LE DIRECT

« Le sport c’est la guerre, les fusils en moins » (G. Orwell, 1945) (4/4) - Du Rwanda à Sarajevo : les gardiens de la paix

51 min
À retrouver dans l'émission

Pour conclure cette semaine sur le sport et la guerre nous allons nous intéresser au rôle du sport dans la construction de la paix. C’est presque un cliché, un lieu commun de le dire: les valeurs sportives, la pratique du sport, sont souvent créateurs de lien, de rapprochement entre les communautés. Et si la violence peut surgir dans les stades et au-dehors, par exemple dans le cas du hooliganisme, on en a parlé hier – le plus souvent le sport est considéré à l’aune de sa vocation pacificatrice.

Nous allons donc nous intéresser aujourd’hui à plusieurs grands cas de réconciliation par le sport :

Tout d’abord direction le Rwanda, où le football a joué un rôle énorme : les matchs organisés à la suite du génocide, la constitution-même d’une équipe nationale pluriethnique ont été interprétés comme autant de symboles de cohésion, de paix, incitant la population à reprendre sa vie normale. Ce « retour au banal du quotidien » n’est bien sûr pas si évident que cela, et certaines violences toujours latentes dans la société se retrouvent assez logiquement dans les rencontres sportives au Rwanda. Pour mieux comprendre ce lien entre sport et projet de pacification, et au fond, évoquer l’histoire compliquée et tumultueuse du football au Rwanda nous recevons en première partie d’émission un journaliste, François-Xavier Destors, pour son article dans la revue Desports.

Nous donnons ensuite la parole à une promotrice de grands projets de paix par le sport, Ana-Luz Thirifays pour l’organisation Peace&Sport, ce sera l’occasion de parler de ce que fait cette organisation notamment en Colombie et dans plusieurs pays d’Amérique latine : quels projets sont menés concrètement ? Avec quels résultats ?

En deuxième partie d’émission nous recevons la journaliste Elisa Mignot pour un papier publié dans la revue Desports, sur les évolutions de Sarajevo ces trente dernières années au prisme des pratiques sportives. Sarajevo a accueilli les JO en 1984, une dizaine d’années plus tard les installations construites pour cet événement se retrouvent au cœur des affrontements, parfois même des snipers y trouvent refuge. Ces lieux se retrouvent associés à la mort dans l’inconscient collectif, mais de façon presque inattendus, ils sont repris d’assaut par les jeunes depuis quelques années. En 2017 Sarajevo accueillera les JO d’hiver de la jeunesse.

Enfin nous abordons le dossier de la diplomatie sportive, dont on parlait beaucoup dans les années 70 – c’était le temps de la diplomatie du ping-pong entre les Etats-Unis et la Chine. Un exemple a retenu notre attention : le rapprochement entre la Turquie et l’Arménie à l’occasion de matchs de football organisés en 2008 et 2009 pour les qualifications du Mondial. Quelles ont été les conséquences de ces matchs ? La diplomatie sportive est-elle efficace ? Nous en parlons avec le chercheur Jean-François Polo, depuis Istanbul.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......