LE DIRECT

Le monde dans un wagon (2/4) - Chine, Ethiopie, Laos: sur les rails du développement

50 min
À retrouver dans l'émission

Hier, première étape de notre semaine dans les wagons du monde, nous parlions de la chaotique voie de la réforme ferroviaire. Demain, c'est à la course au fleuron national que représente la compétition pour se doter de lignes à grande vitesse, et enfin, jeudi nous discuterons des lignes mythiques, du Transsibérien au California Zephyr.

Le train comme facteur de développement en Chine, en Éthiopie, au Laos… Le 4 février dernier on assistait à la "renaissance" du train en Angola, un moyen de transport qui permet "aux plus modestes, ceux des zones rurales, de rompre l'isolement, de faire du commerce et d'améliorer leurs conditions de vie"... On en parle ce matin

Le 26 décembre 2012, l’événement, en Chine, c’était la mise en service de la plus grande ligne à grande vitesse du monde...Un tracé de 2 300 km reliant Pékin à Canton, s’arrêtant dans une trentaine de gares, en un temps record de… 8 heures.

Le 26 décembre dernier (encore un 26 décembre, le jour anniversaire de la naissance du Premier Président de la République populaire de Chine, Mao Zedong), le pays a inauguré la ligne reliant Urumqi et Lanzhou (chef lieu du Gansu): d’ici 2 ans, on pourra même pousser jusqu’à Pékin.

Dorénavant, quelques heures suffisent pour traverser ces zones peuplées de musulmans turcophones, les ouïghours, qui font toujours l’objet de discrimination de la part des autorités centrales (pour ne pas dire carrément de persécutions). On se souvient, notamment, de la violente répression du pouvoir fédéral, en 2009, suite aux émeutes durant lesquelles les Ouighours s’en étaient pris aux Hans.

Aujourd’hui, c’est pourtant bien en costume traditionnel ouïghour que les serveuses de la nouvelle ligne à grande vitesse baptisée « Lanxin » ont effectué leur premier trajet relayé en direct par les télévisions chinoises...

Quoiqu’il en soit, cet exemple montre parfaitement ce désir de Pékin de faire du train un outil d’intégration de ses territoires. Un désir demeuré intact malgré ce terrible accident de Wengzhou survenu en juillet 2011 dans lequel 36 personnes avaient trouvé la mort dans la collision de deux TGV.

L’essor économique du pays s’est accompagné de l’émergence de grandes mégalopoles comme Pékin, Shanghai, Canton… mais d’autres apparaissent déjà – et continueront de se développer – dans des territoires plus éloignés : Zhengzhou, Wuhan, Xi’an, Chengdu etc.

Grâce au réseau ferroviaire (fret et transport de voyageurs) les voilà reliées aux zones littorales… permettant ainsi de réduire les disparités économiques entre les territoires.

Nous allons revenir sur l’utilisation qui est faite du train par l’Etat chinois…

Comment développe-t-il son réseau ferroviaire? Quelle est sa stratégie pour désenclaver les provinces intérieures? Avec quels résultats? Et d’ailleurs, ses ambitions s’arrêtent-elles aux frontières de la Chine?

En fait, c’est toute l’Asie qui est concernée… d’autres pays misent sur le ferroviaire pour se développer… notamment le Laos, un pays presque totalement dépourvu en la matière. Même la Chine nourrit de grande ambition pour le voisin laotien, nous en parlerons avec Vanina Bouté .

Nous irons également du côté de l’Afrique…

Longtemps symbole de la colonisation, les heures glorieuses du chemin de fer en Afrique semblent appartenir au passé.

En effet, beaucoup de lignes ont du fermer et peu de nouvelles ont été mises en service ces dernières années…

Pourtant, un vent nouveau souffle sur les rails d’Afrique… L’avenir du train n’est peut être pas complètement condamné ! Il pourrait même compter plus qu’on ne l’imagine dans le développement socio-économique de l’Afrique ces prochaines années, c'est avec notre invité Roland Pourtier que nous en allons en discuter.

Une ligne de trains de voyageurs à Shanghai, Chine, Octobre 2012
Une ligne de trains de voyageurs à Shanghai, Chine, Octobre 2012 Crédits : 木の枝
La gare d'Addis-Abeba, Ethiopie, en 2005
La gare d'Addis-Abeba, Ethiopie, en 2005 Crédits : Jens Winter
Chantier par les Chinois de la construction de la ligne rapide Addis Abeba-Djibouti (ici à Diré Dawa), 2014
Chantier par les Chinois de la construction de la ligne rapide Addis Abeba-Djibouti (ici à Diré Dawa), 2014 Crédits : HUGUES FONTAINE - Radio France

►►►Un billet de notre invité Hugues Fontaine "Quand les images en disent plus que les mots", 16 décembre 2013
Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny

Intervenants
  • maître de conférences à l'Institut d'urbanisme de Paris (Université Paris Est-Créteil), directeur-adjoint du Centre franco-chinois Ville et Territoire.
  • Professeur émérite, Université Paris I
  • Auteur, photographe, réalisateur
  • maître de conférences en ethnologie à l’université de Picardie, membre du Centre Asie du Sud-Est (CNRS-EHESS) et rattachée à l’Irasec (Bangkok) depuis septembre 2012
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......