LE DIRECT

Vingt mille lieux sous la terre : voyage dans l’enfer minier (2/4) - Conflits armés : la malédiction du minerai

49 min
À retrouver dans l'émission

Christophe Boltanski
Christophe Boltanski Crédits : Radio France

La situation de ces dernières années en Afrique centrale – en particulier en RDC – permet de le penser. En effet, des régions entières, très bien pourvues en matières minerais stratégiques et en pierres précieuses, sont le théâtre de déchaînements de violence inouïs, pour le contrôle et l’accaparement de ces ressources, véritables « minerais de sang » selon le titre de l’ouvrage de notre invité du jour.

Journaliste au Nouvel Obs, Christophe Boltanski a enquêté dans la région, et bien au-delà, pour remonter aux sources des minerais indispensables aux technologies que nous utilisons tous les jours (ordinateurs, surtout téléphones portables) : le coltan et la cassitérite (l’étain). Ces minerais se trouvent principalement dans l’Est de la RDC. Une région disputée au gouvernement de Kinshasa par des groupes rebelles (liés au Rwanda voisin) depuis les années 1990. Dernièrement ce sont les exactions et violences du M23 qui ont défrayé la chronique.

Ce cycle de la violence peut-il s’interrompre, si l’exploitation des richesses indispensables au financement de la guerre demeure accaparée par les groupes rebelles? Les dispositifs législatifs et autres certifications peuvent-ils suffire à sortir de cette logique de la violence ? Une gouvernance globale de ces ressources est-elle envisageable, réaliste ?

En Centrafrique la problématique est similaire. Dans ce pays ce sont surtout les mines d’or, et encore plus, de diamants, qui furent le centre de luttes violentes. Aujourd’hui le régime de Michel Djotodia, maître de Bangui, doit composer avec les mesures de rétorsion de la communauté internationale. En effet les diamants centrafricains sont en théorie interdits de commercialisation sur les marchés internationaux, en vertu du processus de Kimberley, prévu pour lutter contre le financement des conflits par la vente de pierres précieuses. Mais ce processus de Kimberley est-il suffisant / adapté pour éviter que les richesses du pays soient utilisées dans le financement de la violence armée ? Question à laquelle nous tentons de répondre ce madin grace à notre troisième invité, Zobel Behalal.

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......