LE DIRECT

Variations sur le thème du futur (2/4) - Zombies, déluges, pandémies : les fins du monde

50 min
À retrouver dans l'émission

Alain Musset
Alain Musset Crédits : Radio France

Pour cette deuxième variation sur le thème du futur, nous nous intéressons aux fins du monde. Et si, la plus grande surprise que nous réservait l’avenir, était tout simplement l’apocalypse ? Après le « raté » de 2012, on parle désormais de 2022 – la véritable interprétation du fameux calendrier Maya qui prédisait notre fin le 21 décembre dernier. Voire 2036 (le 13 avril), date à laquelle l’astéroïde Apophis pourrait passer très proche de notre terre et, pourquoi pas, la percuter. Même si, rassurez-vous, les scientifiques n’ont de cesse de rassurer la population sur ce point. Ce qui n’empêche pas les rumeurs les plus folles de se propager autour de cette éventualité. Preuve que le fantasme de la fin du monde a la peau dure.

Pour les uns, cet ultime châtiment – divin - serait surtout le temps de la « révélation » (le sens premier du mot apocalypse dans le livre de Saint Jean). Pour d’autres, l’apocalypse signifierait plus simplement la finitude du monde, de systèmes économiques, politiques, sociaux et sociétaux qui portent en eux, de la façon la plus naturelle qui soit, leur propre mort. « Zombies, pandémies, déluges : quels scenarii pour la fin du monde de demain ? »

Nous parlerons aussi de zombies car, à en croire la multiplication de livres, films et autres études menées sur les zombies, le monde semble de plus en plus fasciné par les morts-vivants. En 2012, les autorités américaines ont même organisé des entrainements de marines pour se préparer à l’éventualité d’un retour des morts sur Terre.

Comment comprendre cette fascination pour la fin du monde?

Quelle est la place de la fiction dans l’imaginaire des fins du monde?

Que nous disent les scenarii apocalyptiques sur les époques, sur nos sociétés, sur la manière dont les hommes se représentent leur propre disparition, sur la responsabilité qu’ils ressentent à habiter le monde?

L’apocalypse signifie-t-elle nécessairement la fin DU monde? Ou bien serait-il plus juste de parler de fin d’un monde?

Intervenants
  • directeur d'études à l'Ecole des Hautes études en sciences sociales, Géographe, directeur d’études à l’EHESS, membre du centre de Recherches Historiques, GGH-Terres.
  • politologue, professeur de relations internationales à l’université Tufts (Massachussetts).
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
Chronique

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......