LE DIRECT
Pablo Iglesia, leader de Podemos, devant son quartier général à Madrid, Espagne, le 2 décembre 2016
Épisode 3 :

D'Alger à Rio de Janeiro : comment changer le logiciel démocratique ?

57 min
À retrouver dans l'émission

Face à l'abstention et la montée des partis appelant au rejet des élites dirigeantes traditionnelles, quelles sont les réponses proposées ? Comment de nouvelles initiatives citoyennes peuvent-elles soigner les pathologies démocratiques?

Pablo Iglesia, leader de Podemos, devant son quartier général à Madrid, Espagne, le 2 décembre 2016
Pablo Iglesia, leader de Podemos, devant son quartier général à Madrid, Espagne, le 2 décembre 2016 Crédits : Andrea Comas - Reuters

C’était une des promesses d’Emmanuel Macron, alors candidat à l’élection présidentielle, que la moitié des candidats investis aux élections législatives soient issus de la société civile. Mais au-delà du renouvellement affiché, quelles promesses de refonte démocratique, au niveau institutionnel par exemple, contient le projet du président élu ?

Sa large victoire – plus de 65 % des suffrages exprimés – s’est faite sur fond de « barrage au front national », de fort taux d’abstention et de niveau historique de votes blancs et nuls. N’est-ce pas une remise en cause de facto de notre système représentatif ?

Dans quelle mesure cette élection française révèle les failles voir les faillites des démocraties représentatives, voire montre, déjà, qu’une transformation est en cours ?

Le constat d’une crise de nos démocraties occidentales n’est pas nouveau. Depuis les indignés espagnols, au mouvement Occupy Wall Street aux USA, ou le parti pirate en Islande, aux quatre coins du globe on en appelle à plus de démocratie directe, à plus de transparence, à plus de délibération et d’inclusion des citoyens.

Mais pour quels résultats ? Qu’ont réellement amené ces réveils citoyens ? Où regarder pour voir la démocratie se réinventer ? Et comment s’en inspirer ?

En Algérie, la fronde de la jeunesse sur les réseaux sociaux.

Vue plus de 6 millions de fois, la vidéo du youtubeur Dz Joker (Chemseddine Lamrani) appelle au boycott des élections en Algérie: y interroge en préambule : "Pourquoi veux-tu entendre ma voix seulement à l’approche des élections ?". Il y fustige le pouvoir en place et illustre la défiance qu'ont les Algériens envers la classe politique. Critiquée par les élites au pouvoir, cette vidéo n'a cependant pas été censurée.

Musique : Valo Yossä « Eri Esittäjïä » (label : Johanna Kustannus Oy)

Chroniques

11H53
5 min

Le Tour du monde des idées

La réussite de la mission Macron dépendra en partie des Allemands
Intervenants
  • Professeur de science politique à l’Université Paris-8
  • Co-auteur du coup d'Etat citoyen, vice-présidente du collectif "Démocratie ouverte" et spécialiste des questions d'innovation sociale
  • maitre de conférences en science politique à Sciences Po Bordeaux, spécialiste des partis politiques et du militantisme en Algérie.
  • Fondateur et coordinateur de l'ONG “Open ministry”.
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......