LE DIRECT
L'Ecole nationale d'administration, dont est issu Emmanuel Macron, est le symbole de la méritocratie en France

Contre la méritocratie

4 min

Pour ses conseils de lecture du jour au président de la République Emmanuel Macron, énarque qui s'est choisi un énarque comme premier ministre, Brice Couturier propose plusieurs livres critiquant la notion de méritocratie.

L'Ecole nationale d'administration, dont est issu Emmanuel Macron, est le symbole de la méritocratie en France
L'Ecole nationale d'administration, dont est issu Emmanuel Macron, est le symbole de la méritocratie en France Crédits : PATRICK HERTZOG - AFP

Monsieur le Président de la République, vous êtes un brillant sujet, sorti dans la botte à l’ENA (filière Inspection des Finances) et vous venez de choisir pour vous seconder, à Matignon, un autre brillant sujet, sorti dans la botte à l’ENA (filière Conseil d’Etat). Dans aucun autre pays au monde, sinon peut-être en Chine, le pouvoir ne revient, comme chez nous, aux surdiplômés. Chez eux, le mandarinat. Chez nous, une méritocratie recrutée sur concours.

Bien sûr, notre tradition nationale, l’élitisme républicain et le saint-simonisme, en particulier, favorise cette sélection des élites dirigeantes par ce biais. Elle vaut mieux, chacun en conviendra, que la sélection par la naissance qui est le fait des aristocraties ou la sélection par l’argent des ploutocraties et des oligarchies. Mais il se trouve que la méritocratie fait l’objet, depuis quelque temps, d’attaques argumentées qui méritent d’être méditées.

William Deresiewicz, professeur à Yale, l’une des plus prestigieuses universités américaines, est parti en claquant la porte. Il ne supportait plus l’arrogance et le conformisme de ses collègues et de ses étudiants. Il a consigné ses impressions dans un livre, au titre éloquent Excellent sheep. The Miseducation of the American Elite : "L’excellent mouton. L’éducation ratée de l’élite américaine."

Une élite aussi "performante que conformiste"

Pour lui, les produits des grandes et fameuses universités américaines ressemblent à ces individus qui s’entraînent à sauter à travers des rangées de cerceaux, comme les bêtes de cirque. A pris le pouvoir dans l’ensemble des démocraties occidentales, écrit-il, une "classe mondiale de sauteurs de cerceaux". Ils sont aussi performants que conformistes. Surentraînés à gérer et à administrer des mécaniques bien rodées, ils se trouvent désemparés et démunis face à des situations inédites, à des urgences imprévues. Forcément : ils sont grégaires et dépourvus de culture générale. Pire : la méritocratie s’est constituée en classe spéciale et séparée, comme l’avait prédit Christopher Lasch. Dans certains pays, ses membres vivent dans des enclaves protégées. Du coup, ces « nomades du mérite » ont tendance à privilégier les politiques qui favorisent leurs propres intérêts au détriment de ceux des habitants des pays, qu’ils gèrent bien plus qu’ils ne les dirigent.

Vous vous réclamez, monsieur le Président, de l’idéal républicain de l’égalité des chances. La méritocratie, la sélection sur concours, était censée provoquer une forte mobilité sociale, en donnant leur chance aux plus compétents et aux plus travailleurs. Je vous conseille le livre du Britannique James Bloodworth, The Myth of Meritocracy (Le mythe de la méritocratie). Sous-titre : Pourquoi les enfants d’ouvriers ont encore des boulots d’ouvrier. Vous y verrez développée l’analyse d’un phénomène que nous connaissons bien en France : les élites ont une forte tendance à s’auto-reproduire. Les rapports PISA le démontrent : notre système scolaire a cessé de favoriser la mobilité sociale.

Le diplôme comme titre de noblesse

Un universitaire italien, Giuseppe Trognon, a montré dans un livre intitulé La démocratie du mérite, comment en France en particulier, la méritocratie s’est glissée dans les mœurs de l’ancienne aristocratie. Il écrit : « La France raisonne encore comme la noblesse à la cour de Versailles : un diplôme dans les écoles d’excellence de l’Etat procure des droits, comme jadis les titres de noblesse conférait des privilèges ». Et en effet, nous savons à présent qu’une élite recrutée sur la base de concours n’est pas nécessairement moins arrogante ni moins dominatrice que celles qui se croyaient naturellement supérieures du fait de leurs glorieux ancêtres ou de la pureté de leur sang…

Dans une tribune parue dans die Welt, le grand essayiste anglo-allemand Alan Posener écrivait : "Avec la méritocratie, les couches inférieures de la société ont connu une domination plus efficace que celles connues antérieurement." En effet, dans un tel système, vous êtes personnellement responsable de vos succès, comme de vos échecs. Cela rend les vainqueurs arrogants, parce qu’ils perdent de vue ce que leur succès doit aux efforts de l’ensemble de la société. Cela rend les vaincus amers et hargneux.

Personne n'est fier d'être un loser

Les sociétés de caste et de classe procuraient une certaine stabilité personnelle. Les strates inférieures disposaient de leur propre culture, de leurs réseaux de sociabilité. A working-class hero is something to be, chantait John Lennon. Mais personne, non personne n’est fier d’être un loser dans nos sociétés méritocratiques.

Reconnaître et récompenser le mérite individuel est une bonne chose. Car c’est du foisonnement des initiatives personnelles que naît le dynamisme social. Mais il ne faut pas considérer la société uniquement à travers le prisme des barreaux d’une échelle à gravir et dont les derniers seraient seuls habilités à décider pour tous les autres.

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......