LE DIRECT
Une patrouille FRONTEX au large de Lesbos, 22 mars 2016
Épisode 1 :

L'Europe place ses pions en mer

51 min
À retrouver dans l'émission

Comment l'Europe sécurise-t-elle son espace maritime ? Quels sont les dangers qui pèsent sur les mers européennes ? Quelle stratégie de défense commune ? Le salut de l’Europe de la défense est-il maritime?

Une patrouille FRONTEX au large de Lesbos, 22 mars 2016
Une patrouille FRONTEX au large de Lesbos, 22 mars 2016 Crédits : Alkis Konstantinidis

Une fois n’est pas coutume, CulturesMonde vous embarque sur les flots : « Mers et Océans : à la recherche de la puissance » c’est notre série jusqu’à jeudi. Nous parlerons de commerce maritime, de différends régionaux autour de la mer de Chine, et enfin, nous partirons en quête de trésors sous-marins & discuterons du cadre législatif pour les protéger.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Mais ce matin, nous allons parler de sécurisation de l’espace maritime : un enjeu majeur pour l’Europe qui, depuis de longs mois, doit fait face à l’arrivée massive de réfugiés qui, passant, par la Turquie, et au péril de leur vie, cherchent à gagner les iles grecques à bord de bateaux. Il y a quelques jours, le 20 mars dernier, un accord était trouvé entre la Turquie et l’UE concernant le sort des réfugiés en Méditerranée. En substance, dorénavant tous les migrants arrivés sur les côtes grecques qui ne demanderaient pas directement l’asile seront « renvoyés» en Turquie. Un accord décrié : Marc Pierini, l’ancien ambassadeur européen en Turquie, l’a immédiatement qualifié de « diplomatie de bazar » .Un accord, aussi, pour ce qui est de l’objet qui nous occupera toute la semaine - la mer - assez inédit : Il contient en effet une coopération: « a common understanding » (un arrangement commun) entre l’OTAN et l’agence européenne Frontex – qui permettra aux navires de flottes européennes d’opérer en eaux territoriales turques. L’OTAN est désormais en mesure d’intervenir dans des opérations purement civiles - de sauvetage - et non militaires.Sur le volet de la défense aussi, la mer est centre des préoccupations européennes… A tel point, qu’il semblerait presque que cette Europe de la défense n’a de concrétisation qu’en mer !

L’UE aurait tort, en effet, de ne pas capitaliser sur ses atouts maritimes : elle contrôle près de la moitié de la flotte mondiale avec 23 000 navires et dispose du premier espace maritime mondial : 70 000 km de côtes sur 2 océans et quatre mers formant la bagatelle de 23.5 millions de km carrés…Alors comment sécurise-t-elle cet espace ? Quels sont les dangers qui pèsent sur les mers européennes ? Quelle stratégie de défense (maritime) commune ? Le salut de l’Europe de la défense passera-t-il par la mer ?Sécuriser l’espace maritime cela passe aussi par ce besoin de se prémunir de la piraterie : le golfe de Guinée en est devenu l’épicentre mondial, après que le golfe d’Aden a été sécurisé par l’opération ATALANTE lancée conjointement par l’UE et l’OTAN fin 2008 dont on salue très largement le succès. A tel point qu’une autre opération, baptisée SOPHIA, a été mise en place : Nous ferons un point sur cette nouvelle opération avec un journaliste qui a passé plusieurs jours sur l’un de ces navires : Nicolas Gros-Verheyde.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Au Maroc aussi, la mer fait l’objet d’un intérêt croissant : le budget de la défense s’est vu augmenter de plus d’un milliard de dollars en 2015. Une augmentation qui sert notamment à moderniser la flotte navale marocaine…A quelles fins ? Le Maroc est-il un allié incontournable pour l’UE & l’OTAN pour sécuriser les mers ? Pourquoi une telle course à l’armement naval dans un espace maritime aussi restreint ? C’est avec Abdennour Benantar que nous aborderons ces questions.

Une émission préparée par Clémence Allezard

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Intervenants
  • directeur de recherche au Centre d'études stratégiques de la Marine (CESM)
  • maître de conférences à l'Université Paris 8, Il travaille notamment sur les questions de sécurité en Méditerranée.
  • correspondant « UE/OTAN » notamment pour Sud Ouest / Ouest France / Télé Bruxelles, fondateur du site d’informations Bruxelles2.eu
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......