LE DIRECT
Pancarte d'information et de prévention sur les piqûres d'abeilles

Les abeilles sont-elles vouées à disparaître ?

58 min

Actrices de la nature, indispensables à la vie sur terre, elles sont des sentinelles pour l’humanité, et ce qui leurs arrive dit beaucoup de l’état de notre environnement et de son avenir. Les abeilles meurent…, victimes d’un cocktail destructeur !

Pancarte d'information et de prévention sur les piqûres d'abeilles
Pancarte d'information et de prévention sur les piqûres d'abeilles Crédits : GARO / Phanie - AFP

En partenariat avec Le Monde, retrouvez chaque jour les articles Planète et Sciences dans le quotidien et sur LeMonde.fr

Pesticides, perte de l’habitat, déclin de la diversité alimentaire, agents pathogènes et prédateurs redoutables…, les facteurs responsables de la disparition des abeilles sont multiples.

La pancarte « danger » est brandie depuis des décennies, tentant d’interpeller sur les risques encourus par les humains eux-mêmes, mais le temps passe… Sans les abeilles, plus de fruits et légumes, moins de biodiversité…, et au final une perte de rentabilité. En certains pays du monde, on se met à polliniser manuellement, quand on n’invente pas carrément de petits robots pollinisateurs pour pallier la disparition de ces ouvrières de la nature,… pourtant bien faite quand on la respecte.

Ces butineuses indispensables au maintien de la biodiversité sont-elles vouées à disparaître ? Que disent la science et la recherche sur cette situation ?

Bilan et état des lieux du monde des abeilles…, aujourd'hui sur France Culture, avec Claire Villemant, chercheur au Muséum National d’Histoire Naturelle, spécialiste des hyménoptères, Magali Ribière Chabert, chef de l’unité Pathologie de l’abeille au sein du laboratoire Anses de Sophia Antipolis et responsable du LRUE (laboratoire de référence de l’Union Européenne) santé de l’abeille, Lionel Garnery, maître de conférence à l'université de Versailles- Saint Quentin en Yvelines, spécialiste de la génétique de l'abeille au CNRS de Gif-sur-Yvette, spécialiste français de l'abeille noire et président de la Fédération européenne des Conservatoires de l'abeille noire (FedCAN), et Yves Le Conte, directeur de recherche à l’INRA, apiculteur, directeur de l'UR406 Abeilles et environnement.

Puis en seconde partie d’émission, vers 16h45, en partenariat avec le service Planète-Science du Monde, « Les Echos de la terre » nous emmèneront à la rencontre d’un homme qui, par sa plume, interpelle notre conscience dans un plaidoyer en faveur de la biodiversité et de sa préservation. Lettre au dernier grand pingouin, c’est le titre de son dernier livre paru chez Verticales, il s’agit du Journaliste au Canard Enchaîné, Jean-Luc Porquet, alerteur à l’humour noir et à la sensibilité communicative.

  • La phrase que vous faites vôtre

Claire Villemant “C’est la nature avant tout qui doit nous inspirer car elle est la seule garante véritable de notre pérennité. Sans elle, aucun projet n’est assuré d’un lendemain.” (La part du Colibri : l'espèce humaine face à son devenir de Pierre Rabhi)

Lionel Garnery "A qui les a connues, à qui les a aimées, un été sans abeilles semble aussi malheureux et aussi imparfait que si il était sans oiseaux et sans fleurs". ( La vie des abeilles de Maurice Maeterlinck).

Yves le Conte "Quand on plonge dans l'univers des abeilles domestiques c'est quelque chose qui vous change la vie, qui change votre vie de naturaliste, parce que quelle que soit la question que vous posez, quelle que soit l'action que vous faites... Il y a du merveilleux."

Magali Ribière Chabert "Nous devons utiliser le temps à non escient et nous rendre compte qu'il est toujours temps de faire le bien. (Nelson Mandela)

Pour aller plus loin en quelques clics

Jeudi 8 décembre 2016, les 5e Rencontres scientifiques de l’Anses Santé des abeilles : « risques émergents et pesticides »

Le miel utilisé au CHU de Limoges pour ses bienfaits cicatrisants. Les vertus de l’apithérapie ont été remises au goût du jour à l’hôpital par le professeur Descottes. Sept ans après le décès de ce médecin, que reste-il d’années d’études cliniques ? Les pansements au miel sont devenus une pratique courante.LE POPULAIRE DU CENTRE, 29/11/2016

Vidéos du Carrefour de l'innovation agronomique "Abeilles" du 15 novembre à Avignon.Le colloque a présenté les principaux résultats acquis par l’Unité PrADE notamment sur l’impact des facteurs de pressions (modifications environnementales, expositions aux pesticides, parasites et pathogènes) sur les performances des colonies d’abeilles domestiques ainsi que les outils opérationnels pour l'aide au raisonnement de la protection des abeilles. INRA, 25/11/2016

Les néonicotinoïdes menacés par une interdiction totale en Europe. Objets d’un moratoire européen partiel depuis fin 2013, deux néonicotinoïdes ont reçu mi-novembre des avis défavorables de l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) pour les usages encore autorisés. EURACTIV, 28/11/2016

Les infrarouges : la solution pour soigner les abeilles contaminées par les pesticides ? Les infrarouges ont des effets bénéfiques sur les humains et beaucoup d’autres animaux. Des chercheurs anglais ont découvert qu’ils pourraient également aider à soigner les abeilles exposées aux pesticides. SCIENCES ET AVENIR, 24/11/2016.

Et si les abeille n'étaient pas en voie de disparition : entretien avec François LASSERRE, Vice-président de l’Office pour les insectes et leur environnement, co-président de Graine Ile-de-France. « …les apiculteurs ne remettent jamais en question leur pratique qui, d’une certaine façon, exploite les abeilles : ils les transportent, font venir des acariens, fragilisent l’espèce, etc. L’apiculteur voit les abeilles avec un point de vue très partial et intéressé. L’Homme exploite les abeilles depuis des millénaires et se retrouve avec les mêmes problèmes que les autres éleveurs: les abeilles sont entretenues par les humains, l’espèce est au fur et à mesure du temps affaiblie… ». ATLANTICO, 04/12/2016.

Un article sur HUFFINGTONPOST.FR, 08/12/2016 : Contre le déclin des abeilles en France, les chercheurs ont peut-être trouvé une issue. Le génome des mielleuses noires d'Europe n'a qu'à bien se tenir, il faudra qu'il soit séquencé pour trouver le salut. Les abeilles gagneront-elles contre les acariens? Ce combat de longue haleine est en passe de trouver une issue, révélée jeudi 8 décembre lors de la Rencontre scientifique internationale de l'Anses sur la santé des abeilles.

Efese - Le service de pollinisation. Cette première évaluation réalisée dans le cadre de l’Efese (l’évaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques) montre que la part de la production végétale destinée à l’alimentation humaine que l’on peut attribuer à l’action des insectes pollinisateurs représente en France une valeur comprise entre 2,3 et 5,3 milliards d’euros (2010). Ainsi, c’est entre 5,2% et 12% de la valeur totale des productions végétales françaises destinées à l’alimentation humaine qui dépendent des pollinisateurs. MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, Commissariat général au développement durable, novembre 2016 .

De nouvelles mesures pour accélérer la reconquête des pollinisateurs. Ségolène Royal et Barbara Pompili ont réuni plus de 130 élus, ONG, chercheurs et apiculteurs pour un événement de mobilisation en faveur des pollinisateurs, mardi 22 novembre 2016. L’objectif de cette rencontre était de présenter les actions et les solutions en faveur de leur reconquête pour renforcer le plan « France Terre de pollinisateurs ». A cette occasion, les représentants de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) ont remis aux ministres un rapport intitulé « Pollinisateurs, pollinisation et production alimentaire ». MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, 22/11/2016.

Beeonic, le drone abeille pour polliniser l’Amérique du Nord : des mini-drones abeilles pour remplacer les vraies abeilles … Source : Forbes, 24/11/2016.

En Chine, dans certaines régions, l’homme a remplacé les abeilles pour assurer la pollinisation de certaines plantes : faute d’abeilles, des milliers de dollars perdus. Dans le Sichuan, notamment, on les appelle les hommes-abeilles et ils mettent 30 minutes environ pour polliniser toutes les fleurs d'un arbre fruitier. Cette disparition des abeilles, souvent due à l’usage de pesticides, a un coût et pourrait menacer certaines récoltes vitales.Source : FranceTVinfo, Géopolis, 02/12/2016.

A la recherche de la meilleure abeille. Une étude sur les interactions entre la souche génétique des abeilles et leur environnement. Au sein du réseau international de scientifiques COLOSS, le groupe de travail « diversité et vitalité » a étudié la survie des colonies d’abeilles en fonction de leur origine génétique et de leur adaptation à des facteurs environnementaux tels que le climat, les maladies et les pratiques apicoles. Source : ITSAP, Institut de l’abeille, 29/04/2016. Rapport d’étude par Marina Meixner et Ralph Büchler, initialement publié en allemand dans le journal «die Biene en août 2014.

Revue du web de l'environnement

Pour suivre l’actualité environnementale au fil des jours, consultez l’univers Netvibes d’Anne Gouzon de la Documentation de Radio France (Utilisez de préférence Firefox ou Google chrome) Netvibes - L’ACTUALITÉ ENVIRONNEMENTALE

Découvrez aussi des initiatives écolos et solidaires sur son Twitter : Initiavertes

LE PLUS ET LE MOINS

LE MOINS : Multiplication des zones mortes dans les océans

Des zones de nos océans sont au bord de l’asphyxie, car en manque d’oxygène, c’est ce que nous apprend un article de Clémentine Thiberge du Monde daté du 5 décembre 2016. « Réparties sur 245 000 km2, ces régions privées d’oxygène augmentent sur les côtes et en pleine mer en raison de l’utilisation de pesticides et du réchauffement climatique ».

Paul Treguer, biogéochimiste, interrogé par le journal précise que "Tous les organismes qui ont besoin de dioxygène pour respirer fuient ces zones, les espèces immobiles comme les crustacés meurent et des bactéries méthanogènes se développent".

Le phénomène n’est malheureusement pas nouveau puisque dès 2003, un premier rapport de l'ONU recensait déjà 150 zones mortes dans les océans, suivi cinq ans plus tard d’une étude de l'Institut de sciences marines de Virginie (États-Unis) qui elle en comptait plus de 400.

Aujourd’hui, la situation est d’autant plus inquiétante que ces zones se multiplient beaucoup plus rapidement et comme souvent la cause en est connue : les pesticides et le réchauffement climatique. Ainsi, Laura Bristow, co-auteure de l'étude danoise, citée par Le Monde explique que « le nombre de zones mortes est en train d’augmenter, aussi bien sur les côtes qu’en plein océan. Les zones hypoxiques côtières s’agrandissent principalement à cause de l’accumulation des nutriments issus de l’agriculture, comme les fertilisants », avant de préciser, « lorsque la température augmente, l’eau change de densité et les échanges entre les eaux de surface et de profondeur se font moins facilement. La couche de surface n’est alors plus alimentée en oxygène ».

Pour les scientifiques ayant travaillé sur le sujet, il est impératif de mieux réguler l’utilisation des produits chimiques dans l’agriculture si l’on veut voir la situation s’améliorer.

Lire l'article du Monde du 5 décembre 2016 par Clémentine Thiberge : Les zones mortes se multiplient dans les océans

Le PLUS : Publication par la Fédération Européenne de Cyclisme d’un rapport sur « Les retombées économiques du vélo »

Dans ce nouveau rapport, l’ECF (Fédération Européenne de Cyclisme) annonce que les retombées directes et indirectes du vélo dans les 28 États membres de l’UE équivalent à 513 milliards d’euros, soit 1000 euros par citoyen européen !

L’intérêt du rapport réside dans la démonstration qu’il fait de la répartition des répercussions de l’utilisation du vélo. Ainsi, les répercussions économiques se font évidemment dans le domaine des transports et de la politique environnementale, mais pas seulement, il existe également des répercussions non-négligeables dans de nombreux autres domaines où l'UE a aussi des compétences, comme la politique industrielle, l'emploi, la santé et la politique sociale.

À noter que les meilleures retombées sont produites sur la santé publique avec une épargne chiffrée à plus de 190 milliards d’euros grâce au vélo pour les contribuables.

Intervenants
  • Attachée honoraire au muséum Muséum National d’Histoire Naturelle à l’Institut de Systématique, Evolution, Biodiversité, ancienne responsable de la collection d’Hyménoptères (guêpes, abeilles et fourmis du muséum) MNHN
  • chef de l’unité Pathologie de l’abeille au sein du laboratoire Anses de Sophia Antipolis
  • spécialiste de la génétique de l'abeille au CNRS de Gif-sur-Yvette
  • directeur de recherche à l’INRA, apiculteur, directeur de l'UR 406 Abeilles et environnement.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......