LE DIRECT

Denis Podalydès lit \"Voix Off\" 18/20

5 min
À retrouver dans l'émission

Voix off ,

de et par Denis Podalydès

(sociétaire de la Comédie-Française)

Publié dans la collection Traits et portraits au Mercure de France, collection dirigée par Colette Fellous

Enregistré en public le lundi 9 mars 2008, à l’Odéon-Théâtre de l’Europe à Paris

Archives de l’INA et de la Comédie Française

Remerciements à Bernard Vallery pour le montage des archives

Réalisation : Blandine Masson

Redécoupé par Guy Peyramaure.

En 2008, Collette Fellous, publia dans sa collection « Traits et portraits », au Mercure de France, un livre écrit par Denis Podalydès, « Voix off ». Ce livre reçut le Prix Femina pour les essais.

Denis Podalydes se livre à une sorte de récit autobiographique, scandé par des descriptions de voix : la voix de Jean Vilar, la voix de Richard Fontana, la voix de maman, la voix de mes frères… Denis Podalydès se plait à faire entendre d’autres voix dans la sienne. Emboîtement de voix, échos des unes vers les autres, ce livre, en même temps qu’il parcourt l’enfance de l’acteur, puis sa jeunesse, traverse les territoires du théâtre. Il nous restitue une mémoire vocale du théâtre, Michel Bouquet, Jean-Pierre Miquel, Gérard Philippe, Antoine Vitez.

A la fois long poème sur le théâtre, essais sur la voix, autoportrait, ce livre original est celui d’un acteur, dont le plus grand plaisir est encore de se trouver enfermé dans un studio d’enregistrement. Un acteur, ô combien, radiophonique, ayant baigné dans la voix des autres avant de baigner dans la sienne « est-il pour moi lieu plus épargné, abri plus sûr, retraite plus paisible qu’un studio d’enregistrement ? Enfermé de toutes parts, « en capitonné », assis devant le seul micro, à voix haute – sans effort de projection, dans le medium – deux ou trois heures durant, je lis les pages d’un livre. Le monde est le livre. Les vivants que je côtoie, les morts que je pleure, le temps qui passe, l’époque dont je suis le contemporain, l’histoire qui se déroule, l’air que je respire, sont ceux du livre », écrit-il au commencement de « Voix off ». Le lundi 9 mars, sur le plateau de la grande salle de l’Odéon-Théâtre de l’Europe, Denis Podalydès proposait une lecture de fragments de « Voix off ». Cette lecture débutait avec des extraits des voix de Jean Vilar, Gérard Philippe, Jean-Louis Barrault, Charles Denner, Antoine Vitez, Michel Bouquet, Gerard Desarthe, Marcel Bozonnet,Richard Fontana, Ludmilla Miikaël, Eric Elmosnino, Jean-Luc Boutté.

Elle s’est terminée avec la voix, puissante, unique et royale, de Christine Fersen, doyenne de la Comédie Française, disparue en 2008. Et c’est par un hommage bouleversant à Christine Fersen, - un texte de Denis Podalydès, non paru dans « Voix off »,- que cette soirée entièrement dédiée au théâtre s’est refermée.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......