LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
A bord du navire CMA CGM, le Bougainville, port du Havre, octobre 2015
Épisode 2 :

Un cargo à la mer: dominer le commerce mondial

49 min
À retrouver dans l'émission

Ce matin, nous allons nous intéresser au commerce maritime. Comment les échanges mondiaux ont-ils évolué ces derniers mois ? Comment la crise économique recompose-t-elle le paysage du transport maritime ?

A bord du navire CMA CGM, le Bougainville, port du Havre, octobre 2015
A bord du navire CMA CGM, le Bougainville, port du Havre, octobre 2015 Crédits : Philippe Wojazer
  • Complément légende : Le CMA CGM Bougainville : mis à flot le 25 aout 2015 : 398 mètres, pouvant contenir 17 722 conteneurs. Le plus gros porte-conteneurs au monde battant pavillon français. Une vitesse de croisière de 20 nœuds qui assure la ligne reliant l’Europe à l’Asie du sud-Est. Inauguré en octobre dernier, au Havre, il avait fait la fierté du président de la république française.

Le transport maritime est le premier mode de transport de marchandises. Il assure plus de 90% des échanges mondiaux, ce qui en fait l’un des principaux moteurs de la mondialisation.

Longtemps la première puissance maritime mondiale, l’Europe connaît des difficultés malgré les belles performances de certains de ses membres (la Grèce, la Norvège, le Danemark, l’Allemagne…). Si les armateurs européens spécialisés dans le transport de conteneurs demeurent en première position avec 53% du marché (avec 9,1 millions d’EVP – « équivalent vingt pieds »), le continent asiatique est en train de les rattraper (avec plus de 8 millions d’EVP). Comment le commerce maritime se porte-t-il ?  Quelles sont les stratégies des uns et des autres pour imposer leur puissance économique dans le commerce maritime – en particulier dans le contexte de crise économique ? Faut-il acheter de nouveaux navires à l’instar de Cosco, China Merchants Group et ICBC Financial Leasing, qui viennent de passer une commande de 30 navires géants pour 2,5 milliards de dollars ? Investir dans les infrastructures portuaires ou bien racheter ses concurrents comme l’a fait récemment la compagnie d’affrètement marseillaise CMA-CGM qui vient de racheter son concurrent singapourien Neptune Orient Lines (NOL), le douzième du secteur pour 2,4 milliards de dollars… ?

Nous parlerons de la Grèce, un pays qui reste une puissance maritime majeure malgré ses difficultés économiques et malgré le rachat de la concession du port du Pirée par les chinois. Nous retrouverons l’un des plus importants armateurs de Grèce Nicos Vernicos.

Puis nous évoquerons le cas de l’Inde. Le premier ministre indien veut appuyer la future croissance de son pays sur le développement de ses infrastructures portuaires : Comment compte-t-il s’y prendre ? Salima Nekrouf nous éclairera sur le sujet.

Une  émission préparée par Tiphaine de Rocquigny

Intervenants
  • Géographe, expert des industries maritimes, navales et portuaires, directeur de l'Institut supérieur d'économie maritime (Isemar)
  • géographe, chargée de recherche au Laboratoire ART-Dev à l’Université de Perpignan
  • armateur grec, président de la Chambre de commerce internationale en Grèce
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......