LE DIRECT

Les réfugiés, ces oubliés bienvenus nulle part (3/4) - Déplacés intérieurs : les autres réfugiés

50 min
À retrouver dans l'émission

François Grünewald
François Grünewald Crédits : Radio France

« Déplacés intérieurs, les autres réfugiés » , troisième volet de notre série sur les réfugiés.

Les personnes dites « déplacées » sont des populations qui ont fui une situation de catastrophe naturelle, de conflit, de crise politique, etc. Ces personnes ne franchissent pas les frontières de leur pays, elles ne deviennent donc pas, au regard du droit international et du HCR, des " réfugiés ". Leur gouvernement garde sur elles une entière responsabilité, même lorsqu’il est incapable de gérer des situations d’urgence humanitaire ou, pire, qu’il en est directement responsable...

Les ONG interviennent auprès de ces populations au même titre que pour les réfugiés, mais doivent donc composer avec des Etats défaillants, ou dans le pire des cas complices de violences commises contre des populations.

Comment gérer une crise humanitaire majeure dans de tels cas de figure?

En Haïti, la gestion des populations déplacées par le séisme de janvier 2010 a posé d’énormes problèmes. Aux impuissances de l’Etat haïtien se sont ajoutés les ratés de l’intervention des ONG, en particulier pour l’accueil des populations sinistrées. Même si l’urgence est aujourd’hui surmontée, on a parlé de « fiasco humanitaire » au sujet de l’aide internationale auprès des personnes déplacées. Pourquoi ?

Nous donnerons également la parole à un responsable de mission au sein d’une ONG (Oxfam) chargée de gérer une urgence humanitaire. Nous allons ainsi ce matin près de Goma au Nord-Kivu, où des dizaines de milliers de personnes fuient les violences causées par le groupe armé du M23, alors que les personnels humanitaires eux-mêmes, sont parfois pris pour cibles des groupes rebelles.

Puis, nous irons vers le Soudan où, depuis des années, les populations fuient les violences du conflit entre le Nord et le Sud. La majeure partie d’entre eux a gagné Khartoum. L’Etat soudanais a géré historiquement ces flux de populations avec une logique « sécuritaire », de contrôle, avec l’objectif affiché de renforcer une identité soudanaise arabe et musulmane. Depuis la séparation entre les deux Soudans en 2011 les populations originaires du sud migrent massivement vers leur région d’origine. Alors que de nouveaux déplacés apparaissent, à la frontière entre les deux pays où des combats ont toujours lieux. Quelle est la situation de ces nouveaux déplacés ?

Musiques utilisées lors de l'émission:

-"Sos", Olomide Koffi

  • "Wozo", Belo

  • "Le retour au pays", Miri Qassas Kilabo

.

Intervenants
  • ancienne coordinatrice du CEDEJ (centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales) de Khartoum.
  • responsable – mission humanitaire de l’ONG Oxfam.
  • directeur général du groupe URD – Urgence Réhabilitation Développement.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......