’à un coup d’éclat - de trop ? - l’année dernière.

La famille aux affaires Lundi: Se maintenir grâce à Dieu 

Mardi: De l'Inde aux Etats-Unis: des dynasties par les urnes 

Mercredi: Assad, Eun, Karimov: la dictature en héritage

Jeudi: Le clan aux manettes

*Une émission préparée par Xavier Martinet *

Intervenants
  • chercheur à l'IRIS, spécialiste de l’Asie Centrale et de l’espace post-soviétique
  • journaliste, ancien responsable de l’AFP Moyen-Orient
  • Journaliste, spécialiste de la péninsule coréenne.
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......