LE DIRECT
Le feuillage des vignes, couleurs automnales,  un vignoble près de la rivière Neckar à Stuttgart

Sous nos pieds, un univers insoupçonné : le sol et ses secrets

59 min

Notre première émission aurait pu lui être consacrée, mais il faut bien avouer que l’on n’y pense rarement… On le foule, on s’y appuie, on s’y enracine, on en dépend aussi et on le malmène…beaucoup ! De lui, tout naît et tout s’enrichit !

Le feuillage des vignes, couleurs automnales,  un vignoble près de la rivière Neckar à Stuttgart
Le feuillage des vignes, couleurs automnales, un vignoble près de la rivière Neckar à Stuttgart Crédits : Thomas Kienzle - AFP

En partenariat avec Le Monde, retrouvez chaque jour les articles Planète et Sciences dans le quotidien et sur LeMonde.fr

Pour nombre de spécialistes, il constitue un « patrimoine de l’humanité », une merveille qui nous offre vie et richesse. De sa composition à ses petits habitants, en passant par les chemins de l’eau dans le sol, son rôle en tant que ‘capteur’ de carbone ou encore sa biodiversité que l’on imagine plus qu’on ne l’a connaît véritablement, des chercheurs nous en livre les secrets connus à ce jour. Deux d’entre eux sont avec nous, pour en parler, Christian Feller, directeur de recherche émérite (en Science du Sol) de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), et Ghislain de Marsily, professeur émérite (géologie appliquée et hydrologie) à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI), tous les deux co-auteurs du livre Le sol une merveille sous nos pieds paru chez Belin.

le Monde
le Monde

Et puis en seconde partie d’émission, vers 16h45, dans « Les Echos de la terre », en partenariat avec le service Planète-Science du Monde, dont les contenus sont à retrouver chaque jour dans le quotidien et sur le site, nous reviendrons sur un colloque qui s’est tenu à L’Académie des sciences. Son thème : « Développement durable, changement climatique et éducation » ; et c’est Yvon Le Maho, écophysiologiste à l'Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien de Strasbourg, directeur de recherche au CNRS, membre de l'Académie des sciences, et David Wilgenbus, astrophysicien, responsable de la production pédagogique des ressources à la Fondation La Main à La Pâte, qui viendront en rendre compte, riches de leurs propres expériences de terrain en la matière.

  • La phrase que vous faites vôtre

Le mythe de Sisyphe : Les dieux avaient condamné Sisyphe à rouler sans cesse un rocher jusqu'au sommet d'une montagne d'où la pierre retombait par son propre poids. (Ghislain de Marsily)

“Les vers de terre s'enfoncent dans le sol pour ne pas tomber amoureux des étoiles.” d'Yvan Audouard (Christian Feller)

Revue du web de l'environnement

Pour suivre l’actualité environnementale au fil des jours, consultez l’univers Netvibes d’Anne Gouzon de la Documentation de Radio France (Utilisez de préférence Firefox ou Google chrome) Netvibes - L’ACTUALITÉ ENVIRONNEMENTALE

Découvrez aussi des initiatives écolos et solidaires sur son Twitter : Initiavertes

Pour aller plus loin en quelques clics

Une initiative lancée par le ministère de l’Agriculture en 2015 : 4 pour 1000, vise à montrer que l’agriculture, et en particulier les sols agricoles, peuvent jouer un rôle crucial pour la sécurité alimentaire et le changement climatique. En s’appuyant sur une documentation scientifique solide, cette initiative invite tous les partenaires à faire connaître ou mettre en place les actions concrètes sur le stockage du carbone dans les sols et le type de pratiques pour y parvenir (agro-écologie, agroforesterie, agriculture de conservation, de gestion des paysages…).

Il faut un demi-siècle pour reconstituer une population de vers de terre ! L’analyse du sol du « Jardin sans pétrole » (Limousin) a montré une fragilité de sa population de vers de terre, due vraisemblablement à un trop grand usage de produits chimiques par le passé.REPORTERRE, 05/11/2016

OPVT - L’Observatoire participatif des vers de terre

Cet observatoire propose une méthode simplifiée d’observation et de comptage des vers de terre, indicateurs de la qualité des sols. En s’adressant à toutes les personnes volontaires pour l’observation de ces magroorganismes du sol, il va permettre de rassembler et d’analyser les observations collectées au niveau national. Cette démarche est réalisée par l’Observatoire de Rennes (OSUR CNRS) et se fait en collaboration avec le Muséum National d’Histoire Naturelle (CERSP, UMR 7204) dans le cadre d’un projet d’observatoire de la biodiversité ordinaire en milieu agricole.

Une initiative citoyenne européenne People 4 Soil : L’appel du sol relayée par France Nature Environnement pour que l'Union européenne votent une directive de protection des sols.

Le "Plus" : la FAO publie un nouvel outil qui ouvre enfin les portes du financement carbone au secteur laitier

Jusqu'à présent, faute de méthodologie capable de calculer les crédits et de certifier la réduction des émissions de gaz à effet de serre, le financement climatique et les marchés du carbone étaient fermés au secteur laitier. La création d’un nouvel outil par la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) vient combler ce vide et établir des standards au niveau mondial.

La FAO explique «qu’il s'agira par exemple, de modifier la composition alimentaire ou les pratiques alimentaires, ou encore d'améliorer l'efficacité énergétique de l'équipement ». Selon elle, « cette démarche devrait également permettre d'attirer de nouveaux financements dans l'industrie du bétail et contribuera à promouvoir les investissements dans des initiatives familiales ».

 Une vache se fait traire par un système de traite robotisé dans une ferme assistée par des robots, le 24 septembre 2010 à Bréhan
Une vache se fait traire par un système de traite robotisé dans une ferme assistée par des robots, le 24 septembre 2010 à Bréhan Crédits : DAMIEN MEYER - AFP

Adressé aux petits producteurs laitiers, cet outil «s'attaque à deux principaux défis rencontrés dans le secteur agricole de nos jours: la nécessité de rendre l'agriculture plus productive et d'augmenter les rendements, tout en diminuant son empreinte carbone», relève la FAO.

Cette méthodologie a été certifiée par Gold Standard, un organisme indépendant qui évalue les projets liés au climat et s'assure qu'ils contribuent véritablement à réduire les émissions de gaz à effet de serre et ce, dans le cadre du Mécanisme pour un développement propre de l'ONU.

Cette nouvelle méthodologie et un petit pas de plus vers les réductions d’émissions de gaz à effet de serre, pour rappel, celles issues de la production de lait varient largement de par le monde. Certains pays ont des systèmes de production qui n'émettent pas plus d'1,7 kg de dioxyde de carbone par kilogramme de lait (CO2e/kg), tandis que d'autres en émettent cinq fois plus et atteignent les 9 kg de dioxyde de carbone pour chaque kilogramme de lait. C’est pourquoi la FAO souligne « l'impact considérable que les différentes méthodes de production peuvent avoir sur les émissions de carbone ainsi que l'opportunité de pouvoir véritablement atténuer les effets du changement climatique ».

Télécharger la méthodologie : Smallholder dairy methodology. Draft Methodology for Quantification of GHG Emission Reductions from Improved Management in Smallholder Dairy Production Systems using a Standardized Baseline.

Le "Moins" : «Pesticides : pas de protection pour les riverains» signé Martine Valo

Totalement en échos avec notre thème du sol, il s’intéresse à un arrêté préparé par le gouvernement pour fixer les règles d’épandage des produits phytosanitaires. Sur ce dossier épineux, il fut jugé bon de satisfaire les agriculteurs et d’oublier les riverains qui auraient dû bénéficier au moins d’une bande de sécurité autour de leurs habitations, idem pour les écoles et maisons de retraite… Une occasion ratée pour la France, gros consommateur de pesticides, de se distinguer par le haut, face à une opinion publique de plus en plus consciente des dangers de l’environnement chimique pour sa santé.

Vue prise, le 05 avril 2004 à Gamaches-en-Vexin, d'un épandeur dans un champ de blé.
Vue prise, le 05 avril 2004 à Gamaches-en-Vexin, d'un épandeur dans un champ de blé. Crédits : JEAN-PIERRE MULLER - AFP

Lire l’article (en entier pour les abonnés du Monde) : Pesticides : pas de protection pour les riverains, Le 7 novembre 2016, Martine Valo

En partenariat avec le service Planète-Science du Monde

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......