LE DIRECT

Fawaz Baker, musicien et compositeur syrien.

59 min
À retrouver dans l'émission

Un musicien et compositeur syrien, archéologue et architecte : Fawaz Baker , joueur de Oud et musicologue.

Cinq Chants : Oracion, Sleep song, Interzone extended, Wasl, et Alefba ( au Cloître des Célestins à Avignon du 20 au 24 juillet à 22 h )

  • Fawaz Baker a une longue expérience de la musique derrière lui, d'abord en Syrie (son pays de naisssance) puis en France, à Lyon, même s'il a commencé par une carrière importante comme Architecte.

  • Fawaz Baker a dirigé le Conservatoire de Musique d'Alep jus'qu'en 2011/ 12, avant cet exile culturel forcé vers la France, en raison de la guerre en Syrie. Il vit dorénavant en France depuis 2 ans.

  • Il commence la musique très jeune, avec l'accordéon comme accompagnement musical du chant. Puis il est attiré par la musique Hard Rock, dans les années 70 / 72. (Deep purple, Zeppelin). Ensuite le clavier, guitare, le Jazz, le blues, puis enfin un retour aux sources et à ses racines arabes.

  • Parallèlement il fait des études d'architecture à Lyon.. et en fait l'Architecture l'a beaucoup aidé en musique :

- En effet, en architecture, la matière 1ère est l'espace , et en musique c'est le temps... Mais l'émotion est partout..

Il faut toujours passer d'abord par l'émotion.

  • Le silence en musique

- Le vide en architecture, c'est à dire le Négatif dans les deux cas.

Il est important de prendre le temps de s'ennuyer pour créer.

Fawaz Baker
Fawaz Baker Crédits : G. Méric - Radio France
Fawaz Baker et Xavier de La Porte
Fawaz Baker et Xavier de La Porte Crédits : G. Méric - Radio France
  • Puis il évoque les années passées au Conservatoire d'Alep et les difficultés rencontrées entre l'enseignement de la musique classique occidentale et la musique traditionnelle orientale..

  • Il explique la diférence entre Ecriture de la musique et l'oralité, Harmonie et contrepoint, la musique modale, les "dissonnances ", si importantes pour "avancer"..La fausse note dissonnante peut heurter l'oreille, mais elle permet d'avancer (idem avec la musique bretonne traditionnelle).

  • puis il évoque la guerre en Syrie, avec un certain détachement, malgré les énormes difficultés rencontrées en période de guerre, où l'on vit au jour le jour, sans penser à la veille, ni au lendemain. Il faut avant tout résister et vivre.. difficultés pour les familles avec enfants en période de guerre..et malgré tout, la musique reste un engagement total et permet de résister à la guerre..

  • La guerre est "bruyante" aussi, avec les tirs d'obus, les bombes et snipers. La guerre est aussi une expérience sonore importante mais inconsciente pour la musique..hors le silence est si précieux pour pouvoir créer efficacement.

  • Il parle du "Oud", instrument traditionnel de musique oreintale, qui accompagne le chant.

  • Il parle des difficultés rencontrées avec la musique écrite .

  • Diffusion d'un extrait de Oud contemporain et modal tunisien interprété par Anouar Brahem - Titre : Lumières du silence.

- La musique, c'est l'art de jouer avec le temps. Il faut créer du vide pour permettre l'imaginaire et la création.

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......