LE DIRECT
Au Rwanda, dans la prison de Myove, des prisonnier témoignent de leur participation au génocide Rwandais qui s'est déroulé en  1994
Épisode 3 :

Centrafrique, Colombie, Burundi: la justice transitionnelle

58 min
À retrouver dans l'émission

Qu’est-ce que la justice transitionnelle et permet-elle vraiment la réconciliation ? Que retenir des exemples sud-africains, ougandais, rwandais ? L’intrusion de la justice pénale internationale est-elle bénéfique, ou s’avère- t-elle contre- productive pour les populations qu’elle prétend secourir ?

Au Rwanda, dans la prison de Myove, des prisonnier témoignent de leur participation au génocide Rwandais qui s'est déroulé en  1994
Au Rwanda, dans la prison de Myove, des prisonnier témoignent de leur participation au génocide Rwandais qui s'est déroulé en 1994 Crédits : Reuters

Il y a 20 ans, en avril 1996, une Commission Vérité et Réconciliation était créée en Afrique du sud, une instance inédite, chargée de faire la lumière sur les crimes commis pendant l’apartheid mais tout en laissant la porte ouverte au pardon et à la renaissance du vivre-ensemble même si Desmund Tutu considérait que "la priorité de la réconciliation a été trop vite relégué au second plan".

Après plusieurs années d'enquêtes, des milliers d'auditions, la Commission avait rendu ses conclusions en 1998, un travail qui, aujourd’hui, est l'une des pierres fondatrices de la réconciliation sud-africaine, et un modèle pour l’ensemble du monde un modèle qui inspire, notamment, les pays africains.

Après les massacres commis par les milices sélékas et les groupes anti-balakas fin 2013 et début 2014 en Centrafrique et alors que l’opération Sangaris vient tout juste de s’achever, le pays traumatisé tente doucement de panser ses plaies.

Malgré de nouvelles flambées de violences ces dernières semaines, l’heure est aujourd’hui à la réconciliation et c’est vers le Rwanda que les autorités de Bangui se sont tournées, le pays veut s’inspirer des juridictions « Gacaca » (littéralement « justice sur le gazon ») : des assemblée villageoises visant à libérer la parole afin de permettre aux victimes et aux anciens génocidaires de réapprendre à vivre ensemble. Une illustration de plus de la justice transitionnelle popularisée dans les années 90 et d’abord appliquée à l’Argentine et au Chili après la chute des dictatures militaires.

Selon la définition retenue par les Nations Unies, la justice transitionnelle est « l’éventail complet des divers processus et mécanismes mis en œuvre par une société́ pour tenter de faire face à des exactions massives commises dans le passé, en vue d’établir les responsabilités, de rendre la justice et de permettre la réconciliation ». Un éventail qui s’étend des commissions de vérité, créées en Afrique du Sud, à la Cour pénale internationale en passant par les juridictions nationales. L’exemple sud-africain est considéré comme le moment fondateur de cette justice et des Commissions de vérité sont apparues, depuis, un peu partout dans le monde: en Colombie, en Tunisie ou encore au Burundi.

Qu’est-ce que la justice transitionnelle et permet-elle vraiment la réconciliation ? Que retenir des exemples sud-africains, ougandais, rwandais ? L’intrusion de la justice pénale internationale est-elle bénéfique, ou s’avère- t-elle contre- productive pour les populations qu’elle prétend secourir ? Constitue-t-elle un accélérateur ou un frein à la recherche de la paix ? Quel est le bon équilibre entre justice et pardon ?

Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny

Chroniques

11H53
6 min

Le Tour du monde des idées

Trump le populiste, tel que le voient les conservateurs
Intervenants
  • conseiller spécial en matière de justice transitionnelle au Centre pour le dialogue humanitaire à Genève, professeur associé à l'université de Neuchâtel et conseiller éditorial de Justiceinfo.net
  • intellectuel franco-burundais, Docteur en philosophie, écrivain et journaliste.
  • directeur du Centre de Recherches et Projets Spéciaux (CIPE) de l'Université Externado de Colombie.
L'équipe
Réalisation
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......