LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Denis Podalydès

Denis Podalydès lit : Lundi 22 février 2016

5 min
À retrouver dans l'émission

Ce que Maeterlinck prise surtout chez ses auteurs préférés, comme encore Shakespeare, c’est ce qu’on pourrait nommer leur obscurité lumineuse.

Denis Podalydès
Denis Podalydès Crédits : Caroline Gillet - Radio France

Denis Podalydès lit 

 Le trésor des humbles  

de Maurice Maeterlinck

Réalisation Manoushak Fashahi

Le Trésor des humbles, paru en 1896, marque la fin de la période héroïque du symbolisme, dix ans après le « Manifeste » de la nouvelle école ; c’est l’année de la mort de Verlaine. Cette année marque aussi une rupture dans l’œuvre de Maeterlinck. Après le radicalisme de ses premiers drames qu’il qualifiait de « théâtre statique », il abandonne l’avant-garde et se consacre à une œuvre plus accessible. Ce n’est plus le poète décadent de Serres chaudes (1889) ni le dramaturge de l’inquiétude et de la mort qui provoquait la sortie en pleine représentation d’un public terrifié, mais un mystique sans religion, un dilettante de l’occulte qui s’essaie à un genre, l’essai, où il peut manier les idées que le théâtre et la poésie lui avaient jusqu’ici défendues. Ces grands sujets, Maeterlinck les aborde en écrivain. S’il parle des religions, c’est pour montrer qu’elles tendent toutes vers un même but. S’il parle de philosophie, c’est pour la ramener à quelques principes fondamentaux. Il est hanté par la suggestion, le non-dit, l’occulte. Maeterlinck est belge, et, toute sa vie, il a entretenu des rapports tendus avec la culture et la langue françaises. Né à Gand en 1862, il entame une carrière de juriste, plaidant en français (à l’époque, langue officielle du système légal) pour les Flamands qui ne le parlaient pas. Très tôt, il commence à écrire des contes et des poèmes où il essaie de fusionner la saveur flamande et la langue française. Dans son essai sur Novalis, il cherche à faire valoir quelque chose d’étranger à la pensée française : la tradition « germanique ». Ce n’est pas une tradition de clarté intellectuelle, de logique, et elle ne s’exprime pas en un langage limpide et transparent. Maeterlinck souhaite même aller à rebours du « génie de la langue française », et dans son essai sur Ruysbroeck il glorifie les outrances verbales du flamand, ses pensées fiévreuses, sa « syntaxe tétanique ».

 Ce que Maeterlinck prise surtout chez ses auteurs préférés, comme encore Shakespeare, c’est ce qu’on pourrait nommer leur obscurité lumineuse. Pourtant, sa prose est régulière, classique, équilibrée. Paul Léautaud disait qu’il était le seul des symbolistes belges à savoir bien écrire en français. C’est même tout simplement, un grand écrivain.

Intervenants
  • Acteur, metteur en scène, scénariste et écrivain français, sociétaire de la Comédie-Française
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......