LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La famille aux affaires (4/4) - Le clan aux manettes

51 min
À retrouver dans l'émission

Cette semaine CulturesMonde débat du rapport entre pouvoir et familles. Pourquoi observe-t-on un phénomène dynastique, une tendance clanique ça et là ? Dans les monarchies, les régimes autoritaires ou même en démocratie? Ce matin: République Démocratique du Congo, Liban, Togo... quand un clan monopolise le pouvoir.

"50 ans ans pour le père et le fils, ça suffit !", manifestation contre un 3e mandat Faure Gnassingbé, Lomé, Togo (12.2014)
"50 ans ans pour le père et le fils, ça suffit !", manifestation contre un 3e mandat Faure Gnassingbé, Lomé, Togo (12.2014) Crédits : Noel Kokou Tadegnon - Reuters

Au Togo, il y a quelques jours, le 25 avril dernier, le président sortant, a été réélu. L’espoir d’une frange de la population de voir la fin de la dynastie Gnassingbé s’est donc évanoui pour de bon : la Cour constitutionnelle a confirmé la victoire de Faure Gnassingbé. Un scrutin jugé « libre et transparent » par l’ONU… Au pouvoir depuis 2005, Faure Gnassingbé entame donc un 3ème mandat sur les traces de son président de père, Gnassinbé Eyademan, resté à la tête du pays de 1967 à sa mort, en 2005.

Faure Gnassingbé n’est pas seul dirigeant africain à avoir cédé à la pratique dynastique du pouvoir : Ali Bongo, le président du Gabon et Joseph Kabila, président de la RDC, sont eux-aussi des "fils de président". D’ailleurs, l’un et l’autre espèrent bien se faire réélire et l’échéance approche puisque les élections auront lieu en 2016. Pour la RDC de Jospeh Kabila, en fonction depuis 2001, les élections sont déjà dans toutes les têtes. D’ailleurs l’opposant Etienne Tshisekedi, leader de l’Union pour la démocratie et le progrès social a déjà dit son intention d’y participer. Ce ne sera pas la première fois. À chaque fois Kabila l’a emporté malgré les nombreuses irrégularités ayant entaché le scrutin. Pour le Gabon, la route s’est récemment libéré puisque le principal opposant, André Mba Obame, le fils spirituel d’Omar Bongo, son ancien ministre de l’intérieur, est mort le mois dernier. L’annonce de son décès a d’ailleurs provoqué une grande vague d’émeutes. Pas sûr que cette nouvelle disparition, après celle de l’opposant de toujours, Pierre Mamboudnou, soit de nature à garantir instaurer un climat de confiance à quelques mois des élections.

Quoiqu’il en soit, au-delà de la question purement dynastique (qui, par ailleurs, est loin de concernée la seule Afrique ! On l’a vu avec les USA mardi, nous allons nous intéresser à la structure même de ces pouvoirs, à la manière dont les clans sont mis en place, à la façon de placer des membres de la famille, l’entourage dans les postes clefs et selon quels critères, politiques, sociaux, économiques, ethniques, confessionnels.

Que retrouve-t-on dans « le clan » ? Comment s’organise-t-il ? Qui sert-il ? Les printemps arabes, la défaite d’Abdoulaye Wade en 2012 et enfin la chute de Blaise Compaoré au Burkina Faso ne sont-ils pas le signe que le vent est en train de tourner pour les grandes familles au pouvoir ?

Les prochaines élections en RDC et en République du Congo, en 2016, pourraient-elle voir arriver l’opposition à la tête de l’Etat ? Et comment les actuels dirigeants du Togo, Gabon et de la RDC essayent-ils de contrer ce relatif réveil de la société civile grâce à une pratique du pouvoir plus rationnelle, plus éclairée ?

Nous nous intéresserons également à un pays où la famille, le clan, est extrêmement déterminant dans la conduite politique du pays : le Liban. Le pays du cèdre offre un cadre extraordinairement riche pour qui s’intéresse au phénomène dynastique et la place des grandes familles dans le paysage politique.

La famille aux affaires Lundi: Se maintenir grâce à Dieu

Mardi: De l'Inde aux Etats-Unis: des dynasties par les urnes

Mercredi:Assad, Eun, Karimov: la dictature en héritage

Jeudi: Le clan aux manettes

Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny

Intervenants
  • Journaliste, spécialiste de l'Afrique
  • anthropologue, directeur de recherche au CNRS, spécialiste notamment du Yémen, a dirigé « Yémen : écrire la guerre », ed. Classiques Garnier.
  • écrivain togolais
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......