LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une femme quittant l'est de la ville de Raqqa en Syrie.
Épisode 2 :

Le viol: arme de coercition massive

57 min
À retrouver dans l'émission

Au lendemain de la journée internationale pour l'élimination des violences sexuelles en temps de conflit, nous évoquons ce phénomène répandu, depuis les guerres d'ex-Yougoslavie au régime d'Assad ou encore en RDC. Comment le viol en temps de guerre s'est-il normalisé? Que "détruit-on" en violant ?

Une femme quittant l'est de la ville de Raqqa en Syrie.
Une femme quittant l'est de la ville de Raqqa en Syrie. Crédits : Rodi Said - Reuters

Si les preuves et témoignages de l’usage du viol comme recours d’une stratégie politique et militaire ne manquent pas, ce n’est que depuis 2008 qu’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU le qualifie en tant que crime de guerre et crime contre l'humanité.

Le signe, peut-être, d’une recrudescence d’un phénomène désormais tristement répandus dans les conflits contemporains, en Ex-Yougoslavie, au Rwanda, en RDC, au Darfour, mais encore, plus récemment en Libye ou en Syrie.

Mais peut-on vraiment parler de recrudescence? Ou s’agit-il, seulement, de la « découverte » d’un phénomène ancien rendu longtemps invisible par son caractère éminemment tabou.

Nous allons tenter de comprendre comment le viol peut devenir une arme de guerre. Comment il peut être utilisé au point d’être institutionnalisé ? Qu’est-ce qui est recherché, à travers cette pratique ?

Il est question de domination bien sûr, celle d’un corps sur un autre, mais aussi de domination d’une communauté sur une autre, d’une ethnie sur une autre, d’un peuple sur un autre. Dans le viol en temps de guerre, il est aussi question de détruire une société – voire une Nation - et d’en compromettre l’existence et l’avenir.

Alors : quelles sont les conditions par lesquelles, tout à coup, lors de l’éclatement d’un conflit, le viol devient systématique?

Comment penser les actes de viols dans les situations de guerre ? Que révèlent-ils de nos cultures de la violence en général ? Et sont-ils une fatalité à laquelle il faudrait se résigner ?

Une émission préparée par Clémence Allezard.

Pour aller plus loin:

https://www.franceculture.fr/emissions/lsd\-la\-serie\-documentaire/terreur\-detat\-44\-le\-centre\-primo\-levi\-vivre\-apres\-la\-torture

Le collectif transmédia contre les viols de guerre: https://zeroimpunity.com/

Chroniques
11H53
6 min
Le Tour du monde des idées
La part des énergies fossiles dans le mix mondial : plus de 85 %
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......