LE DIRECT
Visite du président turc Erdogan à Abidjan avec le président Ouattara le 2/3/16
Épisode 2 :

Russie, Turquie, Chine : multiplier les alliés

51 min
À retrouver dans l'émission

On parle de plus en plus de nouveaux partenaires pour l'Afrique : Turquie, Brésil, Inde, Japon... et bien sûr la Chine. Mais de quelle nature sont ces liens? Si les bénéfices économiques sont assez facilement énonçables, quels sont les gains diplomatiques ?

Visite du président turc Erdogan à Abidjan avec le président Ouattara le 2/3/16
Visite du président turc Erdogan à Abidjan avec le président Ouattara le 2/3/16 Crédits : Luc Gnago - Reuters

Entre l’autonomisation de la vie démocratique, l'économie et la sécurité demain, nous nous intéressons aujourd'hui à la diplomatie des pays d'Afrique... Une ouverture diplomatique qui ne date pas d'aujourd'hui, mais qui incarne peut-être le mieux ce qu’on appelle l’« afroptimisme », à travers la diversification de ses relations, notamment diplomatiques. Présente dans l’Est et dans l’Ouest, la Chine a intensifié ses relations avec le continent africain depuis les années 2000. En 2009, elle devenait le premier investisseur en Afrique, deux fois plus que les Etats-Unis, et récemment, elle faisait toujours la une au FOCAC, le forum sur la coopération économique sino-africaine en décembre dernier à Johannesburg en Afrique du Sud. Avec l'annonce spectaculaire de 60 milliards de dollars de prêts à travers 10 programmes de coopération dans tous les domaines, de l’agriculture à la sécurité, quatre fois plus qu'annoncé au précédent forum de 2012. Les échanges ont été multipliés par 30 en 15 ans ils ont plus que doublé chaque année. Mais pour quelle relation : prédatrice, coopérative ? Si les bénéfices économiques sont assez facilement énonçables, quels sont les gains diplomatiques ? On en parle aujourd'hui avec Xavier Aurégan, enseignant, chercheur à la Fondation maison des sciences de l'homme, spécialiste des relations sino-africaines, notamment en Côte d'Ivoire.

Or là aussi on parle de plus en plus de nouveaux partenaires pour l'Afrique : Turquie, Brésil ou Inde, qui ressortent d'autant mieux aujourd'hui que les investissements chinois baissent. Une chose est sûre dans une période post-coloniale les diplomaties africaines doivent se redéfinir, entre une demande étrangère forte et des ambitions nationales croissantes. Où en sont-elles aujourd'hui ? Est-on entré dans une nouvelle « course à l'Afrique » comme au XIXe siècle ? Ou cette diversification renvoie-t-elle à une réelle émancipation des chancelleries africaines ? L'historien auteur d'Africa Unite, ouvrage sur l'histoire du panafricanisme Amzat Boukari Yabara vienda, ce matin, à contre-emploi commenter l'actualité et l'avenir...

Alors gains diplomatiques ou percée économique ? On s'intéressera aussi à la diplomatie discrète du Japon qui perce en ce moment en Afrique avec Yumiko Yamamoto, chercheure à Sciences Po, spécialiste des relations Asie Afrique. Et puis il y a des relations anciennes qui se maintiennent, voire se ravivent, c'est le cas de la Russie, ancien Union Soviétique qui conserve des liens forts avec l'Afrique du Sud. On parlera de la coopération notamment nucléaire avec Cyrille Bret spécialiste de la Russie.

Une émission préparée par Tiphaine de Rocquigny et présentée par Xavier Martinet

Intervenants
  • enseignant, chercheur à la Fondation maison des sciences de l'homme, spécialiste des relations sino-africaines
  • maître de conférences à Sciences Po Paris et co-auteur du blog EurAsiaProspective.net.
  • Enseignante, Chercheure à Sciences Po (CERI), Spécialiste des relations Asie-Afrique (Japon, Inde, Chine)
  • docteur du Centre d’études africaines de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), spécialiste du panafricanisme
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......