LE DIRECT

Où sont passés les tuyaux ? (1/4) - 20 000 gigas sous les mers

48 min
À retrouver dans l'émission

Les vingt dernières années ont été marquées par la révolution des technologies de l’information et de communication. Si la magie du « réseau des réseaux » tient pour partie à son immatérialité, la toile ne serait pas possible sans une réalité, elle, bien physique : les 700 000 kms de « tubes » ou « câbles » à fibre optique qui sillonnent nos fonds marins. Reposant parfois à plus de 2000 ou 3000 mètres de profondeur, ils permettent l’interconnexion des continents et des peuples.

Pourtant, de plus en plus de voix se sont élevées contre l’accès - relatif et inégalitaire – au Web. Le continent Américain – au cœur du réseau internet – serait très bien connecté au réseau sous-marin avec plusieurs dizaines de câbles arrivant et partant de New York. Plus à l’Est, en Afrique subsaharienne, le raccordement au réseau câblé est plus limité même si de nombreux câbles ont été installés ces dernières années.

La géographie d’internet reproduirait-elle, ainsi, de manière implacable, les inégalités économiques ? Comment comprendre cette réalité physique d’internet ? Quels sont les enjeux numériques et géopolitiques qui se cachent derrière l’immatérialité du "réseau des réseaux" ? Peut-on toujours parler de "fracture numérique" ? Quelles sont les initiatives qui ont été mises en place pour la réduire, notamment en Afrique ?

Intervenants
  • activiste, directeur de la revue en ligne Convivencia Cuba.
  • directeur du Centre de Recherche sur l’Industrie, les Réseaux et l’Aménagement (CRIA – CNRS).
  • Maître de conférences à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar et Secrétaire général d'Osiris l'observatoire sur les systèmes d'information, les réseaux et les inforoutes au Sénégal.
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
Chronique

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......