LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Photographie, prise le 26 octobre 2012 au zoo de Doue La-Fontaine, d'un bébé gibbon né récemment et de sa mère.

La planète sans singe : fiction en passe de devenir réalité !

59 min

Le 18 janvier dernier, par la voix de 31 des meilleurs primatologues au monde, une étude publiée dans « Sciences Advances » nous apprenait que 60% des primates sont menacés de disparition totale et que 75% accusent déjà un déclin.

Photographie, prise le 26 octobre 2012 au zoo de Doue La-Fontaine, d'un bébé gibbon né récemment et de sa mère.
Photographie, prise le 26 octobre 2012 au zoo de Doue La-Fontaine, d'un bébé gibbon né récemment et de sa mère. Crédits : Alain Jocard - AFP

En partenariat avec Le Monde, retrouvez chaque jour les articles Planète et Sciences dans le quotidien et sur LeMonde.fr

Une extinction en marche qui met, à nouveau, l’homme dans le camp des exterminateurs! Gibbons, orangs- outans, bonobos, chimpanzés, lémuriens…, d’ici 25 à 50 ans, certains auront totalement disparu de notre planète terre…, à moins de faire de leur sauvegarde une priorité planétaire !

Quels sont les dangers qui les menacent directement ou indirectement, quelles sont les raisons identifiées de leur extinction ? Que serait la planète sans eux ? Peut-on encore changer la donne ? Comment réagir sans plus attendre ? En un mot, comment faire pour éviter La planète sans singe ?

Réponses aujourd’hui, sur France Culture, avec Emmanuelle Grundmann, primatologue et spécialiste de la biodiversité et des enjeux d’extinction des espèces, journaliste et auteure, notamment du livre Demain, seuls au monde, paru chez Calmann-Lévy, Etre singe , aux éditions de La Martinière ou pour les plus jeunes, Les secrets des grands singes, chez Akala.

Et Shelly Masi, maître de conférence au Muséum National Histoire Naturelle (MNHN)de Paris, primatologue spécialiste de l’écologie alimentaire des gorilles, une des commissaires de l’exposition qui a eu lieu l’an dernier au MNHN sur les grands singes.

Et puis dans « Les Echos de la terre », vers 16h45, en partenariat avec le service Planète-Science du Monde, nous nous intéresserons à la pétition de scientifiques de renom, publiée mardi dernier dans le journal Le Monde, pour interpeller et questionner les candidats à la présidentielle sur les questions environnementales et de santé ; et c’est le journaliste Stéphane Foucart, de la rédaction du Monde, et l’océanographe et climatologue du CNRS Eric Guilyardi, professeur à l’université de Reading, en Grande-Bretagne, auteur notamment du livre Que feriez-vous si vous saviez ? Des climatologues faces à la désinformation publié au Pommier, qui réagiront à cette action de sensibilisation.

Pour en savoir plus

Voici l’étude de Sciences advances qui prévoit l’extinction de masses des singes d’ici 25 à 50 ans, dans un article paru dans le Monde du 18 janvier 2017 "Les singes pourraient disparaître d’ici vingt-cinq ans à cinquante ans"

Article du Monde du 27 octobre 2016 : Plus de la moitié des vertébrés ont disparu en quarante ans. La pression exercée par l’humanité sur les écosystèmes est telle qu’il nous faut chaque année l’équivalent de 1,6 planète Terre pour satisfaire nos besoins, selon le WWF.

Science et technologie : nos questions aux candidats à l’élection présidentielle.Tribune - Près de cent chercheurs ont interrogé les candidats sur les enjeux scientifiques : santé, innovation, climat, recherche… Leurs réponses seront accessibles sur Science-et-technologie.ens.fr.

Revue du web de l'environnement

Pour suivre l’actualité environnementale au fil des jours, consultez l’univers Netvibes d’Anne Gouzon de la Documentation de Radio France (Utilisez de préférence Firefox ou Google chrome) Netvibes - L’ACTUALITÉ ENVIRONNEMENTALE

Découvrez aussi des initiatives écolos et solidaires sur son Twitter : Initiavertes

Le Plus et le Moins de la semaine

Le Moins de la semaine : La Cour des comptes étrille la politique francilienne des déchets

La Cour des comptes, dans son rapport du 8 février dernier, a épinglé la politique francilienne liée aux déchets.

Il existerait, en effet, une déficience de moyens mais également de mise en place du tri des déchets dans la zone francilienne.

Une grue transporte des déchets le 9 décembre 2016 à l'Unité de Tri valorisation Matières et Energies (TVME), nouvelle installation d'élimination des déchets inaugurée à Henin-Beaumont.
Une grue transporte des déchets le 9 décembre 2016 à l'Unité de Tri valorisation Matières et Energies (TVME), nouvelle installation d'élimination des déchets inaugurée à Henin-Beaumont. Crédits : Denis Charlet - AFP

Les politiques publiques ne donnent pas assez de moyens et de places pour les déchets des entreprises, qui devraient être plus pris en compte. Les contribuables sont également pointés du doigt : leurs déchets ne seraient pas correctement triés. Ainsi, « le taux de recyclage pâtit bien sûr de ces mauvais résultats. Il n’est que de 28% en 2014 (et même 17,4% à Paris en 2015) alors que la loi sur la transition énergétique vise 55% en 2020 et 65% en 2025 » évoque le site Journal de l’environnement.

Néanmoins, plusieurs solutions sont connues, telles que la tarification incitative visant à faire payer les déchets au poids, mais également la mise en place de points de collecte où l’on pourrait se rendre volontairement afin de trier ses déchets de manière plus responsable, ainsi que la modernisation des centres de tri.

Le Plus de la semaine : Belgique : 16 800 citoyens attaquent l'État pour qu'il réduise ses émissions de CO2

De plus en plus en France, nous parlons de « réveil citoyen », lié notamment à la prochaine élection présidentielle. Mais il s’agit d’un processus européen voire mondial.

Le citoyen prend conscience de ses droits mais aussi de ses devoirs. Ainsi en Belgique, l’association l’Affaire Climat attaque en justice l’Etat belge afin de le contraindre à tenir ses engagements en matière de politique écologique et climatique. Le but de cette action est de pousser l'Etat à respecter l'Accord de Paris récemment signé obligeant à une diminution des émissions de gaz à effets de serre.

La place du Luxembourg à Bruxelles (Belgique) le 20 avril 2015
La place du Luxembourg à Bruxelles (Belgique) le 20 avril 2015 Crédits : Thierry Charlier - AFP

L’association est fondée en 2014 par onze amis venant de la presse, du cinéma, de la musique, etc. et entreprend des actions contre l’Etat depuis cette date.

En collaboration avec Unanimous, collectif bruxellois, l’association a souhaité permettre à d’autres citoyens de signer des procurations à partir d’une authentification sur Internet. Il s’agit d’une pétition pouvant amener les signataires à participer au procès contre l’Etat en tant que témoin.

La justice climatique est ainsi demandée par plus de 16 800 citoyens et ceux-ci souhaitent un procès au plus tard en 2018.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......