LE DIRECT
Unes de journaux anglais et chinois au moment des révélations d'Edward Snowden
Épisode 4 :

Snowden, Assange, Manning : les voix dissonantes de l’Occident

50 min
À retrouver dans l'émission

Dernier volet de notre série consacrée aux dissidences à l’occasion de la parution du livre de Michel Etchaninoff sur les « nouveaux dissidents ». (Stock)

Unes de journaux anglais et chinois au moment des révélations d'Edward Snowden
Unes de journaux anglais et chinois au moment des révélations d'Edward Snowden Crédits : Bobby Yip - Reuters

«Il faut beaucoup de prodigues pour faire un peuple généreux, beaucoup d'indisciplinés pour faire un peuple libre, et beaucoup de jeunes fous pour faire un peuple héroïque. » écrivait Georges Bernanos peu avant le début de la Seconde Guerre Mondiale, dans un livre publié, plus tard, en 1949 :  Les Enfants humiliés (Gallimard).

70 ans plus tard, les indisciplinés s’appellent Julian Assange, Edouard Snowden, ou encore Chelsea Manning. Considérés par certains comme des héros, par d’autres comme des traîtres, ils n’hésitent pas à franchir la barrière de la légalité pour révéler les secrets bien gardés des gouvernements et des Etats, quitte à en subir de lourdes conséquences.

Chelsea Manning (née Bradley Manning) a été condamnée à 35 ans de prison pour avoir transmis à WikiLeaks la vidéo d’une bavure de l’armée américaine en Irak. Edward Snowden, responsable du scandale des écoutes de la NSA, est passible de la peine de mort ou au moins de la prison à vie. Quant à Julian Assange, il est toujours bloqué, depuis bientôt 4 ans, dans l’ambassade d’Equateur à Londres.

Assange, Manning ou Snowden ne seraient-ils pas finalement les dissidents que l’Occident ne veut pas voir ? Chelsea Manning doit-elle être vue comme une prisonnière politique ou comme une espionne? Ont-ils trahi des secrets d’Etat ou ont-ils simplement mis au jour l’emprise que les Etats auraient sur nous ? Et si leurs révélations vont dans le sens de l’intérêt général, ne faut-il pas leur accorder une protection juridique pour ne pas décourager les prochains Hervé Falciani ou Antoine Deltour qui sont à l’origine des scandales Swissleaks et Luxleaks ?

Et enfin, quels sont les effets de leurs révélations ? Vigies ou mouchards, permettent-ils d’améliorer les systèmes qu’ils dénoncent ?

Une émission préparée par Tiphaine De Rocquigny

Intervenants
  • avocat au Barreau de Paris, spécialisé en droit pénal des affaires et droit des médias, fondateur de l'association Sherpa
  • chercheur en sécurité internationale à Sciences Po Paris et à l'EHESS, spécialiste du renseignement
  • Sociologue et chercheur à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......