LE DIRECT
 Les présidents français, François Hollande, et chinois, Xi Jinping, se rencontrent avant le Sommet du G20 à Hangzhou, en Chine, le 5 septembre 2016.
Épisode 1 :

Faire exister la France dans le nouvel équilibre mondial

58 min
À retrouver dans l'émission

Après le Brexit, l'élection de Donald Trump, le conflit syrien, la montée de nouvelles puissances, comment la France peut-elle se positionner dans la redéfinition de la géopolitique internationale ? Quels seront les dossiers auxquels le nouveau président élu devra se confronter ?

 Les présidents français, François Hollande, et chinois, Xi Jinping, se rencontrent avant le Sommet du G20 à Hangzhou, en Chine, le 5 septembre 2016.
Les présidents français, François Hollande, et chinois, Xi Jinping, se rencontrent avant le Sommet du G20 à Hangzhou, en Chine, le 5 septembre 2016. Crédits : Etienne Oliveau/Pool - Reuters

C’est devenu une rengaine, lorsqu’on parle de la politique étrangère française, de déplorer la perte d’influence de la France sur la scène internationale. Un recul qui serait la conséquence, entre autres, des erreurs stratégiques commises lors des deux derniers quinquennats.

Certains reprochent à Nicolas Sarkozy et à François Hollande leur alignement sur la politique étrangère américaine et la disparition de la voix singulière de la France dans le monde, dans la tradition de Gaulle, Mitterrand ou Chirac. D’autres louent au contraire le pragmatisme et l’interventionnisme qui ont conduit la France au Mali, en Centrafrique et en Syrie contre l’Etat islamique. Deux conceptions s’opposent ici : la première privilégie une approche multilatérale qui permettrait à Paris de garder son indépendance, la seconde prône un ancrage fort de la France dans le monde occidental.

Quel doit être aujourd’hui la doctrine de la France dans un monde en plein bouleversement, marqué par l’élection de Donald Trump, le Brexit, la reprise d’Alep par Bachar el Assad et le retour de la Russie sur la scène internationale ? Faut-il revenir à une politique gaullienne universaliste ou au contraire s’arrimer à la « famille occidentale » ? Quels enseignements tirer de la politique étrangère qui a été menée ces cinq, dix, quinze dernières années ?

Dans un système mondial toujours plus interdépendant, la place de la France dans le monde passera-t-elle nécessairement par une Europe puissante ? Ou la France a-t-elle intérêt à se détourner des Etats-Unis et à se rapprocher de la Russie ou encore de la Chine ?

Une émission préparée par Samuel Bernard.

Pour en savoir plus:

http://www.ifri.org/fr/publications/etudes\-de\-lifri/lagenda\-diplomatique\-nouveau\-president

http://www.courrierinternational.com/article/diplomatie\-2017\-vers\-un\-nouveau\-yalta

Chroniques

11H53
6 min

Le Tour du monde des idées

La fermeture de l'Université d'Europe centrale signerait le basculement de la Hongrie du côté des ennemis de la démocratie
Intervenants
  • Historien des relations internationales, directeur de l’Institut français des relations internationales (IFRI).
  • professeur de relations internationales à l'Université américaine de Paris.
  • Analyste responsable de l'Asie à l'Institut des études de sécurité de l'Union européenne (EUISS)
L'équipe
Réalisation
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......