LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une autruche la tête dans le sable (Samburu Kenya)

« La planète brûle, et nous faisons l’autruche... »

59 min

La Cop 23 fut une nouvelle occasion de tirer la sonnette d’alarme et de révéler les faiblesses des prises de décisions politiques et les manquements à l’objectif de maintenir le réchauffement climatique en dessous des 2°C, des penseurs, des scientifiques, des philosophes font entendre leur voix…

Une autruche la tête dans le sable (Samburu Kenya)
Une autruche la tête dans le sable (Samburu Kenya) Crédits : Muriel Nicolotti / Biosphoto - AFP

Émission en partenariat avec le service Planète-Sciences du Monde

Parmi eux, le sociologue et philosophe George Marshall, qui nous livre des clés de compréhension de notre attitude et une analyse éclairante face à la difficulté, pour beaucoup, de reconnaître la réalité du changement climatique et de réagir. Il est allé à la rencontre de personnalités de différents horizons, et donne à comprendre les ressorts culturels et intellectuels qui expliquent ce « syndrome de l’autruche ».

Avec nous pour parler de ce livre qui s’intitule « Le syndrome de l’Autruche. Pourquoi notre cerveau veut ignorer le changement climatique », paru chez Actes sud, Cyril Dion, écrivain, réalisateur, co-fondateur du mouvement Colibris, et préfacier de l’ouvrage de George Marshall. Auteur de livres, notamment « Demain, et après… Un nouveau monde en marche » et le dernier pour les enfants, co-écrit avec Pierre Rabhi, « Demain entre tes mains », paru chez Actes Sud. Et à nos côtés, également, Pierre-Henri Gouyon, professeur au Muséum National d'Histoire Naturelle, à l'AgroParisTech, à l'ENS et à Sciences Po ; coordonnateur du livre «Aux origines de l'environnement», paru chez Fayard.

Et l’un des 15 000 signataires de l’appel contre la dégradation catastrophique de notre environnement.

Déclarations de Cyril Dion :

« Par rapport au changement climatique, notre cerveau fonctionne en terme de gain et de pertes. On nous demande de perdre à court terme - d’arrêter de prendre l’avion par exemple - pour quelque chose qui est un gain à très long terme et incertain. »    

   
« La disparition des espèces, la pollution … tout cela tire son origine du même système productiviste, exctractiviste, capitaliste ultralibéral. La solution est de repenser le modèle différemment ».   

   
« Il faut repenser nos besoins : nous n’avons pas besoin de voiture, nous avons besoin de mobilité. »       
« Nous avons besoin de nouveaux récits, d’imaginer le monde autrement, besoin de récits de changement positifs ».

Déclarations de Pierre-Henri Gouyon :

« Nous utilisons notre planète comme on utilise une mine de charbon, dans une perspective extractiviste ».  

« On devrait déplacer les taxes sur le travail sur les taxes celles des ressources naturelles : le fait de détruire des forêts, cela devrait être lourdement taxé. Le fait de tuer des organismes vivants. Je n’attends pas de morale de la part des entreprises, c’est au politique de mettre des cadres aux entreprises ».      

« Dans une communauté, les négationnistes sont souvent ceux qui ont de l’argent à tirer »      

« On ne peut pas nier la disparition de certaines espèces. Toute personne de plus de 40 ans se souvient que quand elle prenait sa voiture il y a vingt ans, il y avait des insectes plein son pare-brise. Aujourd’hui, on peut faire Paris – Marseille sans qu’il y ait le moindre insecte. »

Le choix musical

  • Pierre-Henri Gouyon : The times they are a changin' de Bob Dylan
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • Cyril Dion : Community of Hopede PJ Harvey
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

La phrase de nos invités

Pierre-Henri Gouyon : Quels enfants allons-nous laisser à notre Terre ?

Cyril Dion : Un jour, il nous faudra bien répondre à notre véritable vocation, qui n’est pas de produire et de consommer sans fin, mais d’aimer, d’admirer et de prendre soin de la vie sous toutes ses formes. » (Pierre Rabhi)

Conseil de lecture 

  • Pierre-Henri Gouyon : Erik M. Conway, Naomi Oreskes, Les Marchands de doute, Le Pommier, 2012

Enquête aussi implacable qu'incroyable, l'ouvrage témoigne de l'importance des faits scientifiques dans le débat public, et conduit à une réflexion profonde sur la vulnérabilité de la société mondiale - la tactique, mise au point outre-Atlantique, s'exportant bien - face aux «marchands de doute». Mot de l'éditeur

Ce livre porte une extraordinaire ambition. Celle de proposer une théorie économique radicalement nouvelle : l’économie symbiotique, capable de faire vivre en harmonie les êtres humains et les écosystèmes. Mot de l'éditeur

Alors, le rêve reprend. Des centaines de cavaliers galopent, soulevant des nuages de poussière. On a bien arrosé la piste avec de l’eau, mais on n’y peut rien, le soleil cogne. L’étonnement grandit, les cavaliers sont innombrables, on se demande combien peuvent tenir dans l’arène. C’est qu’elle fait cent mètres de long et cinquante de large ! Les spectateurs applaudissent et hurlent. La foule regarde passer ce simulacre d’un régiment américain, les yeux sortis du crâne. Les enfants poussent pour mieux voir. Le cœur bat. On va enfin connaître la vérité.

Les gestes du quotidien

Pierre-Henri Gouyon :  Chacun peut faire tous les jours pour faire progresser la cause environnementale. Il ne faut plus voter pour un candidat qui prétend favoriser l'emploi en laissant le marché disposer de notre avenir.

Cyril Dion : Il faut à chacun de nos actes nous demander quel impact il aura sur la nature et sur les êtres humains.

Liens

  • Site (en anglais) dédié à l'ouvrage de Georges Marshall, Le syndrome de l'autruche : Climate Conviction
  • Nos cerveaux sont-ils branchés pour ignorer le changement climatique ? George Marshall nous parle de son livre (en anglais) :
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • Site du mouvement Colibris, créé en 2007 sous l’impulsion de Pierre Rabhi, Colibris se mobilise pour la construction d’une société écologique et humaine. L’association place le changement personnel au cœur de sa raison d’être, convaincue que la transformation de la société est totalement subordonnée au changement humain. Colibris s’est donné pour mission d’inspirer, relier et soutenir les citoyens engagés dans une démarche de transition individuelle et collective.

La Revue de presse

  • Le procès des victimes de l’incinérateur de Vaux-le-Pénil (Seine-et-Marne) s’est ouvert, lundi dernier, au tribunal correctionnel de Paris. 165 plaignants se sont portés parties civiles, dont la mairie de Maincy, contre la communauté d’agglomération de Melun Val-de-Seine.
    L’incinérateur, mis en service en 1974, avait déjà fait l’objet de deux arrêtés de mise en demeure par le préfet en 1999 et 2001. Des premières analyses des fumées de l’incinérateur avaient révélé, en 2002, des taux de dioxines plus de 2.000 fois supérieurs à la norme. La maire de Maincy, Pascale Coffinet, inquiète des poussières s’accumulant dans son jardin, et suite à des analyses réalisées sur elle, a fait éclater l’affaire.
    Le 15 juin 2002, l’incinérateur fut fermé ; on compterait une dizaine de riverains morts d’un cancer du système lymphatique, en lien possible avec les rejets de l’incinérateur, les dioxines étant des perturbateurs endocriniens…. Au total, 40% des plaignants seraient victimes d’une maladie dont une dizaine serait grave.
    Le procès se tient jusqu’au 13 décembre. Le jugement pourrait être rendu en février.
    À lire sur le site du Journal de l’environnement
  • Plus réjouissant, pour « NOËL, FAITES UN CADEAU À LA PLANÈTE ! »
    C’est ce que propose le site de l’Ademe, avec des idées et des listes de cadeaux, de courses et de recettes à choisir..., de la guirlande éco-durable aux jouets à bannir, pour faire de Noël un moment gourmand, fun et écolo à la fois !
    À découvrir sur le site ademe.fr

Le PLUS et le MOINS

LE MOINS : La pollution lumineuse qui ne cesse d’augmenter à l’échelle de la planète.

Causes, conséquences, dossier complet à lire sur le site Futura Planète

LE PLUS : Le train du climat reprend ses activités à destination du public avide de mieux comprendre le réchauffement climatique et ses conséquences.

Gare de l’Est, à Paris, du 7 au 15 décembre, voie 30, le train du climat vous propose des conférences, avec notamment Jean Jouzel, Valérie Masson-Delmotte, Hervé Le Treut…
Pour plus d'informations, dirigez-vous vers le site officiel de l'évènement : https://trainduclimat.fr/

Les Echos de la Terre

Retour sur le dossier « glyphosate », suite à l’autorisation donnée cette semaine de sa commercialisation pour 5 ans ; en compagnie d’Hélène Le Téno, Directrice de GROUPE SOS Transition écologique dont l’association « Fermes d’avenir » fait partie, nous nous interrogerons sur les moyens de se passer du glyphosate en agriculture et des pratiques déjà en cours.

Revue de web sur l'environnement

Pour suivre l’actualité environnementale au fil des jours, consultez l’univers Netvibes d’Anne Gouzon de la Documentation de Radio France (Utilisez de préférence Firefox ou Google chrome) Netvibes - L’ACTUALITÉ ENVIRONNEMENTALE

Découvrez aussi des initiatives écolos et solidaires sur son Twitter : Initiavertes

Intervenants
  • écrivain, réalisateur et militant écologiste
  • généticien, spécialiste de l’évolution, professeur au Museum national d’histoire naturelle.
  • Directrice de GROUPE SOS Transition écologique
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......